Les inspecteurs d'académie bientôt dans la rue?

Les inspecteurs d'académie du SIA (syndicat des inspecteurs d'académie) descendront-ils dans la rue le 22 janvier pour dénoncer « les graves conséquences qu'aurait pour la jeunesse de France la mise en œuvre du budget 2011 » ? Si les inspecteurs, « déplaçables » comme des préfets, interviennent dans le débat public, c'est que la situation est grave pour l'école et...pour Luc Châtel !

Les inspecteurs d'académie du SIA (syndicat des inspecteurs d'académie) descendront-ils dans la rue le 22 janvier pour dénoncer « les graves conséquences qu'aurait pour la jeunesse de France la mise en œuvre du budget 2011 » ? Si les inspecteurs, « déplaçables » comme des préfets, interviennent dans le débat public, c'est que la situation est grave pour l'école et...pour Luc Châtel !

Voici le communiqué :

« Le SIA (Syndicat des Inspecteurs d'académie) relève le grave manque d'ambition des politiques ministérielles qui portent depuis plusieurs années atteinte à la qualité du Service Public d'Éducation Nationale - suppressions de postes par milliers - avec une nette aggravation prévue au budget 2011, fermetures de classes, diminution des possibilités d'accueil des enfants de deux ans à l'école maternelle, disparition des RASED, baisse des dotations horaires dans les collèges et les lycées, hausse des effectifs des classes, mise en place d'une formation des professeurs a minima, menaces pesant sur le CNED... -

Le SIA, dont les membres assurent avec engagement et loyauté leurs missions au service du système éducatif sont particulièrement soucieux de la réussite des élèves et notent avec inquiétude le blocage de « l'ascenseur social » qui fonctionnait grâce à l'école publique. Cette situation porte en elle les germes de graves périls pour l'avenir du pays.

 

C'est pourquoi le SIA soutient l'appel du collectif « L'éducation est notre avenir » et invite ses adhérents et tous ceux parmi les Inspecteurs d'Académie qui lui sont proches à participer - de la façon qui leur paraîtra la plus appropriée à leur situation personnelle - à la journée d'action du samedi 22 janvier 2011 au cours de laquelle sont prévus notamment des manifestations, des rassemblements et des débats.

Cette prise de position publique de hauts fonctionnaires de l'État doit contribuer à éclairer chaque citoyen sur les graves conséquences qu'aurait pour la jeunesse de France la mise en œuvre du budget 2011 tel qu'il est actuellement arrêté.

Pour les membres de la CA nationale du Syndicat des Inspecteurs d'Académie, Le secrétaire général

Robert PROSPERINI »

1276139103

 

Pour dire les choses clairement, il n'y a plus que 32 personnes qui n'appellent pas à manifester contre la politique budgétaire du gouvernement (sur fond de réformes Darcos inefficaces pour améliorer les performances des élèves et désorganisatrices du service d'Education nationale) : les 31 recteurs d'académie et le Ministre Luc Châtel ! (ils sont les seuls supérieurs hiérarchiques des Inspecteurs d'académie).

Peut-être aurons-nous en 2012, un livre de notre futur ancien Ministre nous disant, plein de larmes, qu'il se battait come un chien pour redresser la situation après Darcos mais le mal sera fait. Imaginez qu'il le fasse avant ! ça aurait de la gueule ! Il pourrait presque se présenter à la place de Sarkozy, de Villepin et Bayrou ! Celui qui dit NON ! Wouah ! Bon arrêtons le délire et disons les choses, cette fois-ci, simplement :

Avec cette politique, il sera difficile, à n'importe quel gouvernement, de gauche comme de droite, de redonner confiance à la profession. Il faudra plus que des mots, plus de l'argent (pour les enfants, les postes, les profs...). Il faudra, peut-être, donner des responsabilités aux acteurs locaux sans contre partie de performance ; ce qui revient à faire le pari que la confiance sera plus payante en terme de résultats que l'empilement de données accumulées...La confiance n'est donc pas pour demain.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.