Sebastien Nadot
Citoyen - représentant de la nation jusqu’en juin 2022.
Abonné·e de Mediapart

19 Billets

0 Édition

Billet de blog 17 avr. 2022

Sorbonne, Sciences Po, ENS : le printemps de la jeunesse vu depuis Toulouse

Ni Emmanuel Macron, ni Marine Le Pen ne prennent en considération les attentes des étudiants, pas plus celles du quotidien et de l'immédiat que celles du futur à long terme. Une fois de plus, on creuse davantage le fossé entre les jeunes et la politique. Florian Esnault, étudiant à Toulouse, pose ici son regard sur l'« agitation » étudiante parisienne de l'entre-deux tour de la présidentielle.

Sebastien Nadot
Citoyen - représentant de la nation jusqu’en juin 2022.
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le parti Education Démocratie Dignité (EDD) a décidé que parmi ses missions, celle de donner la parole aux acteurs est essentielle.

Florian Esnault livre son analyse de la situation d'une jeunesse, dont il est, bien délaissée :

Sommes nous toujours en démocratie lorsqu’on demande aux Français de choisir entre la peste et le choléra tous les 5 ans ?
Face aux dégradations, aux violences et à la contestation populaire qui a germé dans les principaux lieux de reproduction sociale élitistes, certains (les journalistes soixante-huitards notamment) jettent en pâture les mouvements de gauche qui tentent, tant bien que mal, de sauver le peu qui reste de notre démocratie.

Un vivier d’étudiants a décidé de réveiller cette société sous anesthésie générale pour qu’elle mesure les enjeux de taille qui lui incombe. L'oligarchie au pouvoir depuis bien trop longtemps n’entend pas les revendications des étudiants, des gilets jaunes, des soignants, des
travailleurs, des classes moyennes et populaires, des français, qui chaque jour, boivent le calice jusqu’à la lie.

Étant moi-même étudiant, je ne peux qu’adhérer aux revendications de ces milliers d’étudiants qui militent pour voir leurs conditions de vie s’améliorer. Dans une interview réalisée par BFMTV le 30 septembre dernier, je plaidais déjà pour une revalorisation des bourses étudiantes délivrées par le CROUS, qui se révèlent insuffisantes par rapport aux dépenses de la vie courante et qui ne permettent pas à tous les étudiants de vivre dignement.

Ni Emmanuel Macron, ni Marine Le Pen ne prennent en considération les attentes des étudiants, pas plus celles du quotidien et de l'immédiat que celles du futur à moyen et long terme. Une fois de plus, on creuse davantage le fossé entre les jeunes et la politique.

Comment voulez-vous que les jeunes fassent confiance au système politique alors qu’il ne répond à aucune de leurs attentes ?

Le problème essentiel avec la politique, c’est que les professionnels de la politique n’ont pas vocation à améliorer la société, mais à se positionner institutionnellement, à décrocher une fonction, soit par égo personnel et soif de pouvoir, soit par la naïveté de croire qu’ils changeront les choses, alors qu’ils ne font qu’intensifier les tensions sociales année après année.

La plupart du temps, ces politiciens n’ont pas de réflexion de fond, ils ne jurent que par la forme, par les petites phrases qui font le buzz, ce qui a un lien très étroit avec l’anéantissement de notre système éducatif tout entier ; mais ils ne réfléchissent pas à l’amélioration concrète de la société, ils ne veulent que des réformes.

Je comprends les étudiants, car je vis au quotidien la souffrance qu’ils évoquent. Nos décideurs, si intelligents qu’ils le pensent, ne se sont jamais interrogés sur la façon dont on pourrait réellement instruire nos jeunes.

En somme, l’ensemble des tensions sociales apparues ou cristallisées durant le quinquennat Macron est la conséquence d’une mise au ban de la démocratie par l’extrême concentration des pouvoirs opérée par Macron sur un système qui l'invitait à le faire.

Le futur qui se dessine devant nous n’est guère agréable à voir, si on ne remet pas le citoyen au centre de notre système politique, les tensions sociales s’intensifieront davantage et conduira inévitablement à un retour des soulèvements populaires comme ceux
que l’on a connus aux premiers actes des gilets jaunes.

            Texte de Florian Esnault, étudiant à Toulouse, auteur du pamphlet Merci Blanquer !, février 2022.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
À l’Assemblée, le RN s’installe et LFI perd la partie
Les députés ont voté mercredi la répartition des postes de gouvernance de l’Assemblée nationale, offrant deux vice-présidences au parti de Marine Le Pen. Privée de la questure qu’elle convoitait, La France insoumise a dénoncé les « magouilles » de la majorité, qu’elle accuse d’avoir pactisé avec la droite et l’extrême droite.
par Pauline Graulle, Christophe Gueugneau et Ilyes Ramdani
Journal — Violences sexuelles
Les contradictions de la défense de Damien Abad
Damien Abad est visé par une enquête pour « tentative de viol », ouverte ce mercredi par le parquet de Paris. Questionné par BFMTV sur le témoignage de la plaignante, l’avocat du ministre a affirmé que son client ne la connaissait « absolument pas », ne sachant pas de « qui il s’agit ». Ce que contredisent plusieurs éléments obtenus par Mediapart. Contacté, Me Benoît Chabert revient sur ses propos.
par Marine Turchi
Journal — Santé
Gynécologues accusés de viols : le dialogue est rompu entre médecins et patientes
La secrétaire d’État et gynécologue Chrysoula Zacharopoulou est accusée de « viol » et de « violences » par des patientes, à la suite du professeur Daraï, qui fut son chef de service. Les gynécologues rejettent le terme de viol en cas d’examen gynécologique. Les militantes fustigent un déni des violences.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali

La sélection du Club

Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale
Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin