Selim Paladio
Freelance se rêvant écrivain
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 13 juil. 2015

Henri Legarda au Congo, ou le retour du Phoenix

Selim Paladio
Freelance se rêvant écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Vendredi 10 juillet 2015. Le souvenir du Président Legarda réveille et agite les consciences des anciens salariés du Mans FC et du microcosmos du football. « Henri Legarda, ex Le Mans FC, replonge dans le football » titre Ouest France ce jour-là. Je ne suis pas surpris par le retour d’Henri dans le football… même si celui-ci a lieu en Afrique, au Congo plus exactement. Il restera pour moi quelqu’un d’important, quoique le futur nous offre. J’aime voir la vie « grise », pas en noir et blanc. Je ne crois pas aux anges, aux démons. J’ai côtoyé Henri professionnellement pendant près de 10 ans au Mans et il est sans doute un des personnages les plus complexes que je connaisse. Tour à tour visionnaire, généreux, fou, humaniste, excentrique, têtu, colérique. Bref, un personnage. Un personnage que je compare parfois à Icare, celui-là qui s’était rapproché trop près du soleil.

Le soleil, le roi soleil. Comme on surnomme parfois au Mans Jean-Claude Boulard, Maire du Mans et maître d’oeuvre du MMArena, tombeau de l’ancien club du Président Legarda, aujourd'hui en CFA 2 (5ème niveau national, après avoir été un des pensionnaires les plus anciens de la seconde division). Sans rentrer dans ce procès, à charge et donc forcément louche, c’est aujourd’hui la force de caractère d’Henri que je vois dans le reflet de ce plongeon en Afrique. Sans rentrer non plus dans la légitimité de son projet au Congo et ses intentions, Henri démontre qu’il a la fibre sportive. Comme un footballeur revanchard qui atterrirait à Nice ou à Bastia (destination privilégiée des « phoenix » dans le football en France) pour prouver à ses belligérants qu’ils avaient tort. Et souvent, ça marche. Alors oui, l’aventure d’Henri au Congo va sans doute se terminer en queue de poisson dans 10 ans. Comme de nombreuses utopies. Car Henri est une sorte de dirigeant dictateur, épris de sa propre liberté et de sa propre indépendance. Henri l’autoditacte qui n’aimait pas l’école mais adore le travail. La liberté, ça fait des jaloux et l’indépendance, des ennemis. Donc, 10 ans de succès avant d’approcher trop près du soleil, trop près du pouvoir.

Mais auparavant, il est à parier que l’on entendra parler en Afrique du Daring Club Motema Pembe de Kinshasa, club le plus titré du pays. Il est à parier que la Ligue des Champions Africaines ne sera pas loin de l’escarcelle d'Henri, que les installations du club lui permettront de progresser, que son centre de formation sera très performant. Et forcément, business il y aura. Mais ça, c’est la vie d’Henri, qui vit pour entreprendre, prendre des risques, faire grandir, développer. C’est ce qu’il nous a transmis à l’époque du MANS FC. Alors oui, nous nous souviendrons tous qu’il faut garder les pieds sur terre et ne pas s’entêter à trop grand prix. Mais que chaque jour est aussi l’occasion de faire mieux que le jour d’avant et que c’est à ce prix que le monde progresse, tâtonne, recule, avance… Henri, personnage universel. Mais attention Henri, reste à distance des soleils de notre terre si tu ne veux pas voir l’histoire se répéter. Mais là, je crois qu’Henri fera la sourde oreille.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Santé
Clinea, la psychiatrie très lucrative façon Orpea
Les cliniques psychiatriques Clinea sont la filiale la plus rentable d’Orpea. Elles profitent des largesses de l’assurance-maladie, tout en facturant un « confort hôtelier » hors de prix à leurs patients. Pour les soins et le management, le modèle est un copié-collé du groupe.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — Gouvernement
Le malentendu Pap Ndiaye
Insulté par l’extrême droite et critiqué par certains partisans de Macron, le ministre de l’éducation nationale est en réalité un modéré, loin des caricatures indigénistes et des procès en wokisme. Mais, entouré de proches de Jean-Michel Blanquer et du président, Pap Ndiaye aura du mal à s’imposer.
par Joseph Confavreux et Ellen Salvi
Journal
Législatives : comment le RN cible le rassemblement des gauches
Mediapart a pu consulter les documents fournis aux candidats du parti d’extrême droite pour les législatives. Ils montrent que le parti fait manifestement peu confiance à ses troupes sur le terrain. Ils s'en prennent à la coalition de gauche Nupes, rebaptisée « extrême gauche pro-islamiste ».
par Lucie Delaporte
Journal
Le travail sexuel, angle mort de la Nupes pour les législatives
Le sujet n'a jamais fait consensus à gauche. Le programme de la Nupes est marqué par les positions abolitionnistes, majoritaires dans les partis. Plusieurs acteurs de terrain s'insurgent. 
par James Gregoire

La sélection du Club

Billet de blog
A quoi sommes-nous sensibles ?
La mort des non Occidentaux semble invisible. Qu’ils soient Syriens, Afghans, Nord Africains, du Moyen Orient, d’Asie... Ils sont comme fantomatiques, presque coupables d’effleurer notre champ de vision.
par Bruno Lonchampt
Billet de blog
Couple binational : le parcours du combattant
Si on m’avait dit auparavant, qu’en 2021 je serais mariée, j’aurais éclaté de rire ! Pourtant, par amour, on est capable de tout.
par Amoureux Au ban public
Billet de blog
Mineur·es en danger à la rue, il est urgent de les protéger !
« Les droits de l’enfant ne se discutent pas, encore moins au profit d’affichages politiciens de “lutte contre l’immigration”. » Face au nombre croissant d’enfants migrants en grand danger faute de prise en charge, une soixantaine d'associations locales de terrain et d'organisations nationales tirent la sonnette d’alarme. Ils demandent que « la présomption de minorité soit inscrite explicitement dans la loi. »
par Les invités de Mediapart
Billet de blog
Accès au droit des étrangers : régularisons l’administration !
Des élus de la République, des responsables associatifs, des professionnels du droit et autorités administratives intervenant dans le 20e arrondissement, et à Paris, sonnent la sonnette d'alarme. La prise de rendez-vous dématérialisée auprès des préfectures en vue de déposer des demandes de titres de séjour est devenue quasi impossible. « La déshumanisation et le dévoiement des services publics sont à leur comble ! » 
par Les invités de Mediapart