Pas de petit déjeuner pour l'Andra!

Des opposant.e.s au projet d'enfouissement de déchets radioactifs CIGEO à Bure revendiquent l'action de sabotage du mercredi 21 juin 2017 où ils se sont introduits à l'aube dans l'hôtel restaurant 3 étoiles de l'Andra.

Les 16 et 18 février 2017, les opposant.es au centre de stockage radioactif Cigéo revendiquaient la destruction des grilles de l'écothèque, un projet annexe du laboratoire, censé en verdir l'apparence. Ce mercredi 21 juin, c'est cette fois l'hôtel-restaurant trois étoiles, situé à quelques mètres de la future plate forme de réception et de conditionnement des déchets nucléaires, qui a été pris pour cible.

Depuis son implantation à la frontière de la Meuse et de la Haute-Marne il y a une quinzaine d'années, l'Agence nationale pour la gestion des déchets radioactifs n'a eu de cesse de s'immiscer méthodiquement dans les consciences, dans les porte-feuilles des communes, dans les sorties scolaires, dans les paysages ruraux etc. Le rond-point entre Saudron et Mandres, qui regroupe le laboratoire, son pôle technique, les archives d'EDF, l'écothèque et l'hôtel-restaurant, est un bon exemple de cette omniprésence. Comble de l'envahissement, il devrait bientôt accueillir une boulangerie, pour qu'enfin plus personne dans la région ne puisse aller chercher son pain sans avoir affaire à l'Andra. Mais bizarrement, chacun des projets pour lesquels elle est prise à partie est présenté comme n'ayant rien à voir avec Cigéo...

img-7440

 En attaquant l'écothèque en février, nous affirmions haut et fort qu'elle n'était pas un musée écologique déconnecté du futur stockage, mais bien une pièce de l'acceptabilité sociale du projet. Il en va de même pour l'hôtel-restaurant du Bindeuil, conçu pour accueillir dans des chambres luxueuses non pas des touristes venus visiter un cimetière atomique, mais bien des ingénieurs du nucléaire, des délégations venues visiter le laboratoire, et pourquoi pas des officiers de gendarmerie. Il ne s'agit nullement d'un hôtel meusien quelconque, qui aurait été pris pour cible par pur appétit de destruction : il s'agit du sabotage matériel de l'un des chevaux de Troie de l'Andra.

Que cet hôtel appartienne à la commune de Bure montre bien jusqu'où l'industrie nucléaire est allée pour mouiller jusqu'au cou les pouvoirs publics locaux dans son plan de conquête. Ce n'est pas seulement par l'intermédiaire du Groupement d'Intérêt Public (qui arrose la région en millions d'euros) que les mairies sont tenues, mais également par des projets économiques comme l'hôtel du Bindeuil : une manne financière à deux pas du laboratoire, entièrement dépendante de son activité.

La semaine de chantiers et d'actions qui se déroule du 19 au 26 juin au bois Lejus a vocation a pérenniser l'occupation qui bloque depuis un an maintenant l'avancée de Cigéo. Elle est une tribune pour dénoncer l'invasion du territoire par l'Andra, et la militarisation qui l'accompagne. C'est à cette fin que des opposant.es sont allées le 20 juin défiler pacifiquement à l'entrée de Mandres, en portant une banderole « carrefour libéré » : pour dénoncer les contrôles incessants dont font l'objet opposant.es et habitant.es confondus, dénoncer la surveillance policière constante, les fouilles de véhicules abusives et intrusives, les survols d'hélicoptère etc.

Cette semaine est aussi l'occasion de réaffirmer la détermination des opposant.es et de porter un message clair : l'Andra n'est pas la bienvenue en Meuse, quel que soit le visage sous lequel elle entend se présenter. En ces temps de débâcle de l'industrie nucléaire, il semble acquis qu'il n'est pas tenable, pour les entreprises et pour les collectivités territoriales, de travailler main dans la main avec elle sans s'exposer au ras-le-bol de celles et ceux dont l'avis a été bafoué depuis vingt ans.

Il est vain d'agiter à Bure le spectre des « casseurs », de l'« ultra-gauche », des « jeunes encagoulés » ou de la mouvance « anarcho-zadiste ». Ce qui s'agite ici, c'est une colère et une indignation trop longtemps contenues. Nous voulons que l'Andra parte et emporte avec elle son laboratoire, son écothèque et son hôtel trois étoiles. Nous ouvrirons nous-mêmes la boulangerie.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.