Le "beur" et l'argent du "beur"

Dans le même temps que la parole se « décomplexe » en France, nous crachons allègrement sur l’histoire. Il est « amusant » de constater que ce sont les mêmes personnes qui parlent avec fierté de l’époque coloniale française qui évoquent aujourd’hui un trop plein d’immigration.

On aurait aimer attiser notre puissance, sucer les ressources naturelles et maltraiter les cultures en Afrique ou au Moyen-Orient sans qu’il y ait de conséquences en terme de démographie sociale.

Le « beur » et l’argent du « beur ». Bande de psychopathes.

De près, de loin, ce discours est inacceptable. La France est une nation de métissage car elle l’a bien voulu. Son histoire est mêlée à jamais. Transformons notre souil en or et (ré)approprions-nous notre histoire.

L’homme occidental et confortable est un animal extraordinaire. Il peut modeler sa conscience pour vivre sereinement avec ses idées tout en oubliant la merde, littéralement, sur laquelle il a construit son lit de morale, ses grandes et belles idées et ses républiques honteuses.

Petit porc scandaleux. Sois raisonnable, reviens à toi au risque sinon de voir grandir encore en ton sein la colère des rejetés, ceux qui relieront ton passé et ton présent, ton pays et tes colonies, ceux qui ont grandi sur le lit pourri de tes contradictions. Et ça sera violent.

Le 7 janvier 2015?

Fuck.

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.