Catalogne, Bilderberg, Trilatérale, ADLE, Ciudadanos...

Le 3 octobre 2015, Les News Eco rapporte « Standard and Poor’s a relevé vendredi d’un cran la note de la dette à long terme de l’Espagne ». L'agence de notation octroie ainsi à Mariano Rajoy une récompense pour sa politique de privatisations et de casse sociale à outrance. Elle félicite simultanément, au même titre, le gouvernement du « socialiste » José Luis Rodríguez Zapatero qui l'avait précédé jusqu'en décembre 2011 avec une politique analogue. On peut aisément « comprendre » dans ces conditions que, comme le souligne la journaliste Cristina Martín Jiménez avec le titre « ¿Qué piensa Bilderberg sobre la posible independencia de Cataluña? », les milieux d'affaires et gouvernementaux qui se réunissent aux rencontres de Bilderberg soient résolument hostiles à l'idée d'une éventuelle indépendance de la Catalogne. Il en est de même au sein de la Commission Trilatérale, dont la proximité avec Bilderberg est bien connue. Pour ces « élites », la politique d'un Etat catalan indépendant serait plus difficile à contrôler que ne le sont actuellement celles des Etats espagnol et français. A différence de la France, la Catalogne possède actuellement un fort mouvement social qui « risquerait » d'un faire un lieu de rupture, comme déjà souligné dans notre article  « La Catalogne, maillon faible du capitalisme mondialisé ? ». Dans la période récente, les médias français ont souvent attaqué le mouvement indépendantiste catalan, le présentant comme une « menace pour les Etats-nations ». Mais paradoxalement, des attaques tout aussi virulentes visent le « souverainisme » français. Une contradiction évidente que nous avons analysée dans « Catalogne, Europe et mythe des Etats-nations (I) ». Parmi les opposants résolus au « souverainisme » en France se trouve l'eurodéputée Sylvie Goulard, membre du groupe parlementaire européen ADLE auquel appartient également le mouvement monarchiste à étiquette libérale Ciudadanos qui a pris en Catalogne la tête de l'opposition à l'indépendance. Une bien curieuse coïncidence, alors que Sylvie Goulard est connue pour sa proximité politique avec Mario Monti, ancien président européen de la Commission Trilatérale et actuellement membre du Comité permanent des rencontres de Bilderberg.

 

De toute évidence, l'un des aspects « dérangeants » d'une éventuelle indépendance de la Catalogne serait le caractère républicain du nouvel Etat. La monarchie espagnole, représentante d'une oligarchie déjà ancienne et dont les intérêts économiques ont été depuis longtemps mondialisés, apparaît intouchable pour le capitalisme international.

C'est en particulier à cette monarchie, que le mouvement indépendantiste catalan menace de porter atteinte. A présent, l'organisateur du référendum de 2014 et actuel président de la Generalitat, Artur Mas, doit faire face à des poursuites judiciaires.

Dans « La Catalogne, une nation qui "dérange" (I) », nous écrivions notamment http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/09/28/la-catalogne-une-nation-qui-derange-i-51154.html :

(...)

Sur son site, Ciudadanos aborde la question de la monarchie et d'une éventuelle république à l'adresse https://www.ciudadanos-cs.org/prensa/Monarquia_versus_Republica/6934/ .

Il en ressort que les monarchies peuvent être parfaitement démocratiques. Exemple : l'ensemble des monarchies européennes. Alors que des républiques peuvent être antidémocratiques. Exemples : Cuba, le Vénézuela...

Un tableau fort parlant quant à la stratégie monarchiste et pro-capitaliste de cette organisation qui se dit libérale et fait partie du groupe européen ALDE http://www.alde.eu/

Quant au Partido Popular, La Marea écrivait en juin dernier http://www.lamarea.com/2015/06/18/la-familia-franco-seguira-siendo-grande-de-espana/ : « El PP vota en contra de retirar los títulos de "Grandes de España" a los Franco ».

Il s'agit de titres octroyés en 1975 par le roi Juan Carlos I à la veuve et à la fille de Francisco Franco : Señorío de Meirás et Ducado de Franco, les deux avec « Grandeza de España ».

La rupture qu'incarnerait la proclamation d'une république catalane, désavouant de manière explicite un régime monarchique, serait donc très profonde aux niveaux espagnol et européen.

(...)

