Scientia
Abonné·e de Mediapart

210 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 sept. 2014

Geneviève Fioraso, la recherche et l'enseignement supérieur (I)

Scientia
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Qu'advient-il, tout compte fait, des services publics de la recherche et de l'enseignement supérieur plus de deux ans après l'élection de François Hollande ? Notre article de ce jour « Le décret Fioraso sur les enseignants-chercheurs (II) » souligne notamment la fuite en avant que représente la propagande gouvernementale sur l'appel à la création d'entreprises par les étudiants et le « statut d'étudiant-entrepreneur » alors que la France connaît des records de faillites d'entreprises. Récemment, dans « Le décret Fioraso sur les enseignants-chercheurs (I) », nous avions également évoqué la situation de conflit d'intérêts de Geneviève Fioraso qui a conduit au Décret n° 2014-865 adopté il y a un mois et demi suite à une intervention de la Haute Autorité pour la Transparence de la vie publique. Il s'agit, précisément, d'un conflit d'intérêts en rapport avec CEA Tech, une direction du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) chargée « d’innover au service de l’industrie ». Où mènent les discours actuels, qui dissimulent les problèmes essentiels de l'économie française et européenne ? En clair, les problèmes liés à la mondialisation du capitalisme et à la mise en place de « marchés de la main d'oeuvre » aux échelles européenne et planétaire.

Dans notre article « Le décret Fioraso sur les enseignants-chercheurs (II) », nous écrivons notamment :

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2014/09/14/le-decret-fioraso-sur-les-enseignants-chercheurs-ii-50210.html

(...)

C'était notamment pour résister à cette hégémonie US, qu'un secteur public industriel avait été développé en France, mais il a été progressivement privatisé depuis les années 1980 par des gouvernements de « droite » comme de « gauche ». Comme François Hollande et Manuel Valls, Geneviève Fioraso applique la stratégie de Lisbonne de marchandisation de l'éducation et de la recherche publique. Le discours sur le prétendu « déficit de culture entrepreneuriale en France » s'inscrit dans la même stratégie, alors que les problèmes économiques de pays comme la France découlent directement de la « libre circulation des capitaux et des marchandises » instaurée dans le cadre de l'Union Européenne et de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC) avec une participation très directe des dirigeants « socialistes » français (Jacques Delors, Pascal Lamy, Lionel Jospin...). Cette « libre circulation » implique la mise en concurrence de salaires et standards sociaux aux échelles européenne et planétaire.

(...)

(fin de l'extrait)

Les « réformes » tant vantées par les dirigeants de l'Union Européenne et par les gouvernements successifs de François Hollande sont-elles autre chose que l'adaptation de la France et d'autres pays aux effets désastreux de la mondialisation du capitalisme et à la mise en concurrence des populations ?

De même, dans notre article « Le décret Fioraso sur les enseignants-chercheurs (I) », nous avions écrit :

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2014/09/06/le-decret-fioraso-sur-les-enseignants-chercheurs-i-50182.html

(...)

Paru plus de deux ans après le nomination de Geneviève Fioraso, le Décret n° 2014-865 du 1er août 2014 pris en application de l'article 2-2 du décret n° 59-178 du 22 janvier 1959 relatif aux attributions des ministres, prévoit (lien Legifrance, http://www.legifrance.gouv.fr/affichTexte.do?cidTexte=JOR...) :
« La secrétaire d'Etat chargée de l'enseignement supérieur et de la recherche ne connaît pas des actes de toute nature intéressant la direction de la recherche technologique du Commissariat à l'énergie atomique ». Acteurs Publics expose, à ce sujet, que « le compagnon de la secrétaire d’État, Stéphane Siebert, est directeur délégué de la DRT, devenue CEA Tech ».

Mais si tel est le cas, peut-on se satisfaire du décret pris il y a un mois ? Et pourquoi faut-il, à tout prix, que Geneviève Fioraso reste chargée de l'Enseignement Supérieur et de la Recherche ?

Tout d'abord, peut-on vraiment séparer les intérêts de CEA Tech de ceux du Commissariat à l'Energie Atomique (CEA) dans son ensemble ? Et les intérêts du CEA de ceux des autres établissements publics de la recherche et de l'enseignement supérieur ? Tel ne nous semble pas être le cas, surtout à une époque de grands rassemblements géographiques « fédérateurs » d'établissements, de grands projets et programmes...

Et qu'en est-il de l'influence que CEA Tech a pu exercer sur la politique de Geneviève Fioraso en matière de relations entre la recherche et l'industrie ? Sur le site du CEA, on peut lire cette déclaration du directeur de CEA Tech Jean Termes http://www.cea.fr/cea-tech/le-mot-du-directeur :

Le mot du Directeur

Construite sur l’expérience réussie du LETI à Grenoble, CEA Tech est forte de 4500 collaborateurs chargés d’innover au service de l’industrie.

CEA Tech dispose d’une offre très large de technologies génériques issues de ses trois instituts LETI, LIST et LITEN mais aussi des autres directions opérationnelles du CEA.

(...)

(fin de l'extrait)

Force est de constater la proximité entre ce type d'offre et la politique développée par Geneviève Fioraso dans la recherche depuis sa nomination en mai 2012.

(...)

(fin de l'extrait de notre article)

Tel est le contexte du Décret n° 2014-997 du 2 septembre 2014 modifiant le décret n° 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs et portant statut particulier du corps des professeurs des universités et du corps des maîtres de conférences, qui a donné lieu à des réactions très critiques de la part des organisations syndicales reproduites dans nos articles cités plus haut.

