Rosario Livatino, un martyr de la justice

Ce matin (dimanche 9 mai) a eu lieu, à la Cathédrale d'Agrigento en Sicile, la béatification du juge catholique Rosario Livatino (3 octobre1952 - 21 septembre 1990). Un jeune magistrat assassiné par la mafia, qu'il avait combattue avec un exceptionnel courage malgré des menaces de mort. Saluons sa mémoire, qui a notamment donné lieu au film italien "Il giudice ragazzino" (1994).

Laissons, pour une fois, de côté toute éventuelle polémique concernant les idées de chacun à l'égard de la religion.

Rosario Livatino a été particulièrement exemplaire, à la fois en tant que catholique, en tant que magistrat et en tant que citoyen.

Wikipedia ecrit notamment à son sujet : 

Assassiné par le groupe Stidda, le Pape Jean-Paul II l'a défini comme un "martyr de la justice et indirectement de la foi".

(...)

En 1989, il devient l'un des trois juges de la section pénale du tribunal d'Agrigente. Il lutte contre la mafia, en ordonnant de nombreuses poursuites judiciaires contre des membres présumés de Cosa Nostra. Malgré les menaces pour sa vie, il poursuit sa lutte. Il finit toujours ses lettres en signant 'STD' (Sous la tutelle de Dieu).

(fin des extraits)

A propos de la Stidda, on peut lire dans Wikipedia :

La Stidda (étoile ou echarde en sicilien) est une organisation mafieuse originaire du sud de la Sicile, en particulier des villes d'Agrigente, de Catane, de Cela, de Vittoria et de Syracuse. 

(fin de l'extrait)

Rosario Livatino était bien un homme de terrain. Quelle est la situation à l'heure actuelle ?

De son côté, Vatican News rapporte notamment :

Le juge anti-mafia Rosario Livatino béatifié en Sicile.

Dans la cathédrale d'Agrigente en Sicile à lieu dimanche 9 mai la béatification de Rosario Livatino, le magistrat martyr de la justice, tué "en haine de la foi" par la mafia le 21 septembre 1990, à moins de 38 ans, mais avec déjà 12 ans de service.

(fin de l'extrait)

12 ans de service, avec moins de 38 ans et un courage exceptionnel...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.