Changement(s) climatique(s) : vers quoi s'achemine-t-on ?

La situation de la planète est critique sur le plan de l'évolution (réchauffement) climatique. Des mesures conséquentes a l'égard des émissions de carbone sont indispensables d'extrême urgence, mais de toute évidence elles sont de nature à heurter de nombreux intérêts privés. Notamment, en ce qui concerne les sources d'energie et leur utilisation.

Comment sortir de l'impasse actuelle ? Personne n'ignore le problème posé par les gaz à effet de serre, sur lesquels Météo France écrit explicitement :

L'effet de serre est un phénomène naturel provoquant une élévation de la température à la surface de notre planète. (... ) Les activités humaines (...) entraînent l'apparition d'un effet de serre additionnel, responsable en grande partie du changement climatique actuel.

(fin de l'extrait)

On peut lire, sur le site de l'ONU, le titre "Changement climatique : l'ONU appelle les pays développés à honorer leurs promesses de financement". Suivi, en encadré, de :

Le chef de l'ONU appelle les États à abandonner les énergies fossiles comme source d'énergie et les pays développés à honorer leurs promesses de financement climatique pour aider ceux en développement, notamment en matière d'adaptation.

De surcroît, le Secrétaire Général des Nations Unies, Antonio Guterres, déclare notamment :

Nous sommes au bord de l'abîme (...) Mais si nous travaillons ensemble, nous pourrons éviter les pires impacts des perturbations climatiques et utiliser la reprise après la pandémie de Covid-19 pour nous orienter sur une voie plus propre et plus verte."

(fin de l'extrait)

Un très sérieux avertissement, avec un appel conséquent à agir sans tarder. A ce sujet, Antonio Guterres souligne la nécessité de "se mobiliser pleinement pour atteindre les émissions mondiales neutres en carbone d'ici le milieu du siècle et renforcer leur résilience aux changements à venir".

Un délai de trois décennies, donc, pour atteindre à l'échelle planétaire des "émissions neutres en carbone". Quels États suivront cet appel de l'ONU, et que peut-on attendre du secteur privé ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.