stopcigeo-bure
Opposant.es au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2018

stopcigeo-bure
Opposant.es au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure
Abonné·e de Mediapart

Les malfaiteur·e·s de Bure parlent!

Après plusieurs mois de silence, certain-e-s des inculpé-e-s de «l'association de malfaiteurs» de Bure commencent à prendre la parole. Une chaîne Youtube se lance, pour diffuser la parole des inculpé-e-s, et de tous-tes celles et ceux qui refusent d’être les prochain-e-s sur la liste répressive.

stopcigeo-bure
Opposant.es au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rendez-vous sur la chaîne "Paroles de malfaiteur-e-s" pour en savoir plus...

Depuis septembre 2017, la lutte contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure a connu une vingtaine de perquisitions, près de 50 procès, des dizaines de mois de sursis et de prison ferme, près de 30 interdictions de territoire… L’intensité des mobilisations et de la répression de la lutte ont mis Bure sous le feu des projecteurs.

Ce 14 novembre, en cour de cassation, 7 personnes demandaient la levée du contrôle judiciaire auquel elles sont soumises depuis leur mise en examen, en juin dernier, pour « association de malfaiteurs ». Interdites d’entrer en contact entre elles et interdites de territoire de plusieurs communes meusiennes et parfois jusqu’aux département de Meuse et Haute-Marne tout entier, leurs déplacements et leur engagement relèvent d’un véritable casse-tête.

Au lendemain de cette audience le journal Libération, ayant eu un accès direct au dossier, dévoilait la débauche de moyens liberticides déployés par le gouvernement pour criminaliser cette lutte. Ecoutes, géolocalisation, balisages, utilisation d’un Imsi-catcher pour intercepter les données de communication de tous les téléphones portables présents alentour, perquisitions, expertises ADN et interrogatoires, etc. Soit 10000 pages de dossier, de procédures où les moyens hérités de l’antiterrorisme et la répression du grand banditisme s’appliquent de façon inédite au militantisme politique. Tout ça pour... pas grand chose, l’instruction peinant à faire les preuves de ce qu’elle prétend poursuivre.

Nous avons toujours préféré ne pas personnaliser cette lutte collective aux visages multiples. Mais parce que la répression de cette lutte passe par le fichage, l’individualisation des responsabilités et conduit à l’isolement judiciaire, la criminalisation de tout.e.s celles et ceux qui y prennent part, de quelque manière que ce soit, nous avons décidé de témoigner, de mettre des visages sur ce qu’on nous inflige en tant qu’individus, pour nous atteindre et nous museler en tant que collectifs, associations : en tant que lutte.

Il ne s’agit surtout pas de faire de celles et ceux qui luttent des héros ou des martyrs. Il s’agit d’éclairer cette résistance en rappelant qu’elle n’est pas faite que de mots et de procédures judiciaires, mais de chair et de coeur, de vies humaines, de désirs de construire un monde plus juste et solidaire que celui qui nous est imposé par le lobby nucléaire.

Nous voulons expliquer à chacun-e pourquoi nous luttons et ce à quoi cette lutte nous expose. Les personnes qui témoignent ont choisi et choisissent encore de s’exposer parce qu’elles pensent que d’autres, qui ne se sentent peut-être pas encore menacé-e-s, risquent de vivre demain ce qu’elles vivent aujourd’hui.

Mais aussi parce que nous pensons tout.e.s que ce qui nous a motivé.e.s à nous engager dans cette lutte, et la diversité des expériences qu’elle suscite, peuvent inspirer d’autres personnes. Témoigner, c’est une manière de se relier alors qu’il est interdit à 10 personnes, ami.e.s, de se rencontrer et de communiquer, peut-être pour plusieurs années alors qu’elles ont lutté plusieurs années côte à côte ; c’est agir collectivement alors qu’on veut nous en empêcher; c’est sortir de l’état de sidération dans lequel les perquisitions, les interrogatoires et la surveillance permanente visent à nous plonger ; c’est compléter le récit lacunaire de nos vies dressé par ceux qui nous épient ; c’est aussi, nous l’espérons, le moyen d’entretenir le feu de cette lutte, et de la faire grandir, en y ralliant encore davantage de personnes, et la nourrissant de ces nouvelles énergies.

