Scientifiques en rébellion (avatar)

Scientifiques en rébellion

Collectif des scientifiques en rébellion.

Abonné·e de Mediapart

4 Billets

0 Édition

Billet de blog 30 mars 2023

Scientifiques en rébellion (avatar)

Scientifiques en rébellion

Collectif des scientifiques en rébellion.

Abonné·e de Mediapart

En soutien de la résistance, nous sommes les Soulèvements de la Terre

Les Soulèvements de la Terre font partie de ces collectifs qui se substituent à l’Etat là où ce dernier échoue à répondre à l’intérêt général. Ils proposent un autre monde, un projet de société différent et réaliste où le soin, le respect, la tolérance, la justice sociale sont réellement réfléchis et mis en place au quotidien. Nous, scientifiques en rébellion, les soutenons sans réserve.

Scientifiques en rébellion (avatar)

Scientifiques en rébellion

Collectif des scientifiques en rébellion.

Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Nous sommes des scientifiques de toutes disciplines, pour beaucoup documentant directement les bouleversements écologiques et climatiques en cours, leurs causes et leurs responsables. Nous sommes atterré·es de voir le traitement politique appliqué a la question écologique et climatique, en complète déconnexion avec les enjeux qui menacent directement nos sociétés et la majorité des écosystèmes sur Terre.

L’adaptation, la bifurcation ou l’abandon complet des projets aggravant la mise sous tension de notre environnement sont perçues comme des opinions politiques, souvent attaquées ad hominem, plutôt que comme les conséquences logiques de travaux scientifiques solides sur lesquels ces propositions légitimes s’appuient. Cela s'appliquait à l'aéroport de Notre-Dame-des-Landes, maintenant au projet d'autoroute Castres-Toulouse et bien-sûr aux projets de méga-bassines. Celles-ci sont une maladaptation au réchauffement climatique et au manque d'eau. Autrement dit, une réponse court-termiste qui finira par aggraver le mal qu’elle prétend résoudre. Ce constat qui dépasse l'idéologie est largement partagé, et nous l'avons argumenté dans "Le Monde" et plus longuement ensuite dans ce blog, avec le soutien de nombreux spécialistes du domaine.

Illustration 1
© Jeanne Macaigne

Des dizaines de milliers de personnes l’ont compris et ont convergé au cours d’un week-end, pour s’opposer à un projet pourtant parfois bien loin de leur domicile. Quelques milliers sont même allés jusqu’à prendre des risques – allant au moins jusqu’à la mutilation et le coma –  pour tenter d'occuper symboliquement ce "trou" absurde. Face à cela, le gouvernement a répondu par une violence démesurée, ayant recours à des armes de guerre telles que les grenades GM2L. Le pouvoir a tenté de détourner l’attention, pointant la colère plutôt que d’en reconnaitre les causes : le refus de la destruction de notre habitat par les forces destructrices du business-as-usual.

De ce refus construit sur les faits, découle la résistance.

Les Soulèvements de la Terre font partie de ces collectifs qui se substituent à l’Etat là où ce dernier échoue à exister dans l’intérêt de celles et ceux qui le constituent. Leur désobéissance s’inscrit dans les traces de nombreux mouvements pour faire progresser l’état de droit, un mouvement issu des citoyen·nes et agissant dans l’intérêt du plus grand nombre.

Les Soulèvements de la Terre proposent un autre monde, un projet de société différent et réaliste où le soin (care), le respect, la tolérance, la justice sociale sont réellement réfléchis et mis en place au quotidien. Ils et elles défendent concrètement une planète vivable et vivante, dans un contexte d'écocide et de crise climatique mondiale niés, ignorés ou instrumentalisés à des fins de greenwashing par les gouvernements des pays les plus riches dont la France. A Sainte-Soline, cette envie bienveillante et joyeuse de monde meilleur était portée, partagée et vécue par les 30,000 personnes présentes.

Ce modèle de société, exemple désirable de monde où nous pourrions vivre, fait face à une diabolisation systématique par le gouvernement, allant jusqu'à vouloir réduire à néant cette "organisation" qui n'en est pas une, et entraver les individus qui y contribuent ou font exister ce projet. Nous nous interrogeons : qu'est-ce qui fait si peur au gouvernement ? Peut-être le fait que les Soulèvements puissent réussir à rendre tangible et plausible une alternative au monde capitaliste, néolibéral et écocidaire que le gouvernement défend, en rassemblant toujours plus de citoyen·ne·s dans des actions pouvant mener à un basculement.

La menace de dissolution des Soulèvements est le symbole d'un pouvoir qui perd les pédales dans un délire sécuritaire. Au déni d'écoute du peuple qu'il prétend représenter - toujours plus flagrant à chaque étape du projet de réforme des retraites - s'ajoute la caricature d'un musèlement de mouvements progressistes. Une dynamique vue dans le passé avec d'autres gouvernements aux étiquettes politiques bien moins libérales.

Si des dissolutions doivent avoir lieu pour rétablir l'"ordre" et la démocratie, commençons par celles de la BRAV-M et du gouvernement.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.