Sebastien Nadot
Citoyen - représentant de la nation jusqu’en juin 2022.
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 janv. 2022

Toulouse : un désert médical est né en décembre au cœur de la ville rose !

[Rediffusion] Questions au gouvernement, mardi 11 décembre, Assemblée nationale, Paris. Fermeture du service de médecine interne à l’hôpital Joseph-Ducuing de Toulouse… Plus de médecine sans dépassement d’honoraires au cœur de la ville rose. Toulouse privée de 40 lits pouvant servir pour les patients Covid (vaccinés ou pas…)  Plus de soins cancer, VIH etc !

Sebastien Nadot
Citoyen - représentant de la nation jusqu’en juin 2022.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Question. Et réponse étonnante de la ministre à découvrir ci-dessous. 

M. le président.

La parole est à M. Sébastien Nadot.

M. Sébastien Nadot (député)

Monsieur le ministre des solidarités et de la santé, le 17 décembre 2021, en pleine pandémie, le service de médecine interne de l’hôpital Joseph-Ducuing, au centre-ville de Toulouse, a fermé ses portes.
La fermeture de ce service de quarante lits, qui met à mal la continuité des soins, est la conséquence directe du départ de plusieurs médecins du fait d’un management totalement inadapté depuis 2018. Ce service de grande qualité, le seul accessible sans dépassement d’honoraires, a soigné de très nombreux patients toulousains d’un cancer ou d’une maladie rare et traitait, au quotidien, des personnes porteuses du VIH. Ce service venait aussi en aide à des patients en grande détresse comme des sans-abri ou des toxicomanes.
Pour tous ces patients, cette fermeture est dramatique. Elle met en péril l’existence même de cet hôpital solidaire. Pour tout citoyen, c’est le symbole de l’effondrement du système de santé et de la désorganisation de l’hôpital. Pour notre pays, c’est la promesse de réduire les inégalités en santé qui s’éloigne.
Un nouveau conseil d’administration s’est réuni la semaine dernière, mais la direction a été maintenue. Elle est pourtant responsable de la fermeture du service de médecine interne de l’hôpital Ducuing.
Monsieur le ministre, la grave crise qui frappe cet hôpital social, le seul à Toulouse où les médecins sont conventionnés en secteur 1, pose la question de l’accès aux soins pour tous. C’est le symbole d’une crise de la gouvernance qui s’aggrave et l’illustration d’un système de santé de plus en plus inégalitaire.
Ma question est simple et urgente : quand interviendrez-vous pour qu’une nouvelle direction rouvre le service de médecine interne de Ducuing ? Cela doit être fait au plus vite et dans de bonnes conditions pour les patients et pour les professionnels, c’est-à-dire en faisant revenir les médecins démissionnaires. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe LT.)

M. le président.

La parole est à Mme la ministre déléguée chargée de l’autonomie.

Mme Brigitte Bourguignon, ministre déléguée chargée de l’autonomie.

Monsieur Nadot, d’une manière plus générale, les tensions à l’hôpital sont réelles. Personne ne les nie. Elles sont amplifiées par la cinquième vague – vous le savez comme moi – et les virus hivernaux. L’enquête que nous avons demandée sur les tensions qui affectent les ressources humaines et les capacités d’accueil a été réalisée à la fin de l’année 2021 et démontre que ces dernières ont diminué de 5 % au niveau national.

M. Jean-Paul Lecoq (député)

C’est sur Toulouse que vous êtes interrogée, pas sur la situation générale !

Mme Brigitte Bourguignon, ministre déléguée.

Il est vrai que cette diminution est plus importante dans votre département. Il y a cent personnes en arrêt maladie à l’hôpital Joseph-Ducuing. Nous en sommes bien conscients.
Nous nous mobilisons collectivement pour remédier à ces tensions. Nous apportons des réponses immédiates. Ainsi, nous avons doublé la majoration des heures supplémentaires pour soutenir la mobilisation exceptionnelle des soignants. Chacun prend sa part à l’effort collectif dans cette période très difficile : les établissements de santé publics et privés ainsi que le secteur ambulatoire.

M. Jean-Paul Lecoq.

Revenez-en à Toulouse !

Mme Brigitte Bourguignon, ministre déléguée.

Nous tenons et – je vous l’assure – nous tiendrons ensemble. Les agences régionales de santé (ARS) activent leurs cellules territoriales et s’appuient sur tous ces professionnels, quel que soit leur statut, pour préserver les services d’urgence et de pédiatrie ainsi que les maternités.

M. Jean-Paul Lecoq.

Et Toulouse ?

Mme Brigitte Bourguignon, ministre déléguée.