Pour envoyer des jolis mots de soutien, textes, poèmes, chansons et autres propositions et encouragements aux personnes mises en examen, écrivez à l’adresse : soutienmalfaiteuses@riseup.net

LES PREMIÈRES VIDÉOS

Pivoine : "Maintenant, je me considère comme un habitant d'ici."

Pivoine : "Maintenant, je me considère comme un habitant." © Paroles de malfaiteur-e-s

Angèle : "Quand on vient de Verdun, on ne baisse pas les bras devant un danger pour l'humanité. On continue. Même s'il faut sacrifier beaucoup de sa personne. C'est ce que je fais."

Angèle "Quand on vient de Verdun, on ne baisse pas les bras face à un danger pour l'humanité. On continue, quitte à sacrifier beaucoup de sa personne. C'est ce que je fais." © Paroles de malfaiteur-e-s

Chloé : "Ils ne détruiront jamais mes idées."

Chloé : "Ils ne détruiront jamais mes idées." © Paroles de malfaiteur-e-s

Joël : "Je suis assigné à résistance. Si on m'interdit de construire à Bure je le ferais plus loin en Meuse. Je ne partirai pas d'ici."

Joël : "Je suis assigné à résistance. Si on m'interdis de construire à Bure je le ferais plus loin en Meuse. Je ne partirai pas d'ici. © Paroles de malfaiteur-e-s

POUR EN SAVOIR PLUS

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Paris 2024 : une cérémonie d’ouverture entre amis
Le comité d’organisation des Jeux vient d’attribuer le marché de la cérémonie d’ouverture sur les bords de Seine. Le vainqueur : un groupement dont une agence est liée au « directeur des cérémonies » de Paris 2024, qui avait justement imaginé le concept.
par Sarah Brethes et Antton Rouget
Journal — Afrique(s)
En Centrafrique, le groupe Wagner étend son emprise sur le secteur du diamant
Des individus liés à la société militaire privée russe ont créé un bureau d’export de diamants en 2019. Officiellement, son volume d’activité est très modeste. Officieusement, plusieurs acteurs du secteur décrivent un système de prédation qui s’étend.
par Justine Brabant et European Investigative Collaborations (EIC)
Journal
Violences conjugales : l’Assemblée vote la création de juridictions spéciales
Les députés ont adopté une proposition de loi créant des pôles spécialisés au sein des tribunaux pour juger les violences intrafamiliales. Une proposition du groupe LR, soutenue par toutes les oppositions… et farouchement combattue par Éric Dupond-Moretti.
par Ilyes Ramdani
Journal
Le retour de Dominique Voynet fait débat chez les écologistes
L’ancienne ministre de l’environnement a été élue secrétaire régionale des Verts en Franche-Comté. Des militantes féministes la contestent à cause de son témoignage de soutien à Denis Baupin, lors du procès en diffamation qu’il avait intenté. Elle s’en dit aujourd’hui « désolée ».
par Mathieu Dejean

La sélection du Club

Billet d’édition
L’indice de position sociale, révélateur de la ségrégation scolaire
À la suite d'une décision de justice, le ministère de l’Éducation nationale a publié les indices de position sociale de chaque école et collège (public + privé sous contrat). Le Comité National d’Action Laïque analyse la situation dans une note en ligne.
par Charles Conte
Billet de blog
« Crise de l’École », crise climatique : et si on les mettait en parallèle ?
En scolarisant les enfants de tous les milieux sociaux, l’École s’est « démocratisée ». Mais elle n’a pas changé sa logique élitaire. Dans une large proportion, les enfants d’origine populaire y sont mis « en échec ». En imposant aux pays dominants un standard de vie prédateur et mortifère, le capitalisme a engendré la crise climatique. Quels parallèles entre ces deux crises de la domination ?
par Philippe Champy
Billet de blog
Le socle commun au collège... Où en est-on ?
A-t-on réussi à créer ce « commun » dans les collèges ? Comment ce socle pourrait-il évoluer ? Pourrait-il être étendu ?
par Guillaume Co
Billet de blog
Les inégalités ethno-raciales à l'école (13/15)
Si la classe est le facteur déterminant des inégalités scolaires, des processus ethno-raciaux sont également à l'œuvre. Ce billet présente les principaux mécanismes discriminatoires qui traversent l’école, quand ce n’est pas elle qui les coproduit, afin de mieux comprendre la fragilisation des trajectoires scolaires et sociales des enfants racisés, qu’ils soient français ou immigrés.
par Marcuss