Soros finance-t-il l’indépendantisme catalan? Lettre à Joseph Daul, président du PPE.

Dans le cadre d'un travail portant sur le complotisme et sur les accusations dont le financier Soros fait l'objet de financer l'indépendantisme catalan, j'ai écrit le deux avril 2018 au président du Parti Populaire Européen (PPE) pour l'interroger sur la tolérance que lui impute Le Monde à l'égard du président Orban et du Fidesz. À ce jour, cette lettre est restée sans réponse.

À Lille, le mardi 2 avril 2018.

 

Monsieur Joseph Daul,

Président du groupe PPE au Parlement Européen

Monsieur le Président,

Je suis enseignant en France et je prépare un dossier sur les accusations dont fait l’objet monsieur Soros d’être le financeur de l’indépendantisme catalan. Par-delà cette question précise, il s’agit de réfléchir sur la désinformation, sur les mécanismes qui lui confèrent de la crédibilité et sur le complotisme. Ce travail commence à être publié sur mon blog, comme l’est déjà cette lettre.

Les accusations sur lesquelles je travaille sont en résonance avec celles que le premier ministre hongrois, Viktor Orban, formule souvent à l’encontre de monsieur Soros, ainsi que l’explique un article récent du Monde. Je lis dans ce même article, monsieur le Président, que vous êtes souvent critiqué en raison de la tolérance dont vous feriez montre à l’égard du parti de monsieur Orban, le Fidesz, qui fait partie du PPE. En tant qu’enseignant, il ne m’appartient pas, bien entendu, de porter un jugement de valeur sur les alliances qui s’établissent entre des partis européens légaux, mais je voudrais vous demander si la tolérance que vous prête Le Monde n’est pas de nature à contribuer à la diffusion des théories complotistes dont monsieur Orban serait un représentant éminent. Sans méconnaître les complexités de la vie politique, je voudrais vous demander d’éclairer mes élèves sur la façon dont vous concevez vos responsabilités d’homme politique en la matière. Je serais ravi de pouvoir leur transmettre votre réponse.

Accepteriez-vous, par ailleurs, de répondre à d’autres questions sur le sujet que mes élèves pourraient vous adresser ? Accepteriez-vous de les recevoir à Bruxelles ?

Dans l’attente de votre réponse, je vous prie de croire, monsieur le Président, à l’expression de mes salutations respectueuses.

Sebastián Nowenstein,

professeur agrégé.

 

Davantage sur le sujet : http://sebastiannowenstein.blog.lemonde.fr/2018/04/03/soros-lindependantisme-catalan-orban-et-le-complotisme-une-synthese/

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.