MH17. Le reportage censuré par la BBC - PandoraTV

20.11.14  -  PandoraTV présente un reportage réalisé par la journaliste Olga Ivshina pour le service russe de la BBC dans les jours suivant immédiatement le crash du vol MH17 de la Malaysia Airlines dans le ciel ukrainien.

 

Introduction


par Adolfo Marino 

Edité le 23 juillet 2014, soit six jours après la tragédie qui a coûté la vie à 298 personnes, le reportage a été ensuite censuré par la BBC même, qui l'a effacé de ses propres archives online. Récupéré des copies cache sur internet nous vous le proposons en version originale sous-titrée (en italien, ndt). La vidéo est importante pour au moins deux ordres de raisons : en premier lieu parce qu'il a été réalisé seulement quelques jours après la tragédie du MH17, donc parce qu'il recueille sur place les paroles des témoins oculaires qui contredisent l'hypothèse officielle du missile terre-air lancé par les philorusses, hypothèse par la suite épousée acritiquement par les médias occidentaux pour attribuer la faute à Poutine. Les personnes interviewées rapportent d'avoir vu des avions de chasse militaires en vol à côté du Boeing 777, d'une bataille qui s'est déroulée exclusivement dans le ciel, et ils ont vu l'avion se désintégrer et chuter. Olga Ivshina a pris au sérieux aussi l'hypothèse officielle du missile terre-air, a cherché des preuves concernant les photos publiées par les services ukrainiens en cherchant les preuves de la présence d'un système de lance-missiles BUK dans l'aire. Mais les indices sur place ont donné un résultat négatif. Peut-être est-ce même pour cela que le documentaire que vous allez voir a été effacé des archives online de la BBC. 

YouTube

http://www.youtube.com/watch?v=DwBLtAzgjJY&list=UUW4b9qhEQPI8XD9z_i4WAPw&spfreload=10

 

Olga Ivshina, BBC : Les boîtes noires du Boeing abattu ont été finalement consignées dans les mains des experts. Mais que pouvons-nous dire ? 

Les données enregistrées en elles nous diront les coordonnées et la direction de l'avion au moment de l'accident pourraient avoir enregistré le bruit de l'explosion. Cependant elles ne seront pas en mesure de nous révéler ce qui a exactement provoqué l'explosion. 

Les habitants des villages avoisinants sont sûrs d'avoir vu des avions militaires dans le ciel juste avant la catastrophe, selon eux ce sont les avions de chasse militaires qui ont abattu le Boeing.

 

Première femme : "Il y a eu deux explosions dans le ciel c'est ainsi que l'avion s'est cassé et il a explosé comme ça et il y avait un autre avion, un avion militaire, près (du Boeing). Tout le monde l'a vu. Ils volent plus bas, en dessous de l'avion de ligne."

 

Deuxième femme : "Il y a eu des bruits d'explosions. Mais elles ont eu lieu dans le ciel, elles venaient du ciel. Puis l'avion a fait un brusque revirement il a changé sa trajectoire en mettant le cap dans cette direction là (geste de la main)".

 

Olga Ivshina, BBC : Le gouvernement ukrainien refuse cette version des faits en retenant que le Boeing ait été abattu par un missile d'une batterie BUK provenant de la Russie.

 

Vitaliy Naida, SBU (Services Secrets Ukrainiens) : "L'avion a été abattu par un système de missiles BUK M1. Il a été fait entrer en Ukraine le matin tôt du 17 juillet. Il a été transporté par un camion avec remorque à Donetsk. Successivement il a été transféré depuis Donetsk dans une colonne de moyens militaires dans la zone de Snezhnoye."

 

Olga Ivshina, BBC : Les services de sécurité ukrainiens ont publié des photos et une vidéo qui, selon eux, prouveraient que le Boeing a été abattu par un missile BUK.

Nous avons cherché à vérifier ces photographies et informations sur place. Dans une photo on voyait un paysage dans les environs de Thorez, depuis lequel il aurait été possible de voir la fumée provenant de la position présumée du lancement du missile.

Nous avons essayé de trouver ce point précis et il semble que nous avons réussi. Ici nous sommes aux portes de Thorez. Derrière moi, à environ 5 kilomètres de distance, il y a la ville de Snazhnoye. Et le paysage qui correspond à celui que nous pouvons voir sur la photo publiée par les services secrets ukrainiens. Pour trouver le lieu d'où on aurait vu la fumée nous avons pris comme point de repère ces 3 peupliers et ce groupe d'arbres.

