stopcigeo-bure
Opposant.es au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure
Abonné·e de Mediapart

54 Billets

0 Édition

Billet de blog 23 nov. 2018

Les malfaiteur·e·s de Bure parlent!

Après plusieurs mois de silence, certain-e-s des inculpé-e-s de «l'association de malfaiteurs» de Bure commencent à prendre la parole. Une chaîne Youtube se lance, pour diffuser la parole des inculpé-e-s, et de tous-tes celles et ceux qui refusent d’être les prochain-e-s sur la liste répressive.

stopcigeo-bure
Opposant.es au projet d'enfouissement de déchets nucléaires à Bure
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Rendez-vous sur la chaîne "Paroles de malfaiteur-e-s" pour en savoir plus...

Depuis septembre 2017, la lutte contre le projet d’enfouissement de déchets nucléaires à Bure a connu une vingtaine de perquisitions, près de 50 procès, des dizaines de mois de sursis et de prison ferme, près de 30 interdictions de territoire… L’intensité des mobilisations et de la répression de la lutte ont mis Bure sous le feu des projecteurs.

Ce 14 novembre, en cour de cassation, 7 personnes demandaient la levée du contrôle judiciaire auquel elles sont soumises depuis leur mise en examen, en juin dernier, pour « association de malfaiteurs ». Interdites d’entrer en contact entre elles et interdites de territoire de plusieurs communes meusiennes et parfois jusqu’aux département de Meuse et Haute-Marne tout entier, leurs déplacements et leur engagement relèvent d’un véritable casse-tête.

Au lendemain de cette audience le journal Libération, ayant eu un accès direct au dossier, dévoilait la débauche de moyens liberticides déployés par le gouvernement pour criminaliser cette lutte. Ecoutes, géolocalisation, balisages, utilisation d’un Imsi-catcher pour intercepter les données de communication de tous les téléphones portables présents alentour, perquisitions, expertises ADN et interrogatoires, etc. Soit 10000 pages de dossier, de procédures où les moyens hérités de l’antiterrorisme et la répression du grand banditisme s’appliquent de façon inédite au militantisme politique. Tout ça pour... pas grand chose, l’instruction peinant à faire les preuves de ce qu’elle prétend poursuivre.

Nous avons toujours préféré ne pas personnaliser cette lutte collective aux visages multiples. Mais parce que la répression de cette lutte passe par le fichage, l’individualisation des responsabilités et conduit à l’isolement judiciaire, la criminalisation de tout.e.s celles et ceux qui y prennent part, de quelque manière que ce soit, nous avons décidé de témoigner, de mettre des visages sur ce qu’on nous inflige en tant qu’individus, pour nous atteindre et nous museler en tant que collectifs, associations : en tant que lutte.

Il ne s’agit surtout pas de faire de celles et ceux qui luttent des héros ou des martyrs. Il s’agit d’éclairer cette résistance en rappelant qu’elle n’est pas faite que de mots et de procédures judiciaires, mais de chair et de coeur, de vies humaines, de désirs de construire un monde plus juste et solidaire que celui qui nous est imposé par le lobby nucléaire.

Nous voulons expliquer à chacun-e pourquoi nous luttons et ce à quoi cette lutte nous expose. Les personnes qui témoignent ont choisi et choisissent encore de s’exposer parce qu’elles pensent que d’autres, qui ne se sentent peut-être pas encore menacé-e-s, risquent de vivre demain ce qu’elles vivent aujourd’hui.

Mais aussi parce que nous pensons tout.e.s que ce qui nous a motivé.e.s à nous engager dans cette lutte, et la diversité des expériences qu’elle suscite, peuvent inspirer d’autres personnes. Témoigner, c’est une manière de se relier alors qu’il est interdit à 10 personnes, ami.e.s, de se rencontrer et de communiquer, peut-être pour plusieurs années alors qu’elles ont lutté plusieurs années côte à côte ; c’est agir collectivement alors qu’on veut nous en empêcher; c’est sortir de l’état de sidération dans lequel les perquisitions, les interrogatoires et la surveillance permanente visent à nous plonger ; c’est compléter le récit lacunaire de nos vies dressé par ceux qui nous épient ; c’est aussi, nous l’espérons, le moyen d’entretenir le feu de cette lutte, et de la faire grandir, en y ralliant encore davantage de personnes, et la nourrissant de ces nouvelles énergies.

Pour envoyer des jolis mots de soutien, textes, poèmes, chansons et autres propositions et encouragements aux personnes mises en examen, écrivez à l’adresse : soutienmalfaiteuses@riseup.net

LES PREMIÈRES VIDÉOS

Pivoine : "Maintenant, je me considère comme un habitant d'ici."

Pivoine : "Maintenant, je me considère comme un habitant." © Paroles de malfaiteur-e-s

Angèle : "Quand on vient de Verdun, on ne baisse pas les bras devant un danger pour l'humanité. On continue. Même s'il faut sacrifier beaucoup de sa personne. C'est ce que je fais."

Angèle "Quand on vient de Verdun, on ne baisse pas les bras face à un danger pour l'humanité. On continue, quitte à sacrifier beaucoup de sa personne. C'est ce que je fais." © Paroles de malfaiteur-e-s

Chloé : "Ils ne détruiront jamais mes idées."

Chloé : "Ils ne détruiront jamais mes idées." © Paroles de malfaiteur-e-s

Joël : "Je suis assigné à résistance. Si on m'interdit de construire à Bure je le ferais plus loin en Meuse. Je ne partirai pas d'ici."

Joël : "Je suis assigné à résistance. Si on m'interdis de construire à Bure je le ferais plus loin en Meuse. Je ne partirai pas d'ici. © Paroles de malfaiteur-e-s

POUR EN SAVOIR PLUS

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
Ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
Sylia (SOS Racisme) : « On n’avait pas anticipé la violence de la réaction de la salle »
Ce soir, retour sur le meeting d’Éric Zemmour à Villepinte avec notre reportage et notre invitée, Sylia, militante de SOS Racisme. De la violence dehors, de la violence dedans, et de nouvelles preuves que le candidat de l’extrême droite est bien, aussi, le candidat de l’ultradroite. Retour également sur les enquêtes « Congo hold-up » avec nos journalistes, Justine Brabant et Yann Philippin.
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
L’extrême droite et ses complicités tacites
Au lendemain de l’agression de journalistes et de militants antiracistes au meeting d’Éric Zemmour, les rares condamnations politiques ont brillé par leur mollesse et leur relativisme. Au pouvoir comme dans l’opposition, certains ne luttent plus contre l’extrême droite : ils composent avec elle.
par Ellen Salvi
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Lettre ouverte à Sébastien Lecornu, Ministre des Outre mer
La Nouvelle-Calédonie connaît depuis le 6 septembre une dissémination très rapide du virus qui a provoqué, à ce jour, plus de 270 décès dont une majorité océanienne et en particulier kanak. Dans ce contexte le FLNKS demande le report de la consultation référendaire sur l'accession à la pleine souveraineté, fixée par le gouvernement au 12 décembre 2021.
par ISABELLE MERLE