Covid-19 : un appel pour l'accès libre et gratuit à vaccinations et traitements

Mieux vaut tard que jamais. Le Monde diffuse aujourd'hui une tribune avec le titre "Nous demandons l'accès universel, libre et gratuit, à la vaccination et au traitement contre le Covid-19" signée par "deux cents ONG de tous les continents". Même si la question de l'efficacité de traitements et vaccins reste posée, il s'agit de toute évidence d'un pas significatif dans la bonne direction.

Fort heureusement, les intérêts de l'industrie pharmaceutique privée n'ont pas pu maîtriser entièrement l'opinion en matière de santé et ses moyens d'expression.

L'article publié par Le Monde porte le sous-titre :

Deux cents ONG de tous les continents appellent, dans une tribune au "Monde", à la suspension des brevets et à la nationalisation de l'industrie pharmaceutique pour répondre au droit à la santé.

(fin de citation)

Le contenu du texte soulève d'ailleurs des questions dont la portée, si on va au fond des choses, dépasse de loin la thématique du Covid-19. C'est ainsi qu'on peut lire d'emblée dans la tribune :

Grâce à un énorme effort scientifique basé sur une collaboration internationale et des sommes historiques d'argent public, l'humanité a pu développer plusieurs vaccins historiques contre le Covid-19 en moins d'un an. Toutefois, cette grande réussite pourrait être totalement éclipsée par la cupidité de l'industrie pharmaceutique, qui met les gouvernements et l'Organisation mondiale du commerce (OMC) sous pression pour éviter la suspension des brevets.

(...) le caractère exceptionnel des mesures exigées de la majorité de la population doit également s'appliquer à l'industrie pharmaceutique privée et à sa soif permanente de profit.

(fin de l'extrait)

Mais pourquoi de telles mesures devraient-elles être "exceptionnelles" à l'egard de l'industrie pharmaceutique privée ?

Ajoutons, a ce sujet, que sur le site du CADTM (Comité pour l'abolition des dettes illégitimes), on découvre le titre :

Mettons fin au système de brevets privés ! Pour une industrie pharmaceutique sous contrôle social et un système de vaccination public, universel et gratuit.

(fin de citation)

Telle est, très clairement, la question de fond. Qui, dans le monde politique, ose l'aborder dans la transparence ?

Le titre est suivi des signatures CADTM International, Collectif, Attac France, Marche mondiale des femmes, TNI. On trouve, à la fin du texte publié par Le Monde et que ce site reproduit, une relation détaillée des organisations signataires du manifeste, pays par pays.

La thématique ainsi abordée porte, en réalité, sur la nature même de la société actuelle où le grand capital fait la loi. Comment sortir vraiment d'une telle impasse ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.