Pour renforcer l’hôpital et son attractivité, vous le savez, nous avons consenti l’effort inédit que représente le Ségur de la santé. Dans votre région, nous investissons dans l’hôpital Ducuing à hauteur de 6,3 millions d’euros de manière à augmenter ses capacités, et dans le centre hospitalier universitaire (CHU) à hauteur de 90 millions. Comme vous le voyez, cette région n’est pas oubliée, loin de là.
Grâce à la loi Rist du 26 avril 2021 visant à améliorer le système de santé par la confiance et la simplification, nous accordons une importante liberté d’organisation à certains hôpitaux car il est essentiel qu’ils puissent rendre leur fonctionnement plus moderne et plus dynamique. Je souhaite que ces réponses puissent être apportées à la situation particulière que vous évoquez lors de cette séance de questions d’actualité.

M. Sébastien Jumel (député)

C’est une non-réponse !

M. le président.

La parole est à M. Sébastien Nadot.

M. Sébastien Nadot.

Je propose que M. Véran vienne sur place afin de comprendre ce qui se passe. En effet, vous ne m’avez manifestement pas répondu.

Mme Brigitte Bourguignon, ministre déléguée.

Si vous voulez une réponse précise, posez la vraie question !

M. Sébastien Nadot.

Pourtant, ce sujet est bien d’actualité – croyez-en les patients qui ne peuvent plus recevoir leur traitement aujourd’hui.

M. le président.

La parole est à Mme la ministre déléguée.

Mme Brigitte Bourguignon, ministre déléguée.

La question que vous posez relève des questions orales sans débat, monsieur Nadot. Quand on veut une réponse précise, on indique à l’avance quels éléments précis feront l’objet de la question. (Applaudissements sur quelques bancs du groupe LaREM. – Protestations sur les bancs du groupe LR.)

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Pouvoir d'achat
« Et Macron, il pense aux familles nombreuses quand tout augmente ? »
En avril 2022, selon l’Insee, les prix des produits de grande consommation vendus dans la grande distribution ont augmenté de 1,3 %. Une hausse des prix que subissent de plein fouet les plus modestes. À Roubaix, ville populaire du nord de la France, la débrouille règne.
par Faïza Zerouala
Journal — France
Violences conjugales : Jérôme Peyrat finalement contraint de retirer sa candidature
L’ancien conseiller d’Emmanuel Macron, condamné pour violences conjugales, renonce à la campagne des législatives. La défense catastrophique du patron de LREM, Stanislas Guerini, a accéléré les choses. Et mis fin à la gêne qui montait au sein du parti présidentiel, où personne ne comprenait cette « décision venue d’en haut ».
par Ellen Salvi
Journal
Affaire Jérôme Peyrat : « Le problème, c’est qu’ils s’en foutent »
Condamné pour violences conjugales en 2020, Jérôme Peyrat a fini par retirer sa candidature aux élections législatives pour la majorité présidentielle à deux jours de la date limite. Il était pourtant toujours soutenu par les responsables de La République en marche, qui minimisent les faits.
par À l’air libre
Journal
Élisabeth Borne et l’écologie : un certain savoir-rien-faire
La première ministre tout juste nommée a exercé depuis huit ans de nombreuses responsabilités en lien direct avec l’écologie. Mais son bilan est bien maigre : elle a soit exécuté les volontés de l’Élysée, soit directement contribué à des arbitrages problématiques.
par Mickaël Correia et Jade Lindgaard

La sélection du Club

Billet de blog
Le générique ne prédit pas la fin
Que se passe-t-il lorsque le film prend fin, que les lumières de la salle de cinéma se rallument et qu’après la séance, les spectatrices et spectateurs rentrent chez eux ? Le film est-il vraiment terminé ? Le cinéma vous appartient. Le générique ne prédit pas la fin. Il annonce le début d’une discussion citoyenne nécessaire. Prenez la parole, puisqu’elle est à vous.
par MELANIE SIMON-FRANZA
Billet de blog
Quand le Festival de Cannes essaie de taper fort
La Russie vient de larguer 12 missiles sur ma ville natale de Krementchouk, dans la région de Poltava en Ukraine. Chez moi, à Paris, je me prépare à aller à mon 10e Festival de Cannes. Je me pose beaucoup de questions en ce mois de mai. Je me dis que le plus grand festival du monde tape fort mais complètement à côté.
par La nouvelle voix
Billet de blog
Entretien avec Ava Cahen, déléguée générale de la Semaine de la Critique
La 61e édition de la Semaine de la Critique se déroule au sein du festival de Cannes du 18 au 26 mai 2022. La sélection qui met en avant les premiers et seconds longs métrages, est portée pour la première fois cette année par sa nouvelle déléguée générale Ava Cahen qui défend l'amour du cinéma dans sa diversité, sa réjouissante monstruosité, ses émotions et son humanité.
par Cédric Lépine
Billet de blog
Une fille toute nue
[Rediffusion] Une fois de plus la « culture » serait en danger. Combien de fois dans ma vie j’aurais entendu cette litanie… Et ma foi, entre ceux qui la voient essentielle et ceux qui ne pas, il y a au moins une évidence : ils semblent parler de la même chose… des salles fermées. Les salles où la culture se ferait bien voir...
par Phuse