Marine et Nicolas

Horreur et damnation. Dimanche, tranquillement assis à table avec ma belle-famille italienne, voilà que la télévision, en qui je ne crois plus, vient me couper les papilles, pourtant excitées par un merveilleux plat de lasagnes. Des images d’un Nicolas Sarkozy triomphant et d’une Marine financée par la Russie happent mon attention et me font perdre quelques nerfs. Au cours des dix années passées sporadiquement dans la botte, j’ai pu constater que ces deux personnages politiques étaient bien les plus reconnus ici. Mamma mia.

Voilà l’image politique de la douce France à l’étranger. Un petit homme de la « trempe » de Nicolas d’un côté, de l’autre l’héritière d’un militant actif de l’Algérie française. Miam. Une France des extrêmes droites: une extrême droite « républicaine » ayant abandonné les pauvres pour les pointer du doigt et une extrême droite classique osant même aujourd’hui le rapprochement avec les nouveaux russes, pourtant fils des « rouges ». Les temps changent. Damned. Certains vont tourner comme des toupies dans leur tombe, même si ce n’est sans doute pas celles sur lesquelles je vais me recueillir, avec tout le respect que j’ai pour les morts et les vivants.

Si l’on s’éloigne de ces images peu reluisantes pour se pencher sur le fond, c’est d’autant plus effrayant. Je ne parviens pas à voir autre chose dans ce rapprochement qu’une légitimisation du parti de Marine Le Pen par la Russie, ambitieuse puissance en reconquête. Qui croit donc à la victoire finale du FN en 2017 et qui aimerait profiter de sa popularité en France, avec pour ennemi commun ces grands méchants loups que sont l’Amérique et l’impérialisme. Danger. Ah, les douces raisons opportunes…

Quant au petit nicolas, en fait on s’en fout si vous permettez cet écart. Le sieur se félicite petitement d’une « victoire » acquise avec seulement 30% des partisans UMP si l’on considère le nombre total d’encartés. Camouflet. C’est bien la seule bonne nouvelle de la journée. Alain Juppé, s’il ne nous fait pas une « Delors » ou une « Jospin », c’est à dire nous « abandonner » après nous avoir fait espérer, peut préparer les élections de 2017. Il est notre seul réel espoir républicain parmi les candidats déjà en course ayant une chance d’être élu. J’excepte le PS car celui-ci ne se relèvera pas sans doute pas de si tôt de cette période de « pouvoir ».

Alain Juppé aura fort à faire avec cette marine ambitieuse qui peut très allègrement surfer sur toutes les frustrations (anti) françaises: celle des anti-immigration, celle des anti-Islam, celle des anti-Roms, celle des anti-Europe, celle des anti-fainéants, celle des classes moyennes s’estimant lésées, celle des « décomplexés » et celle désormais des anti-impérialistes…

Mais alors me revient le visage de Sarkozy. Mais oui, enfin! Evidemment que l’on doit te remercier nicolas! Merci pour toutes ces années d’extrémisation de la droite républicaine à des fins électoralistes qui nous offrent marine sur un plateau d’argent aujourd’hui. Tu mérites d’être oublié. Mais comme la vie est parfois injuste, on paiera peut-être longtemps ta petitesse d’âme. Tu vois, tu n’es plus le seul petit, nous sommes tous avec toi désormais. A une autre table, moins familiale cette fois...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.