Vraisemblablement, c'est celui-ci le lieu qu'on voit dans la photo publiée par les services de sécurité ukrainiens. 

 

Et voilà nos points de repère : les 3 peupliers isolés et le petit groupe d'arbres plus loin. La fumée qu'on voit sur la photo provenait de quelque part là-bas (geste) à mes épaules. Les services secrets ukrainiens considèrent qu'il s'agit de la traînée laissée par le lancement d'un missile BUK. Mais comme on peut le remarquer, plus ou moins dans le même lieu il y a le mémorial de Saur-Mogila, auprès duquel les combats continuent sans arrêt et une mine de charbon. Il est autant probable que la fumée provienne d'une de ces positions. Après avoir inspecté les champs voisins, nous ne sommes parvenus à trouver aucune trace d'un récent lancement de missiles. Ni les habitants du lieu que nous avons rencontré n'ont affirmé avoir vu un missile BUK. 

 

Dans les ruines d'un immeuble à Snazhnoye le thème des avions de chasse militaires qui volent derrière les avions civils revient. Une bombe a été lancée ici, causant 11 victimes civiles. 

 

Sergeiy Godovanets, Commandant de la milice de Snezhnoye : "Ils utilisent les avions civils pour se cacher derrière eux. En ce moment ils ont arrêté de le faire mais habituellement les avions civils survolent cette zone. Et eux se cachent (derrière les avions de ligne). L'expérience de Slavyansk a démontré qu'ils peuvent voler derrière un avion civil, bombarder, pour après aller se cacher de nouveau et voler ailleurs."

 

Olga Ivshina, BBC : Le commandant de la milice locale souligne qu'ils n'ont pas d'armes en mesure d'abattre un jet de combat à une altitude significative. Cependant, il soutient que si de telles armes étaient disponibles ils auraient essayé de les utiliser.

 

Sergey Godovanets : "S'il ne s'agissait pas d'un avion civil mais de chasse, oui."

 

Olga Ivshina, BBC : Est-ce que le Boeing aurait été abattu par les milices qui l'ont pris pour un avion militaire ? Pour le moment il n'y a aucune confirmation inéquivocable pour l'une ou l'autre version (de ce qui est arrivé). Les experts internationaux viennent de commencer leur travail avec les informations obtenues des données à leur disposition. Pour l'instant il est impossible de sous-estimer l'importance de cette enquête. Olga Ivshina, BBC.

 

 

Articles liés :

 

Le mystère du MH17 et de l'avion de chasse - Dépôt de demande d'enquête internationale auprès de l'UE sur le massacre d'Odessa

 

18 NOVEMBRE 2014 

 

Mystère MH17 : il y avait des avions de chasse en vol - PandoraTV éd. 12, 13 et 14 novembre

 

16 NOVEMBRE 2014 

 

VOL MH17 : L' HISTOIRE IGNORÉE

 

30 OCTOBRE 2014

 

Giulietto Chiesa - "Moody's aux services secrets allemands : comment dévoyer le bébé". PTV - Jeux de guerre.

 

22 OCTOBRE 2014

 

CTRL+C CTRL+V : ce que signifient les copiés-collés entre Corriere et Repubblica

 

01 OCTOBRE 2014 

 

Boeing 777 : ils ne veulent pas nous dire la vérité qu'ils ont découvert - G. Chiesa et P. Cabras

 

31 AOÛT 2014 

 

Crash du vol MH17 : toujours en attente des preuves. Interview d'un expert de l'OSCE

 

03 AOÛT 2014

 

Les médias russes rapportent que le vol MH17 a été abattu par une batterie de missiles ukrainienne

 

29 JUILLET 2014

 

Crash vol MH-17 - Les mensonges commencent à s'effriter

 

25 JUILLET 2014

 

Conférence de presse d'Alexandr Boroday du 19 juillet 2014

 

25 JUILLET 2014

 

L’Ukraine : un échiquier aspergé de sang   de Pepe Escobar


PAR JEAN-FRANÇOIS GOULON

24 JUILLET 2014 

 

Avion abattu. Pour Moscou il y avait un avion chasseur ukrainien sur la même route

 

23 JUILLET 2014

 

Bulletin d'information du Donbass, 1ère et 2e édition du 21 et édition du 22 juillet 2014.

 

22 JUILLET 2014

 

Poutine : le temps de sa revanche est venu 

de M.K. Bhadrakumar


PAR JEAN-FRANÇOIS GOULON 

22 JUILLET 2014 

 

 

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.