La crise du logement en France

Le logement est le dernier rempart avant la rue, et cet équilibre est très précaire, surtout vu la conjoncture économique et sociale dans laquelle nous vivons.

2053416999.jpg

Le total de mal logées en France est de 3,5 millions de personnes. Parmis eux, on trouve environ 690 000 personnes privées de domicile personnel, mais aussi 2 690 000 vivant dans des conditions de logement très difficiles (cabane, camping…).

Que vont devenir les 1,250 000 millions de Français qui se trouvent dans une situation d’impayés de loyers ? Et les plus de 3 millions d’habitants qui sont en situation de surpeuplement dans leur logement ?  

Le logement en France a une importance capitale, étant étroitement lié à l’emploi. La spirale négative dans laquelle se trouve notre pays est très inquiétante, malgré le dispositif de défiscalisation Pinel, censé relancer l’immobilier neuf et permettre aux foyers les plus modeste d’accéder plus facilement à la location.

Le chômage augmente de trimestre en trimestre, tout comme les contrats précaires, ce qui conduit à réduire les ressources des ménages et donc, par effet de levier, leur capacité à se loger. Cela marche également dans l’autre sens, les personnes aux revenus modestes s’éloignant des bassins d’emplois pour trouver un logement à un prix abordable. La part de dépense dans le logement est également devenu très lourd pour les ménages français.

Les politiques ont enfin compris qu’on ne peut pas combattre l’un sans l’autre, et ont commencé des réformes structurelles importantes (mise en place de la loi Pinel, loi ALUR…). Pour le moment, les constructions en France restent gelées.

Qu’apprend-t-on à nos politiciens dans le cercle très fermé de l'ENA ? Ah oui, je sais, l’évasion fiscale.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.