(fin de l'extrait)

Quant aux « socialistes » espagnols, ils ont également gouverné sous la monarchie et appliqué la même politique de casse sociale que la « droite » post-franquiste.

 

De même, dans « Catalogne, Europe et mythe des Etats-nations (I) » nous écrivions hier http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2015/10/02/catalogne-europe-et-mythe-des-etats-nations-i-51160.html :

 (...)

Au même moment, toujours dans Le Figaro et avec le titre « Ne cédons pas à la facilité souverainiste », la députée européenne de l'ADLE (Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe) Sylvie Goulard « appelle les centristes à combattre le repli sur soi de la France ». Quel « repli sur soi », alors que la France a même joué un rôle important dans la création de l'Organisation Mondiale du Commerce ?

Et la politique de ses gouvernements français des trois dernières décennies a-t-elle été autre chose qu'un soutien permanent à la mondialisation du capitalisme, y compris par la casse sociale progressive associée à la stratégie de nivellement par le bas des salaires et standards sociaux à l'échelle planétaire ?

Il s'avère en réalité que Sylvie Goulard défend comme « choix fondamentaux » : « une société et une économie ouvertes , l'unité des Européens, l'appartenance à l'Alliance Atlantique ».

Le Figaro nous rappelle également que Sylvie Goulard est coauteur avec Mario Monti de l'ouvrage « De la démocratie en Europe » (Flammarion, 2013). Mario Monti fait partie du comité exécutif de la Commision Trilatérale dont il a été président européen. Il est également membre du comité permanent des rencontres de Bilderberg.

Or, précisément, le mouvement monarchiste libéral Ciudadanos, qui a pris la tête de la « droite dure » opposée à l'indépendance de la Catalogne, se trouve également rattaché a l'ADLE au niveau européen.

(...)

(fin de l'extrait)

Rien à voir, donc, avec une quelconque défense des « Etats-nations ». C'est bien le capitalisme mondialisé, qu'il s'agit de défendre dans ALDE et dans les attaques lancées contre une éventuelle indépendance de la Catalogne.

Commisaire européen tout au long de la période 1995-2004, Mario Monti a été président Européen de la Commission Trilatérale en 2010-2011, http://trilateral.org/page/9/european-group , avant de devenir président du Conseil des Ministres italien.  Habituel de longue date des rencontres de Bilderberg, il fait partie de leur comité permanent, http://www.bilderbergmeetings.org/steering-committee.html

 

Voir aussi nos articles (cliquer sur chaque titre) :

Catalogne, Europe et mythe des Etats-nations (I)

La Catalogne, une nation qui "dérange" (I)

La Catalogne, une nation qui "dérange" (II)

Elections en Catalogne, capitalisme et peurs françaises

La Catalogne, maillon faible du capitalisme mondialisé ?

La Catalogne, pays de langue d'Oc (I)

La Catalogne, pays de langue d'Oc (II)

La Catalogne, pays de langue d'Oc (III)

La Catalogne, pays de langue d'Oc (IV)

La Catalogne et l'espagnolisme chauvin post-franquiste

Moyen-Age, Inquisition, antisémitisme... (I)

Le CNRS, Vincent Geisser et le huit centième anniversaire de la Croisade Albigeoise

Frédéric Mistral : bientôt le centenaire (I)

Frédéric Mistral : le centenaire (II)

Lois Macron, Moody's et gouffre sans fond

Code du travail, fonctionnaires, OCDE, lois Macron... (I)

Code du travail, fonctionnaires, OCDE, lois Macron... (II)

Veritas Ipsa et les errances de la république coloniale

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (I)

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (II)

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (III)

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (IV)

Jules Ferry, CNRS, universités et colonialisme (V)

Mitterrand et le Front National : 33 ans après (I)

Mitterrand et le Front National : 33 ans après (II)

Mitterrand et le Front National : 33 ans après (III)

Mitterrand et le Front National : 33 ans après (IV)

Mitterrand et le Front National : 33 ans après (V)

 

Indépendance des Chercheurs

indep_chercheurs@yahoo.fr

http://science21.blogs.courrierinternational.com

http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

Groupes de discussion :

http://groups.yahoo.com/group/problemes_des_scientifiques

http://groups.yahoo.com/group/combatconnaissance

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L'auteur a choisi de fermer cet article aux commentaires.