2016 est-elle l'année de l'immobilier ?

2016 a été une très bonne année pour le secteur de l'immobilier. La baisse des taux d'intérêts a permis d'enregistrer un nombre de transactions immobilières records. 

L'année de tous les records

chute-prix-secondaire
En hausse de 15% par rapport à l'année 2015, les agents immobiliers en ont bien profité. L'ensemble des notaires de France ont également observé une nette augmentation du nombre de transactions (environ 838 000). Cette hausse s'observe autant en Île-de-France qu'en province. 

La baisse des taux d'interêts des prêts a également déclenché une prise de conscience du côté des acheteurs qui ce sont rués sur les biens immobiliers qui étaient jusqu'à présent hors de leur portée. Les acheteurs peuvent désormais profiter d'un bien immobilier plus grand, leur pouvoir d'achat étant plus élevé. 

Cela a également profité aux primo-accédants. 

 

Le profil des acheteurs est varié :

  • 22% des investisseurs avaient moins de 30 ans.
  • 20% d'entre eux étaient representés par les seniors.

Il est également à noter que le dispositif de défiscalisation mis en place par l'ancienne ministre du logement, Sylvia Pinel, a également permis de doper les ventes dans le secteur de l'immobilier. Un récent sondage a d'ailleurs démontré que 72% des Français étaient interessés par l'investissement locatif dans le neuf. 

Des surfaces plus grandes

La baisse des taux a permis aux français de pouvoir acheter des surfaces plus grandes avec environ 3 m² de plus qu'en 2015 (soit une moyenne d'environ 84 mètres carrés). L'immobilier reste donc un produit qui est largement plebiscité par les français car il s'agit d'une valeur refuge. 

Les prix de l'immobilier, eux, ont stagné. On observe une hausse d'environ +1,7% sur l'ensemble de l'année 2016. Il est a noter que cette hausse est inégale suivant les villes. A bordeaux, la hausse de l'immobilier a atteint les +14,3%. Dans le même temps, il perdait -5,0% à Montpellier. 

Qu'en est-il pour 2017 ?

L'année 2017 devrait être plus calme en ce qui concerne les mises en chantier. En effet, la hausse annoncée des taux d'intérêts devrait calmer les acheteurs. L'élection présidentielle a également un rôle important à jouer

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.