Les GAFAM (géants du Web) - I

L'ensemble appelé GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft) semble devoir se heurter à la nomination, au sein de l'autorité américaine de la concurrence, d'une juriste connue pour ses positions critiques à l'égard de ces multinationales. Sur son site, Lina Khan déclare enseigner et écrire à propos de "antitrust law, infrastructure industries law and the antimonopoly tradition".

Quelles seront les conséquences de la nomination de la juriste Lina Khan en tant que commissaire à l'autorité américaine de la concurrence, comme décidé par l'actuel Président Joe Biden ?

L'Express décrit "Le CV de Lina Khan, icône anti-monopole nommée par Biden et futur cauchemar des Gafam". Une telle nomination a été soumise au Sénat des Etats-Unis lors de l'audition de confirmation de mercredi dernier (21 avril).

On peut lire notamment dans l'article GAFAM de Wikipedia :

Bien que, dans certains secteurs, une partie des cinq entreprises puissent être en concurrence directe, elles offrent globalement des produits ou services différents tout en présentant quelques caractéristiques en commun qui méritent de les réunir sous un même acronyme : par leur taille, elles sont particulièrement influentes sur l'internet américain et européen, tant au niveau économique et politique que social, et sont régulièrement l'objet de critiques ou de poursuites sur le plan fiscal, sur des abus de position dominante et sur le non-respect de la vie privée des internautes.

(fin de l'extrait)

La situation est, donc, bien connue et à la portée du public. Mais qui y réagit concrètement, et de quelle façon ? Quelle est l'attitude de la majorité des citoyens des deux côtés de l'Atlantique ?

Et ce mois de janvier, La Croix employait le titre Les Gafam, des entreprises-Etats. Mais précisément, que font les États théoriquement souverains face à ce développement hégémonique des GAFAM ? Quel contrôle exercent-ils à leur sujet ? 

A présent, La Croix écrit Lina Khan, le choix "radical" de Joe Biden face aux Gafam. Mais s'agit-il vraiment d'un choix "radical", ou plutôt de la moindre des choses dans le contexte actuel ?

L'Express souligne également la nomination de Tim Wu, "un autre pourfendeur des Gafam" , en tant que conseiller du Président Joe Biden. Le juriste Tim Wu est professeur à la Columbia Law School et rédacteur d'opinion pour le New York Times. Il est connu, notamment, pour son article de 2003 Network neutrality, broadband discrimination, que l'on peut trouver sur le site de l'Université de Columbia. Quel sera à présent l'impact de cet article ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.