Qatar : des élections inédites annoncées au Conseil de la Shura en 2021

C’est une évolution politique majeure qui est en train de se mettre en place au Qatar depuis quelques années. Après la création inédite d’un droit du travail, afin de protéger les travailleurs étrangers, et ce avec l’étroite collaboration de l’Organisation Internationale du Travail , l’Emir du Qatar, Tamim Al Thani, vient d’annoncer pour 2021 les premières élections au Conseil de la Shura.

 

Parliament of Qatar | Qatar doha, Doha, Qatar airways

En effet, à l’occasion de l’ouverture de la 49e session du Conseil, le dirigeant souhaitait franchir un nouveau pas dans l’ouverture et la pérennisation de la vie politique de son pays. Créé en 1972, un an après l’indépendance du pays, le Conseil consultatif (Shura), que l’on retrouve dans bon nombre de pays musulmans, est en charge du pouvoir exécutif et de l’établissement du budget du pays. Il est notamment en charge des projets de lois, et de la politique économique sociale et culturelle du pays. C’est dire son pouvoir central dans la conduite de l’Emirat afin de fixer les grands cap pour l’avenir. 

Mardi dernier, lors de son discours d’ouverture, l’Emir Al Thani a justifié sa décision d’organiser enfin des élections au sein du Conseil en octobre 2021 afin de « développer le processus législatif avec une participation plus large des citoyens ». Promis depuis longtemps, cette avancée est majeure : élargissement du pouvoir du Conseil, possibilité de révoquer des ministres, approbation du budget national, et rédaction des lois. Il sera prévu désormais l’élection au suffrage direct de 30 des 45 conseillers de la Shura. 

Le Qatar emboite ainsi le pas du Koweït et de Bahreïn, où les parlementaires sont élus, contrairement aux autres pays voisins avec qui Doha est sous tension depuis plusieurs années. Pour Doha, et l’approche de la coupe du monde 2022, c’est l’occasion unique de montrer de véritables avancées en matière de démocratie avec tous les projecteurs qui seront braqués sur le pays à cette occasion. On pourrait en espérer autant de ses voisins et qu’il fasse, qui sait, des émules.

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.

L’auteur·e a choisi de fermer cet article aux commentaires.