Dérives de la Science : comment y rémédier ? (I)

Le 16 juillet 2012, Reuters rapporte : « GlaxoSmithKline rachèterait Human Genome ». Le Figaro souligne à son tour : « GSK achète Human Genome à 2,8 milliards ». Une information qui nous rappelle que la recherche sur le génome humain, dont l'importance stratégique pour la société est évidente, est passée sous le contrôle du secteur privé. Ce n'est qu'un exemple de la perte d'emprise du secteur public sur des activités essentielles. Qui en est responsable ? En même temps, Romandie.com fait état d'un « gigantesque rassemblement antinucléaire à Tokyo, 16 mois après Fukushima ». Les intérêts privés et les conflits d'intérêts des coupoles « expertes » n'ont-ils pas joué un rôle de premier plan dans la crise du nucléaire japonais ? Et que penser de la crise des expertises sur les médicaments, ou du fiasco de celles sur les vaccins ? Plus globalement, et parallèlement à la privatisation de la recherche, l'évolution du fonctionnement des institutions scientifiques et des milieux professionnels qui leur sont associés apparaît de plus en plus inquiétante. Au point que des médias du monde entier expriment leur inquiétude à ce sujet, comme le rappelle notre article  « Boson de Higgs : l'occasion d'une réflexion éthique » (blog La Science au XXI Siècle). Comment a-t-on pu en arriver là, et que faire pour sortir de cette spirale ?

 

S'agissant de la France, rappelons que, dès 1988, après la réélection de François Mitterrand à la Présidence de la République, le nouveau directeur général du Centre National de la Recherche Scientifique (CNRS) avait défini une stratégie d'après laquelle le CNRS doit au chercheur un laboratoire d'accueil et une affectation, mais il appartient au chercheur de trouver les moyens du financement de ses recherches.

Une claire incitation à l'intervention du secteur privé dans le fonctionnement de la recherche publique, et en même temps à la course à l'argent de la part des scientifiques. Mais la direction du CNRS ne faisait que suivre les orientations plus globales définies par Jacques Delors à l'échelle européenne. La stratégie devant mener à la création de l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), que préside actuellement un « socialiste » français proche de Jacques Delors (Pascal Lamy), était déjà en route. La France n'était pas le seul pays suivant cette stratégie, que l'ensemble des « puissances occidentales » a entrepris d'appliquer sous des gouvernements de toutes étiquettes politiques.

Depuis la fin des années 1980, le processus de marchandisation de la recherche et de l'ensemble de son mode de fonctionnement n'a cessé de se développer dans l'ensemble des pays « occidentaux » au détriment de l'indépendance des chercheurs et des précautions éthiques : bibliométrie sous le contrôle de revues privées marchandes, lobbying des citations et des évaluations, monopole croissant du financement sur appel d'offres...

Quel en est le résultat ?

A présent, dans un contexte de crise profonde de la société « occidentale », les cris d'alerte ne manquent pas. Mais n'aurait-il fallu y penser plus tôt ?

 

Dans notre article « Boson de Higgs : l'occasion d'une réflexion éthique », nous écrivions notamment :

http://science21.blogs.courrierinternational.com/archive/2012/07/12/boson-de-higgs-l-occasion-d-une-reflexion-ethique.html

(...)

... c'est précisément toute la question : que pourront offrir à la civilisation moderne les institutions scientifiques des pays occidentaux, si les dérives actuelles continuent à s'amplifier ?

Récemment, The Scientist a diffusé deux articles particulièrement significatifs à cet égard :

- « Opinion: All’s Not Fair in Science and Publishing », de Frederick Southwick (1er juillet 2012), avec l'entête :

False credit for scientific discoveries threatens the success and pace of research.

- « Misconduct on the Rise », de Bob Grant (21 mai 2012), avec l'entête :

Retractions of scientific studies due to plagiarism, falsification, and other instances of researchers behaving badly have skyrocketed in the past decade.

Un constat dressé également par The New York Times, dans son article « A Sharp Rise in Retractions Prompts Calls for Reform », de Carl Zimmer (16 avril 2012).

Et s'agisssant des conflits d'intérêts dans les revues dites avec comité de lecture, voir également l'article du New York Times « A Drumbeat on Profit Takers », d'Arnold S. Relman et Marcia Angell (19 mars 2012).

