Sebastien Nadot
Citoyen - représentant de la nation jusqu’en juin 2022.
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 avr. 2022

Libre circulation pour les citoyens Ukrainiens au sein de l'Union européenne

L'UE aide militairement du bout des doigts l'Ukraine. L'intégration pleine et entière de l’Ukraine dans l’Union européenne ne peut survenir immédiatement. Soyons pragmatique. Aider les Ukrainiens consiste à faciliter leurs déplacements, et installation, quelle qu'en soit la durée. Comme pour les Suisses ou Norvégiens, les Ukrainiens doivent bénéficier de la liberté de circulation en Europe.

Sebastien Nadot
Citoyen - représentant de la nation jusqu’en juin 2022.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’attaque de l’Ukraine par la Russie a provoqué un exode massif, dont on peut supposer qu’il ne va pas s’arrêter demain, a minima pour les populations de l'est et du sud de l'Ukraine. D’ores et déjà, l’accueil des réfugiés en Europe montre des écarts considérables ente pays membres de l'UE et ce déséquilibre fait peser un risque pour la suite. Le déclenchement de la protection temporaire début mars, une semaine après le début de l'attaque russe, a été une très bonne décision dans l'urgence. Il faut désormais assurer le moyen et long terme.

Comment aider les Ukrainiens ?

Il y a l'aide militaire, indirecte, en fournissant du matériel.

Il y a la réduction de ce commerce avec la Russie qui continue d'enrichir son trésor et ses moyens guerriers.

Mais il faut aussi se pencher sur les solutions politiques. L'intégration de l'Ukraine dans l'Union européenne est une solution à minima de moyen terme - politiquement, diplomatiquement, militairement et temporellement.

En revanche, rien n'interdit de penser la libre circulation des Ukrainiennes et Ukrainiens sur les territoires Schengen de l'UE. Des ressortissants de pays non membres de l'UE en bénéficient déjà - Suisses, Norvégiens, Andorrans... Les droits dont bénéficieraient les Ukrainiens là où ils s'installeraient seraient supérieurs à ce que leur offre la protection temporaire.

Parce que la réponse doit être à l’échelle européenne, il nous faut dans l’urgence inventer une solution simple et pragmatique, capable de répartir intelligemment les réfugiés ukrainiens selon les capacités disponibles des pays de l’Union européenne. Au plus vite, ces réfugiés doivent pouvoir s'intégrer là où ils vivent, là où ils sont de passage, c'est le meilleur service à leur rendre, à rendre à leur pays, à rendre aux pays membres de l'UE : qu'ils puissent vivre au mieux cet exil pour retrouver leur pays quand cela sera pertinent.

A cette fin, il faut accorder immédiatement (pour une durée limitée à déterminer) à tous les citoyens ukrainiens la libre circulation à l’intérieur de l’UE dont bénéficient les citoyens européens.
Outre l’énorme gain en termes d’énergie bureaucratique et administrative, de facilitation pour les Ukrainiens, de conséquences positives pour les pays accueillants, une telle mesure constituerait une preuve de solidarité claire et puissante de l’UE vis-à-vis de l’Ukraine. 

Les traités européens ne prévoient pas cette disposition. Ils ne l'interdisent pas non plus ! Il en va de la seule volonté politique.

La libre circulation des Ukrainien permettrait également une répartition plus équilibrée et une vraie solidarité entre pays frontaliers - Pologne, Hongrie, Slovaquie, Roumanie et des pays plus éloignés comme le Portugal, l'Espagne et la France.

La question se pose pour les ressortissants de la Roumanie et de la Moldavie qui ne font pas partie de l'espace Schengen. mais il s'agit bien d'abord de penser l'accueil et le futur des Ukrainiens, lesquels pourraient avoir besoin dans les prochains mois de cette libre circulation pour aller et venir entre Ukraine et point de chute en Europe. Les aléas d'une guerre dont on ne maitrise pas la durée ni la forme.

A situation inédite, solution inédite.

Il faut ajouter que cette intégration des citoyens de l'Ukraine à l'Union européenne serait également contraire aux objectifs initiaux du Président Poutine...

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Hôpital public : lettre ouverte à Monsieur le Président
A l’orée de cet été, la situation de l’hôpital public est critique. Nous sommes à la croisée des chemins. Depuis des mois l'hôpital public est sur le devant de la scène, après les 2 années de pandémie cet été s'annonce difficile. Nous adressons aux responsables politiques un point de vue de cadres et de soignants de proximité, investis dans l'hôpital, un bien commun, qu'il faut préserver, quoi qu'il en coûte.
par Fabienne dubeaux