La réforme par la soustraction : sur les nouveaux horaires

Je poste un court billet pour informer les éventuels lecteurs des conséquences d'une autre réforme qui se prépare au sein l'école élémentaire.La réduction de 2h par semaine du temps de travail des élèves (suppression du samedi matin). Les élèves n'auront plus 26h de classe par semaine mais 24h,

Je poste un court billet pour informer les éventuels lecteurs des conséquences d'une autre réforme qui se prépare au sein l'école élémentaire.

La réduction de 2h par semaine du temps de travail des élèves (suppression du samedi matin). Les élèves n'auront plus 26h de classe par semaine mais 24h, sauf quelqu'uns qui reviendront deux heures dans la semaine pour un soutien personnalisé. Je ne commentairais pas aujourd'hui l'utilité de ces deux heures (qui peut être réelle) ni de la difficulté à mettre en place ces deux heures (qui est réelle : le diable se cache dans les détails !) mais plutôt les conséquences.

Ainsi, les horaires vont très certainement se répartir de cette façon suivante :

 

 

Estimation des nouveaux horaires vu du terrain :
Français 9 h;
Mathématiques 6 h;
Langue vivante 1,5 h;
Éducation Physique et Sportive 4 h;
le reste : Histoire, Géographie, Musique, arts plastiques, histoire de l'art, Éducation Civique et Citoyenne, Sciences et technologie, préparation à l'attestation de première éducation à la route APER, préparation au brevet informatique et internet niveau 1 B2I (soit 9 disciplines) 3,5 h;
Total 24 h;
moins 15 minutes de récréation par ½ journée soit par semaine : 2 h;
sous total 22 h;

 

 

Commentaires :

 

- Il est possible qu'il y ait 10 heures de français et seulement 5 heures de mathématiques.

- Les récréations ne sont jamais comptées dans les horaires ; elles sont à répartir "de manière équilibrée entre les disciplines". En fait (c'est-à-dire dans la vraie vie) il y a toujours des disciplines qui en patissent.

- Comme vous le voyez, il ne sera pas possible de conduire à leurs termes tous les apprentissages dans les disciplines "annexes". La réponse du ministère sera donc d'annualiser le temps de travail sur ces disciplines (exemple : 60 h environ dans l'année en Histoire, etc...)

-Le B2I et l'APER ne sont pas comptés dans les horaires hebdomadaires mais à répartir sur les autres disciplines (par exemple : taper un texte pendant une heure équivaut à une heure de français). Qui a déjà vu un enfant de 7 ans taper un texte sur un clavier sait que l'on ne peut pas appeler cela de l'enseignement du français, surtout quand il faut souligner le titre et que pour ce faire, l'enfant à malencontreusement effacer tout son texte (ceci multiplié par 25 élèves) !

 

Apprendre demande du temps. Comme il sera impossible au Ministre de choisir entre les différentes disciplines (toutes sont essentielles) celles qu'il faudra rogner, ni on allègera les programmes, ni on allongera la scolarité en élémentaire. Ce sont donc les enseignants qui feront les choix dont le ministère pourra se laver les mains. Il y aura toujours un temps où l'on pourra de reprocher aux enseignants de faire baisser le niveau.

 

 

PS :

Ce n'est pas la première fois que le Ministère utilise cette méthode : "j'ai les solutions ; vous avez les réponses" (j'annonce et les enseignants se débrouillent). Il n'y a qu'à regarder comment va se mettre en place les 2 heures de soutien pour les élèves en difficultés (conséquence de la suppression du samedi matin) : c'est au conseil des maîtres de décider (et à lui de se débrouiller avec la cantine, le transport scolaire, la garderie, les associations sportives, les études, les parents...). Bien évidemment, on évoquera les vertus du dialogue entre acteurs locaux, la décentralisation, voire même, la démocratie de proximité...

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.