Des dysfonctionnements qui, disons-le clairement, ne proviennent pas de professionnels indépendants comme les frères Bogdanoff, pas plus que de « dissidents » de quelque nature que ce soit. Ils trouvent leur origine à l'intérieur des institutions scientifiques « officielles » et des revues qui vivent de leurs contributions.

(...)

Et que penser du fiasco de l'incroyable opération publicitaire montée autour du prétendu neutrino supraluminal de la collaboration OPERA, dont le résultat sur la mesure de vitesse vient d'être formellement rectifié ? Voir : http://arxiv.org/abs/1109.4897

Ou du silence gardé par les instances du CNRS, sollicitées depuis deux ans et demi, au détriment de notre collègue Luis Gonzalez-Mestres dans l'affaire du livre de Lee Smolin Rien ne va plus en physique !, évoquée dans nos articles :

Gonzalez-Mestres, Glashow, Smolin, relativité... (I)

Gonzalez-Mestres, Glashow, Smolin, relativité... (II)

Lee Smolin, CNRS, crise et critique des institutions (I)

(...)

(fin des extraits de notre article « Boson de Higgs : l'occasion d'une réflexion éthique »)

 

Des questions préoccupantes, et qui se manifestent même dans l'attribution de la paternité du boson dit de Higgs, dans celle de la loi dite de Hubble ignorant le travail de Georges Lemaïtre , ou dans celle de la relativité restreinte attribuée à Albert Einstein au détriment d'Henri Poincaré. A présent, ces problèmes se généralisent dans un contexte de lobbying et de conflits d'intérêts.

Et jusqu'où ira la privatisation de la recherche, avec les délocalisations qu'elle comporte inévitablement dans l'actuel contexte international ?

Comment sortir de cette impasse qui, même si elle découle en partie de dysfonctionnements anciens, à très clairement été aggravée par l'évolution du monde scientifique et de la société dans son ensemble au cours des décennies récentes ? Nous tenterons d'évoquer cette question essentielle dans une série d'articles sur ce blog.

 

Voir aussi nos articles :

Henri Poincaré : centenaire de sa mort (I)

Henri Poincaré : centenaire de sa mort (II)

Henri Poincaré : centenaire de sa mort (III)

Henri Poincaré : centenaire de sa mort (IV)

OPERA, neutrino : résultats rectifiés (I)

Boson de Higgs : l'occasion d'une réflexion éthique

OPERA, crise du neutrino, éthique des Sciences (I)

Frères Bogdanoff, CNRS, OPERA (I)

Frères Bogdanoff, CNRS, OPERA (II)

Boson de Higgs, "particule Dieu", "pensée de Dieu"...

Vitesse de la lumière, OPERA et superbradyons (I)

Vitesse de la lumière, OPERA et superbradyons (II)

Vitesse de la lumière, OPERA et superbradyons (III)

CNRS, OPERA, Einstein, Poincaré, Lorentz, relativité

Relativité, cosmologie, échelle de Planck... (I)

Relativité, cosmologie, échelle de Planck... (II)

L'Ile logique, à Jussieu du 1er au 3 juin

Vers un Wall Street scientifique ? (I)

Vers un Wall Street scientifique ? (II)

Gonzalez-Mestres, Glashow, Smolin, relativité... (I)

Gonzalez-Mestres, Glashow, Smolin, relativité... (II)

Lee Smolin, CNRS, crise et critique des institutions (I)

Hubble - Lemaître : plagiat et omertà ? (I)

Hubble - Lemaître : plagiat et omertà ? (II)

Y a-t-il une "menace Bogdanoff" ? (I)

Bogdanoff et parquet versus Riazuelo : le jugement (I)

Frères Bogdanoff, Wikipédia et désinformation "encyclopédique"

Impure Science, de Robert Bell

AERES, ANR et revues avec "comité de lecture" (I)

AERES, ANR et revues avec "comité de lecture" (II)

AERES, ANR et revues avec "comité de lecture" (III)

AERES, ANR et revues avec "comité de lecture" (IV)

AERES, ANR et revues avec "comité de lecture" (V)

Coût de la connaissance et avenir du CNRS (I)

Coût de la connaissance et avenir du CNRS (II)

 

Indépendance des Chercheurs

indep_chercheurs@yahoo.fr

http://science21.blogs.courrierinternational.com

http://www.mediapart.fr/club/blog/Scientia

Groupes de discussion :

http://groups.yahoo.com/group/problemes_des_scientifiques

http://groups.yahoo.com/group/combatconnaissance

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.