Vers des "solutions climatiques" neutres en gaz à effet de serre ?

A-t-on vraiment "trouvé" des voies pour mettre fin au rechauffement climatique ? Et si de telles voies existent, pourquoi n'ont-elles été mises en avant beaucoup plus tôt ? On ne peut que rester perplexe du fait que de telles "solutions" sont avancées uniquement à la veille d'une catastrophe irréversible. Quels intérêts ont commandé, et commandent, ce type de comportements institutionnels ?

Sur le site des Nations Unies, dans la rubrique Action Climat, on peut lire le titre:

Mark Carney : investir dans des solutions climatiques neutres en émissions crée de la valeur et procure des avantages.

Ancien gouverneur de la Banque d'Angleterre, Mark Carney est l'Envoyé spécial des Nations Unies pour le financement de l'action climatique. On peut lire notamment dans la préface de son entretien, sur le site Action Climat des Nations Unies :

(...) fort d'une brillante carrière dans la finance (...), il a expliqué que les financements privés s'alignaient de plus en plus avec l'objectif de parvenir à une absence d'émissions nettes de gaz à effet de serre, par laquelle les émissions produites sont égales à celles retirées de l'atmosphère. Il a souligné que les populations du monde entier devraient maintenir la pression en exigeant des mesures en faveur du climat (...).

(fin de l'extrait)

Est-ce donc le grand capital financier qui, dans une situation aussi critique pour l'avenir de la planète et des humains, fait la loi en matière de politique dans le domaine du climat ???

D'autant plus, que Mark Carney ajoute :

(...) les sociétés (...) accordent une valeur considérable à l'objectif de neutralité carbone. Les entreprises qui contribuent à la solution, ainsi que les entités qui investissent dans celles-ci et leur prêtent de l'argent, se verront récompensées (...)

(fin de l'extrait)

Où sont passés les gouvernements ? Et quelle place peuvent avoir les citoyens face à de tels montages ?

Sur son site, évoquant un objectif de 1.5 degrés C , Greenpeace écrit à son tour :

Le réchauffement climatique est un problème majeur posé à l'humanité toute entière. Et la crise s'aggrave (...)

(fin de l'extrait )

Mais dans ce cas, pourquoi en rester à l'objectif d'une augmentation de 1.5 degré C de la température terrestre ? Ce n'est pas la présence humaine qui rend cette augmentation inévitable, mais bien une certaine industrie...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.