Selim Paladio
Freelance se rêvant écrivain
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 11 mai 2016

Les fruits empoisonnés de la paix

Scène de vie quotidienne dans le métro à Paris. 20 minutes de colère personnelle. Un homme sans abri, qui a sans doute eu moins de chance que la grande majorité des passagers de la ligne 6 qui file en direction de Charles de Gaulle Etoile, empli d'un parfum ingrat la rame du métro.

Selim Paladio
Freelance se rêvant écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Alors, pendant 20 minutes, j’ai testé la résistance de mes concitoyens. Résultat? 20 minutes de sourires, de soupirs, de moqueries, d’indignation ridicule, de regards complices… Et ça fini en beauté avec une dame sans doute respectable, mais qui n’a pu s’empêcher de regarder avec dégoût et insistance ce rebut de la nature, tout en questionnant son pleutre de mari sur le pourquoi, le comment d’une telle situation.
Je suis incorrigible, pourquoi est-ce que je m’inflige ça me direz-vous?
Ressembler aux monstres sans coeur que j’ai vu, c’est une chose douloureuse également.
Moi aussi, j’ai été indisposé par l’odeur de ce monsieur. Mais j’ai ravalé mes petites émotions de petit bourgeois chanceux et aimé.
Un cafard ou un chien aurait reçu moins de signaux négatifs que lui.
Nous avons vécu toute notre vie dans le confort, protégés de la guerre, de la faim, de la haine. Nous savons depuis un certain jour de janvier que la paix et la stabilité ici se construit sur la guerre et l’exploitation des dominés.
Quand est-ce que nous allons nous relever de notre souillure, nous qui ne vibrons plus pour la souffrance des moins aimés, pour la colère des brebis égarés? De notre position de bourgeois confortable, pourquoi ce déni de vie?
Où alors quand est-ce que nous allons assumer notre rôle de dominant? Alors ce jour là, officialisons que la vie n’a finalement pas changé depuis le moyen-âge, que tout est rapport de dominant à dominé.
Alors ce jour-là, je n’éduquerais pas mon fils sur de belles valeurs morales, où le respect des autres et l’égalité entre les hommes étaient une réalité.
J’y ai cru, j’ai souffert, puis j’ai ouvert les yeux. Nos convictions tiennent jusqu’à être remise en cause par nos émotions. Et là, plus rien d’autre que l’instinct de survie, rien d’autre que notre animalité.
Je l’accepte alors, mais ne portons pas haut de quelconques valeurs morales.
Le processus sera long et dur, car notre société de consommation, offrant confort et convictions morales fortes, nous coupe tous les jours encore plus de nos émotions, nous rendant de plus en plus insensibles à l’humain, insensibles à l’imperfection de nos systèmes où les plus démunis sont livrés à eux-mêmes et jetés en pâture à la bien-pensance bourgeoise, qui se base sur de beaux principes, par sur la réalité, plus grise que blanche.
La notion de partage est la seule qui peut lutter contre l’instinct de puissance contenu dans le matérialisme de nos vies actuelles. Grandir, se développer, conserver notre confort? Oui, mais à quel prix? Je suis anti-libéraliste car le « marché » nous impose sa logique, nous repoussant dans les cordes de notre ring.
Précarité, misère éducative et sociale, c’est ça le fruit des Lumières? Le seul point commun que je vois aujourd’hui avec la révolution de 1789, c’est une partie de la population qui vit loin des réalités « réelles » des pauvres. Libéralisme vs Royalisme. Même combat: ne pas perdre la position dominante.
Les belles valeurs de la République sont des performances d’illusionnistes.
Alors oui je vous hais fils de la paix et de la croissance, car vous avez oublié les nécessiteux. Vous avez oublié la dignité humaine. Remplacez ce SDF par un migrant, par un prisonnier de droit commun, par un djihadiste perdu…
Indignons nous pour la réalité, par pour des idées.

Je suis le fruit empoisonné de l'amour et de fragiles convictions.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Médias
La commission d’enquête parlementaire ménage Bernard Arnault…
L’audition du patron de LVMH par la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est déroulée de manière aussi calamiteuse que celle de Vincent Bolloré. La plupart des dangers qui pèsent sur l’indépendance et l’honnêteté de la presse ont été passés sous silence.
par Laurent Mauduit
Journal — Médias
… après avoir tenu café du commerce avec Vincent Bolloré
Loin de bousculer Vincent Bolloré, la commission d’enquête du Sénat sur la concentration des médias s’est montrée approximative et bavarde, mercredi, au lieu d’être rigoureuse et pugnace. L’homme d’affaires a pourtant tombé un peu le masque, laissant transparaître ses attaches nationalistes.
par Laurent Mauduit
Journal
Didier Fassin : « on est dans un basculement qui n'était pas imaginable il y a 5 ans »
Alors que l’état de crise semble être devenu la nouvelle normalité, quelles sont les perspectives pour notre société ? Didier Fassin, directeur d’études à l’EHESS qui publie « La société qui vient », est l’invité d’« À l’air libre ».
par à l’air libre
Journal — Extrême droite
Révélations sur les grands donateurs de la campagne d’Éric Zemmour
Grâce à des documents internes de la campagne d’Éric Zemmour, Mediapart a pu identifier 35 de ses grands donateurs. Parmi eux, Chantal Bolloré, la sœur du milliardaire Vincent Bolloré, qui siège au conseil d’administration du groupe. Premier volet de notre série sur les soutiens du candidat.
par Sébastien Bourdon, Ariane Lavrilleux et Marine Turchi

La sélection du Club

Billet de blog
Quoi de neuf ? Molière, insurpassable ! (1/2)
400e anniversaire de la naissance de Molière. La vie sociale est un jeu et il faut prendre le parti d’en rire. « Châtier les mœurs par le rire ». La comédie d’intrigue repose forcément sur le conflit entre la norme et l’aberration, la mesure et la démesure (pas de comique sans exagération), il reste problématique de lire une idéologie précise dans le rire du dramaturge le plus joué dans le monde.
par Ph. Pichon
Billet de blog
Molière porte des oripeaux « arabes »
Le 15 janvier 2022, Molière aurait eu 400 ans. Ce grand auteur a conquis le monde, a été traduit et adapté partout. Molière n'est désormais plus français, dans les pays arabes, les auteurs de théâtre en ont fait leur "frère", il est joué partout. Une lecture
par Ahmed Chenikii
Billet de blog
On a mis Molière dans un atlas !
Un auteur de théâtre dans un atlas ? Certes, Molière est génial. Parce qu'il n'a laissé quasiment aucune correspondance, un trio éditorial imagine comment Jean-Baptiste Poquelin a enfanté "Molière" dans un atlas aussi génial que son objet. (Par Gilles Fumey)
par Géographies en mouvement
Billet de blog
Molière et François Morel m’ont fait pleurer
En novembre 2012, François Morel et ses camarades de scène jouaient Le Bourgeois gentilhomme de Molière au théâtre Odyssud de Blagnac, près de Toulouse. Et j’ai pleuré – à chaudes larmes même.
par Alexandra Sippel