Les organisations syndicales dénoncent notamment une « évaluation individuelle managériale » et la « modulation » de service d’enseignement qui tend à renforcer le pouvoir discrétionnaire des présidents d'université. S'agit-il d'autre chose que du complément naturel des mesures organisationnelles en cours sur la prétendue « autonomie » des universités et la concentration des établissements dans de grands ensembles de plus en plus ouverts au secteur privé ?

Malheureusement, ce type de mesures à l'égard des enseignants-chercheurs ne sont que l'application de la même logique récurrente qui a guidé depuis longtemps l'évolution des institutions de la recherche scientifique. Y compris, les pouvoirs de plus en plus discrétionnaires des hiérarchies et une évaluation de plus en plus lobbyste et répressive, assortis d'une précarisation croissante des emplois et d'une aggravation progressive de la souffrance au travail.

Nous poursuivrons cette analyse dans de prochains articles, mais d'ores et déjà des mobilisations sont prévues à l'occasion de la Fête de la Science.

Voir aussi nos articles (cliquer sur chaque titre) :

Le décret Fioraso sur les enseignants-chercheurs (I)

Le décret Fioraso sur les enseignants-chercheurs (II)

Trierweiler, l'ENA, HEC et le gouvernement

Université, recherche : la politique Fioraso, toujours contestée (I)

CNRS, science, recherche, société... (I)

Un triste 1er Mai pour les secteurs populaires

Geneviève Fioraso et l'immobilisme gouvernemental (I)

Université et recherche : réunion et pétition

Universités, recherche : 8000 signataires contre la politique actuelle

Recherche, universités, suicides d'agents... (I)

CNRS, IRSTEA, INSERM... la crise s'aggrave (I)

CNRS, IRSTEA, INSERM... la crise s'aggrave (II)

CNRS, recherche publique : la manifestation du 24 juin

CNRS, emploi, hiérarchies, privatisation... (I)

CNRS, emploi, hiérarchies, privatisation... (II)

CNRS, burn-out, suicides... (I)

CNRS, élections CA : nouveau record d'abstention

CNRS, élections CS : nouveau record d'abstention

CNRS, "managérisation" de la recherche et sous-traitance de l'évaluation scientifique

CNRS et crise des hiérarchies scientifiques (I)

CNRS et crise des hiérarchies scientifiques (II)

CNRS : trois suicides récents inquiètent la CGT (I)

CNRS : trois suicides récents inquiètent la CGT (II)

Indépendance des Chercheurs : articles de 2013 (II)

Chômage en France, délocalisations, recherche... (I)

Chômage en France, délocalisations, recherche... (II)

Chômage en France et dans le monde, délocalisations...

Police, CNRS, universités, justice, LOLF, LRU...

Une auteure de la LOLF, promue à la vice-présidence de la Banque Mondiale

Loi Fioraso : la mobilisation se poursuit (I)

Loi Fioraso : la mobilisation se poursuit (II)

Loi Fioraso, anglais, EELV...

Loi Fioraso : la semaine de mobilisations, incontournable

22 janvier : la grève des enseignants parisiens

Loi Fioraso, souveraineté nationale, langue française, CNRS...

ESR : l'indispensable retrait de la loi Fioraso

ESR : le projet de loi Fioraso doit être retiré (I)

ESR : le projet de loi Fioraso doit être retiré (II)

Loi Fioraso : un projet de société inacceptable

Langue française et mondialisation (I)

Langue française et mondialisation (II)

Langue française et mondialisation (III)

Langue française et mondialisation (IV)

Imposante AG à Paris contre la loi Fioraso

Loi Fioraso et usage du français : de pire en pire

Loi Fioraso et usage de la langue française dans les universités

CNRS, loi Fioraso : un communiqué intersyndical

Enseignement supérieur et numérique : les dangers (I)

Enseignement supérieur et numérique : les dangers (II)

Enseignement supérieur et numérique : les dangers (III)

Indépendance des Chercheurs

indep_chercheurs@yahoo.fr

http://science21.blogs.courrierinternational.co

http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

Groupes de discussion :

http://groups.yahoo.com/group/problemes_des_scientifiques

http://groups.yahoo.com/group/combatconnaissance

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Élisabeth Borne, une négociatrice compétente et raide au service du président
Ces deux dernières années, celle qui vient de devenir première ministre était affectée au ministère du travail. Tous les responsables syndicaux reconnaissent sa capacité de travail et sa propension à les recevoir, mais ont aussi constaté l’infime marge de manœuvre qu’elle leur accordait.
par Dan Israel
Journal — Politique
Le député de Charente Jérôme Lambert logé chez un bailleur social à Paris
Le député Jérôme Lambert, écarté par la Nupes et désormais candidat dissident pour les élections législatives en Charente, vit dans un logement parisien de 95 m2 pour 971 euros par mois. « Être logé à ce prix-là à Paris, j’estime que c’est déjà cher », justifie l’élu qui n’y voit rien de « choquant ».  
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
De l'art de dire n'importe quoi en politique
Le problème le plus saisissant de notre démocratie, c’est que beaucoup de gens votent pour autre chose que leurs idées parce que tout est devenu tellement confus, tout n’est tellement plus qu’une question d’image et de communication, qu’il est bien difficile, de savoir vraiment pour quoi on vote. Il serait peut-être temps que ça change.
par Jonathan Cornillon
Billet de blog
par Fred Sochard