S'achemine-t-on vers une catastrophe climatique ?

Le problème des émissions de gaz à effet de serre ne cesse de s'aggraver. Le Secrétaire général des Nations Unies déclare que 2021 est une "année charnière pour faire face à l'urgence climatique mondiale". Elliot Harris, Économiste en chef de l'ONU, ajoute "Mesurer la valeur de la nature... avant qu'il ne soit trop tard". Mais qui détient le pouvoir, si ce n'est le grand capital ?

Comment la planète pourra-t- elle surmonter l'actuelle crise climatique ?

Sur son site, Météo France ecrit  notamment :

L'effet de serre est un phénomène naturel provoquant une élévation de la température à la surface de notre planète. Indispensable à notre survie, ce fragile équilibre est menacé. Les activités humaines affectent la composition chimique de l'atmosphère et entraînent l'apparition d'un effet de serre additionnel, responsable en grande partie du changement climatique actuel.

(fin de l'extrait)

Mais qui organise et contrôle ces "activités humaines" ?

La réalité est que le grand capital agit comme si les ressources à sa portée etaient illimitées, et les rivalités entre les grandes multinationales encouragent cette politique.

Quousque tandem ? Combien longtemps le grand capital abusera-t-il de la "patience" de la nature ? La nature n'écrit pas des catilinaires, mais elle évolue implacablement à notre détriment.

Et qui peut raisonnablement ignorer une telle réalité ? Même sur le site de Wikipedia on lit :

Le réchauffement climatique, ou réchauffement planétaire, est le phénomène actuellement observé d'augmentation des températures moyennes océaniques et atmosphériques, du fait d'émissions de gaz à effet de serre excessives. Ces émissions dépassent en effet la capacité d'absorption des océans et de la biosphère et augmentent l'effet de serre, lequel piège la chaleur à la surface terrestre.

(fin de l'extrait)

Un exposé très explicite et à la portée de l'ensemble de la population de pays comme la France. Comment l'industrie peut-elle se permettre d'y passer outre ? Et qui s'oppose concrètement à la stratégie des milieux industriels et financiers ?

Le 22 avril, une Journée Internationale de la Terre Nourricière aura lieu, organisée par le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) et l'Organisation des Nations Unies pour l'Alimentation et l'agriculture (FAO).

Mais qu'est devenu, dans la pratique, l'Accord de Paris adopté et signé en 2015-2016 ? Et qui s'en soucie ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.