Sebastien Nadot
Citoyen - représentant de la nation jusqu’en juin 2022.
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 8 avr. 2022

Elu député LREM en 2017, je voterai l'Union populaire de Mélenchon le 10 avril.

Le cœur a ses raisons que la raison ne connaît pas…  Mais la raison guide mon vote de dimanche. Ni l'extrême droite, ni la future grande coalition de droite autour du Président Macron : l'Union populaire de Jean Luc Mélenchon porte le mieux l'écologie, la gauche et la refondation démocratique tant nécessaires au pays.

Sebastien Nadot
Citoyen - représentant de la nation jusqu’en juin 2022.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Pendant 5 ans de mandat parlementaire, j’ai côtoyé Jean Luc Mélenchon en commission des affaires étrangères. Sans nier ni minimiser des désaccords parfois profonds en matière de politique étrangère avec lui, il y a constamment enrichit, avec beaucoup d’intelligence et de calme, le débat parlementaire sur ces sujets. Il faut bien le dire, jusqu’à cette agression de l’Ukraine par la Russie, les affaires étrangères étaient ignorées des Françaises et des Français. 

La campagne présidentielle pour le premier tour s'achève. L'horizon (de la campagne) est clair.

Derrière la façade médiatique pas forcément à son avantage, le candidat de l'Union populaire a bâti un programme solide en vue de l'élection présidentielle de 2022. Même sur les questions environnementales, les Shifters qui ont analysés tous les programmes lui octroient un satisfecit. Bien sûr, un programme, c'est comme les promesses... Mais le fond est là.

Dans la compétition des égos et aussi les spécificités de leurs propositions respectives, Anne Hidalgo, Yannick Jadot, Fabien Roussel et Jean Luc Mélenchon ont joué jusqu'au bout la désunion (sur fond de "places gardées" aux législatives notamment). Le verdict est sans appel : Jean Luc Mélenchon est plus convaincant que ses adversaires.

Hors les divergences idéologiques avec le camp d'Anne Hidalgo, écologistes et communistes peuvent enrichir le camp de l'Union populaire si celle-ci sait intelligemment incorporer dans ses rangs la, les différences. Pour le camp socialiste - l'avenir du prochain mercato politique nous éclairera - il ne faut pas se voiler la face, les tenants du PS sont plus proche du Président Macron que du Député Mélenchon. On pourrait voir le PS se tenir à même distance de l'Union populaire que le NPA de Philippe Poutou, mais de l'autre coté. En réalité, à mesure que le temps avance, les lambeaux du PS se font de plus en plus compatibles avec LREM, coté En commun (et oui, il y a des tendances à LREM...)

Élu député LREM en 2017 et exclu de LREM en 2018 sur des désaccords politiques de fond, le "ni de droite ni de gauche" de LREM s'étant rapidement résumé au seul "nid de droite", j’étais sur la liste Urgence Écologie menée par Dominique Bourg aux élections européennes de 2019. En effet, l'urgence écologique est le défi majeur de ce siècle même si les politiques n'ont de cesse de repousser aux lendemains les décisions dans ce domaine.

Écologie, questions sociales et sociétales, réduction des inégalités, renouveau démocratique : la gauche et l'écologie, leur bouillonnement intellectuel, leurs forces vives, leur renouvellement sont là, à l'Union populaire. A la veille d'un premier tour où Marine Le Pen, plus forte que jamais, peut même prétendre accéder à la fonction suprême, je ne m'arrêterais pas à des divergences, certes de fond, à certaines incompréhensions ni au sentiment d'un appareil aussi fermé à l'Union populaire que chez les autres partis traditionnels.

J'ai rejoint les rangs du Président Macron en 2017 pour faire rempart à l'extrême droite, vers un renouveau démocratique et avec le respect de la dignité humaine comme curseur et critère de décision à toute étape. 5 ans après, le bilan sur ces aspects est implacable.

J'ai des sympathies avec les autres candidats, sur certains sujets, et avec leurs militants d'EELV, du PCF, du PRG, de Place publique... mais à l'heure des comptes, qui viendront très bientôt, il ne faudra pas regretter... Dans le camp idéologique qui m'intéresse et dans lequel je crois, le vote Mélenchon est le seul à pouvoir peser et à faire valoir un regard posé sur le monde, sur les vrais défis qui viennent avec des propositions pour parvenir à faire face. J'ai des désaccords avec le candidat Mélenchon, politiques, stratégiques, également aussi parfois sur la manière : "trop de colère"... mais n'est pas Mandela qui veut.

Mon vote n’engage que moi, pas même le parti Education Démocratie Dignité que je préside, ni ses membres. Ce parti ouvert sur le monde ne fonctionne ni sur la base du nombrilisme à la française ni sur le caporalisme des troupes… Il est d'ailleurs né du constat de la fragilité de l'entre soi franco-français quand la mondialisation s'impose et que les repères géopolitiques changent alors que les défis environnementaux du réchauffement climatique et de l'amenuisement de la biodiversité sont déjà au stade critique.

