Chute des taux : augmentation du pouvoir d’achat ?

Vous l’aurez remarqué, la chute des taux d’emprunt (orchestrée par les banques ?) depuis 2008 a permis de compenser la hausse des prix généralisée dont nous sommes victimes, mais aussi la stagnation, voire le recul des rémunérations.

Cette chute des taux a eu un effet particulièrement prononcé dans l’immobilier, malgré les différentes zones pinel qui ont été élargies. À titre d’exemple, avec une mensualité de 1.000€ à rembourser sur 20 ans, il est désormais possible d’emprunter environ 40.000€ de plus qu’en Octobre 2008. Avec un remboursement de prêt de 1.000€ par mois pendant 20 ans, un Français a maintenant la possibilité d’emprunter environ 187.000€ contre 147.000€ en 2008. La différence est de 40.000€.

Les taux d’emprunt ont chuté de manière significative :

  • En moyenne à 5,30% en 2008 contre 2,36% pour 2014.

Par exemple, en 2008, un emprunt de 200.000€ sur 20 ans vous coûtait 125.000€ d’intérêts. En ce début d’année 2015, cela ne vous coûterait plus que 55.000€. C’est plus de deux fois moins coûteux qu’en 2008.

Là où le bât blesse, c’est que malgré la chute des taux, les prix de l’immobilier, eux, ont explosé dans la plupart des grandes villes de France. De ce fait, le pouvoir d’achat des Français n’a pas bougé depuis des années.

Vous l’aurez compris, la chute des taux d’emprunt n’a pas permis d’augmenter le pouvoir d’achat des Français. Cela a simplement permis de limiter la crise immobilière dont souffre notre pays.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.