Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

640 Billets

1 Éditions

Billet de blog 22 oct. 2019

Comparution devant le tribunal de Westminster de Julian Assange le 21 octobre 2019

Lors de l'audience du 21 octobre de l'éditeur de WikiLeaks, Julian Assange, qui risque l'extradition vers les États-Unis et 175 ans de prison pour avoir publié des informations confidentielles révélant des crimes de guerre, Vanessa Baraitser, juge du district a donné deux mois supplémentaires à la défense pour présenter de nouvelles preuves en voie de formation depuis l'enquête en Espagne.

Segesta3756
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Julian Assange Westminster Court appearance 21st October 2019 © letmelooktv

https://www.youtube.com/watch?v=fbrC-O-7t30

Julian Assange Westminster Court appearance 21st October 2019

21 OCTOBRE 2019 - PAR WIKILEAKS

Lors de l'audience d'aujourd'hui de l'éditeur de WikiLeaks, Julian Assange, qui risque l'extradition vers les États-Unis et 175 ans de prison pour avoir publié des informations confidentielles révélant des crimes de guerre, Vanessa Baraitser, juge du district a donné deux mois supplémentaires à la défense pour présenter de nouvelles preuves qui sont en voie de formation au sein de procédures d'enquête en Espagne.

Le magistrat a refusé de permettre la tenue d'une audience préliminaire pour entendre les arguments selon lesquels la demande d'extradition sur Julian Assange était interdite par la loi américaine et britannique de 2003. Traité d'extradition, qui interdit les crimes politiques tels que l'espionnage. Assange est accusé en vertu de la loi de 1917 sur l'espionnage. (Vous trouverez ci-joint une note d'information sur les observations présentées aujourd'hui par les avocats de M. Assange, Birnberg Peirce and Partners LLP).

La deuxième demande de la défense consistait à demander au tribunal de reporter l'audience d'extradition complète prévue pour le 24 février 2020. La demande de report était fondée sur deux motifs :

Premièrement, les conditions de détention de M. Assange à la prison de Belmarsh, où il est maintenu en isolement, sans accès à des documents juridiques, à un ordinateur ou à une participation significative à son dossier. Ces conditions entravent de manière significative sa défense juridique.

Deuxièmement, à la suite de l'adoption du calendrier en juin, un tribunal espagnol a engagé une procédure ayant un impact direct sur l'affaire d'extradition d'Assange au Royaume-Uni. L'affaire concerne des opérations clandestines contre Assange, ses avocats, ses médecins et sa famille, y compris à l'ambassade équatorienne. La demande a été rejetée mais sera réexaminée lors de l'audience de gestion de l'affaire du 19 décembre.

https://elpais.com/elpais/2019/10/09/.....

https://elpais.com/elpais/2019/10/04/.....

https://elpais.com/elpais/2019/09/25/.....

Le magistrat a demandé à M. Assange s'il avait compris les événements devant le tribunal et il a répondu :

"Je ne comprends pas en quoi c'est équitable. Cette superpuissance a eu 10 ans pour se préparer à cette affaire et je n'ai pas accès à mes écrits. Il est très difficile, là où je suis, de faire quoi que ce soit, alors que ces gens ont des ressources illimitées... Ils disent que les journalistes et les dénonciateurs sont les ennemis du peuple. Ils ont des avantages déloyaux en ce qui concerne les documents. Ils connaissent les détails de ma vie intérieure avec mon psychologue. Ils volent l'ADN de mes enfants. Ce n'est pas équitable ce qui se passe ici."

Kristinn Hrafnsson, rédacteur en chef de WikiLeaks, a déclaré

"L'Affaire devrait être rejetée immédiatement. Non seulement c'est illégal à l'aune du traité, mais les États-Unis ont mené des opérations illégales contre Assange et ses avocats qui font l'objet d'une importante enquête en Espagne."

Le calendrier de gestion des cas a été fixé comme suit

18 novembre 2018[sûrement une coquille : 2019] Audience de convocation (audience administrative nécessaire pour amener un défendeur devant un juge tous les 28 jours)

18 décembre 2019 Date limite de dépôt des preuves

19 décembre 2019 Étude de la gestion de l'affaire (pour examiner l'état d'avancement de l'affaire, y compris les éléments de preuve présentés)

7 février 2020 Délai de soumission des offres groupées par les deux parties

11 février 2020 Date limite pour l'argumentation schématique de la défense

18 février 2020 Date limite pour l'argumentation schématique de l'accusation

25 février 2020 Début de l'audience d'extradition.

---------------------

à lire sur RT : le très bon dossier sur la journée d'hier au tribunal de Westminster

Le juge refuse à Assange un délai supplémentaire dans la procédure d'extradition vers les Etats-Unis

Julian Assange en fourgon cellulaire le 21 octobre 2019. © RT

 

 

capture écran tweet Stefania Maurizi

source twitter S.Maurizi

Sur le même sujet sur ce blog :

Une société espagnole espionnait pour la CIA les visiteurs d'Assange à Londres

19 oct. 2019

Interview du père de Julian Assange du 9 octobre 2019 (RT)

21 oct. 2019

Sur d'autres blogs du Club :

Torture et déni du droit : le martyre d’Assange et l’indifférence des médias

22 oct. 2019

Par Le Cri Des Peuples

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Effacement et impunité des violences de genre
Notre société se présente volontiers comme égalitariste. Une conviction qui se fonde sur l’idée que toutes les discriminations sexistes sont désormais reconnues et combattues à leur juste mesure. Cette posture d’autosatisfaction que l’on discerne dans certains discours politiques traduit toutefois un manque de compréhension du phénomène des violences de genre et participe d’un double processus d’effacement et d’impunité.
par CETRI Asbl
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85