Mon parcours de parlementaire un peu chaotique il est vrai - dans la majorité LREM, dans le groupe Ecologie - Démocratie - Solidarité, "non-inscrit" ou dans l'opposition du groupe Libertés et Territoires - m'a amené à ce choix qui n'est pas un choix les yeux fermés ni dans la croyance en une promesse quelconque de prochains jours heureux. (Sur mon parcours chaotique : j'ai respecté le rôle dévolu aux parlementaires par la Constitution, ce qui m'a amené à beaucoup me promener dans l'hémicycle..) Petite précision pas inutile : je ne suis pas candidat aux prochaines législatives et n'ai eu aucun échange en 2022 avec Jean Luc Mélenchon ni arrangement de quoi que ce soit sur quoi que ce soit avec l'Union populaire.

Citoyen, avec l'exercice et la conscience de l'état de nos institutions, bercé 5 ans par les malheurs du monde d'aujourd'hui et demain en commission des affaires étrangères ou de celle du développement durable, dimanche 10 avril 2022, je voterai Jean-Luc Mélenchon. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — États-Unis
Devant la Cour suprême, le désarroi des militantes pro-avortement
Sept ans presque jour pour jour après la légalisation du mariage gay par la Cour suprême des États-Unis, celle-ci a décidé de revenir sur un autre droit : l’accès à l’avortement. Devant l’institution, à Washington, la tristesse des militants pro-IVG a côtoyé la joie des opposants.
par Alexis Buisson
Journal
IVG : le grand bond en arrière des États-Unis
La Cour suprême états-unienne, à majorité conservatrice, a abrogé vendredi l’arrêt « Roe v. Wade » par six voix pour et trois contre. Il y a près de 50 ans, il avait fait de l’accès à l’IVG un droit constitutionnel. Cette décision n’est pas le fruit du hasard. Le mouvement anti-IVG tente depuis plusieurs décennies de verrouiller le système judiciaire en faisant nommer des juges conservateurs à des postes clefs, notamment à la Cour Suprême.
par Patricia Neves
Journal — Parlement
Grossesse ou mandat : l’Assemblée ne laisse pas le choix aux femmes
Rien ou presque n’est prévu si une députée doit siéger enceinte à l’Assemblée nationale. Alors que la parité a fléchi au Palais-Bourbon, le voile pudique jeté sur l’arrivée d’un enfant pour une parlementaire interroge la place que l’on accorde aux femmes dans la vie politique.
par Mathilde Goanec
Journal
Personnes transgenres exclues de la PMA : le Conseil constitutionnel appelé à statuer
Si la loi de bioéthique a ouvert la PMA aux couples de femmes et aux femmes seules, elle a exclu les personnes transgenres. D’après nos informations, une association qui pointe une « atteinte à l’égalité » a obtenu que le Conseil constitutionnel examine le sujet mardi 28 juin.
par David Perrotin

La sélection du Club

Billet de blog
Lettre ouverte d’étudiantes d’AgroParisTech
Ces étudiantes engagées dans la protection contre les violences sexuelles et sexistes dans leur école, réagissent à “Violences sexuelles : une enquête interne recense 17 cas de viol à AgroParisTech” publié par Le Monde, ainsi qu’aux articles écrits sur le même sujet à propos de Polytechnique et de CentraleSupélec.
par Etudiantes d'AgroParisTech
Billet de blog
« Lutter contre la culture du viol » Lettre à la Première ministre
Je suis bouleversée suite aux actualités concernant votre ministre accusé de viols et de l'inaction le concernant. Je suis moi-même une des 97 000 victimes de viol de l’année 2021. Je suis aussi et surtout une des 99 % de victimes dont l’agresseur restera impuni. Seule la justice a les clés pour décider ou non de sa culpabilité… Pourtant, vous ne pouvez pas faire comme si de rien n’était.
par jesuisunedes99pourcent
Billet de blog
Le consentement (ré)expliqué à la Justice
Il y a quelques jours, un non-lieu a été prononcé sur les accusations de viol en réunion portées par une étudiante suédoise sur 6 pompiers. Cette décision résulte d’une méconnaissance (ou de l’ignorance volontaire) de ce que dit la loi et de ce qu’est un viol.
par PEPS Marseille
Billet de blog
« Promising Young Woman », une autre façon de montrer les violences sexuelles
Sorti en France en 2020, le film « Promising Young Woman » de la réalisatrice Emerald Fennell nous offre une autre façon de montrer les violences sexuelles au cinéma, leurs conséquences et les réponses de notre société. Avec une approche par le female gaze, la réalisatrice démonte un par un les mythes de la culture du viol. Un travail nécessaire.
par La Fille Renne