Covid-19 : qui protège les populations ?

"Codiv-19 dans le monde : la Belgique et les Pays-Bas contraints d'alléger le confinement malgré une "stagnation à haut niveau" ". On ne peut qu'être sidéré en lisant ce titre d'un article du Monde mis en ligne aujourd'hui à 9h. Les mesures mises en cause auraient été prises "sous la pression de l'opinion publique et de divers lobbys". Quelle "opinion publique" ? Quant aux lobbys...

Commernt un gouvernement peut-il oser passer outre aux dangers pour la santé des citoyens posés par la propagation du Covid-19 ? 

On apprend, pourtant, que "les deux voisins européens desserrent l'étau malgré le taux élevé de circulation du virus". Que penser d'une telle mesure gouvernementale , dont les populations devront affronter les conséquences néfastes ?

Et que sait-on faire actuellement, sur le plan médical, pour combattre le Covid-19 et l'ensemble de ses variants ?

 Sortir à Paris rapporte, pour les samedi 24 avril en Ile-de-France : 7845 (-26) personnes hospitalisées, 1769 (+3) en réanimation et 50 décès en 24 heures. La situation reste, donc, critique.

De surcroît, quelle efficacité réelle peut avoir le blocage des frontières dans un pays comme la France pour arrêter des variants provenant, notamment, de l'Amérique Latine ?

Quant au variant dit "indien", il a été identifié en Belgique chez des étudiants provenant de l'Inde et passés par Paris.

Mais, de toute évidence, les milieux d'affaires exigent sans concession que "l'économie reprenne"...

De son côté, Ouest France rapporte "Covid-19. Combien de temps protège la vaccination ? Une vaste étude menée en France". Un exemple, en même temps, des inconnues actuelles. D'après l'article, trente-cinq centres hospitaliers "cherchent des volontaires pour y participer".  Mais que devient la population, dans l'attente ?

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.