Selim Paladio
Freelance se rêvant écrivain
Abonné·e de Mediapart

16 Billets

0 Édition

Billet de blog 14 févr. 2016

Retour aux sources du Football Passion

Moi le fondu de football, je suis en pénitence depuis que mon (ancien) club de coeur et accessoirement mon premier employeur est tombé au 6ème rang national en France. Le Mans pour ne pas le nommer. Alors, plus de club dans le coeur. Mais toujours le football dans la peau.

Selim Paladio
Freelance se rêvant écrivain
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Oui mais quel football? Celui qui a fait disparaître mon club, notamment avec ce prétentieux et froid avivarena, mal né dans un pays qui n’aime pas le sport? Celui qui oppose les personnes dans des batailles de pouvoir sans fin et ridicules, au delà des enjeux pourtant énormes (n'est-ce pas les finances publiques)? Celui qui traite les joueurs comme des produits à vendre ou à jeter, loin des questions de potentiels humains? Celui qui considère ses propres supporters comme des « paniers moyens », comme de (très) vulgaires consommateurs?
Le supporter ne consomme pas, il se consume déjà. 


Non, pas ce football là. Définitivement.
Le football que j’aime, il y règne une odeur de pisse, de bière et de violence à fleur de peau. Pas une réelle violence, mais un monde un peu brut il est vrai. Pourtant, que de sourires et de rires en Curva Nord ce samedi…
J’étais donc de retour à Ancone 1905 ce samedi, mon troisième match dans ce petit Vésuve qu’est le Stade du Conero. Pas un hasard de me retrouver là encore. Outre le fait que le club a souffert aussi d’une rétrogradation administrative en 2010, 3 ans avant Le Mans, il est l’un des deux seuls clubs italiens à appartenir à ses supporters. Une autre idée du football, loin des strass des clubs milliardaires.
J’ai toujours aimé ce petit stade, creusé dans une colline et offrant à ses fidèles une caisse de résonance qui donne envie. Pour 13 euros, je prends place en Curva Nord, avec les 2000 personnes présentes qui ont bien décidé de chanter, sauter, crier pendant 90 minutes. 90 minutes loin d’être passionnantes malgré la domination constante d’Ancone, actuellement 4ème de Série C1, le troisième niveau national.
0-0, pour la 3ème fois pour moi au Stade du Conero. 

Mais je suis heureux au delà du déficit de but, car la passion et le bon moment passé en tribune valent leur pesant d’or. Au milieu des vieux, des enfants, des femmes et des capuches. Tous une écharpe rouge et blanche autour du coup. On porte les couleurs, comme à Marseille ou à St Etienne.
Assis, clope au bec avec mon café et mon éternel carnet de notes, ou sautant sur les sièges en plastiques au milieu des ultras, quel plaisir. Voir le match à travers les drapeaux flottants. Sentir cette vibration commune, ce petit moment de parenthèse…
On est loin des stades de spectateurs où la critique règne plus que la passion. Sport passion ou sport critique pour vous? J’aime le football pour ce qu’il m’offre des tribunes. Pas pour ce qu’il m’offre en terme de modèle social. Le football moderne n’offre aucun modèle social et durable. Les belles valeurs institutionnelles volantes n’offrent rien à la réalité, qui rampe, ou creuse, quand à elle.
Je me sens plus proche de la réalité dans le football à papa qu’à Eurodisney. Où l’on aime mettre un drap sur la réalité pour tout lisser. Tandis que la passion disparaît, le « panier moyen » quand à lui s’embrase. Suis-je fou de ne voir aucun futur dans cette envie d’éternel croissance, illusoire et dangereuse. Notre modèle économique peut en témoigner. Une fois le mirage de la croissance évanouie, reste une terre en feu et la désolation.
Bref, je suis parti bien loin là encore, c’était juste un Ancone - Giulianova. Du calme.
La seule chose qui m’aura manqué ce samedi, c’est de partager ce moment avec mes potos consumés, Alan, Wenceslas ou Florent. Car comme tout, aucun moment ne mérite d’être vécu si il n’est partagé. A très vite donc.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Accusé d’agressions sexuelles, Éric Zemmour instrumentalise #MeToo à des fins racistes
Confronté au faible engouement de l’électorat féminin et aux accusations de violences sexuelles, l’entourage du candidat d’extrême droite tente de mettre en avant des femmes le soutenant. Mais leur discours se borne à instrumentaliser le mouvement féministe à des fins racistes.
par Sarah Benichou et Juliette Rousseau
Journal — Extrême droite
Serge Klarsfeld : « Il parle des musulmans comme on parlait des juifs »
L’historien et avocat, président de l’association Fils et filles des déportés juifs de France, dénonce la réhabilitation par le candidat d’extrême droite du régime de Vichy.
par Mathieu Magnaudeix et Berenice Gabriel
Journal — Services publics
« Tout meurt à petit feu ici » : à Saint-Cyprien village, La Poste est fermée depuis un an
Le bureau de poste de cette localité des Pyrénées-Orientales a baissé le rideau en février 2021. Les habitant·es de la commune côtière doivent désormais se rendre au guichet situé à la plage, à plus de 3 km de là. Or, pour les plus âgés, la disparition de ce service au cœur du village est un abandon de plus.
par Khedidja Zerouali
Journal — Migrations
Un passeur algérien raconte son « business » florissant
En 2021, de nombreuses personnes ont tenté de quitter l’Algérie et rejoindre l’Europe par la mer, débarquant à Almeria, Carthagène ou aux Baléares. Dans le sud de l’Espagne, Mediapart s’est s’entretenu longuement avec un de ces « guides » qui déposent les « harraga » (exilés) en un aller-retour. 
par Nejma Brahim

La sélection du Club

Billet de blog
Présidentielle : ouvrir la voie à une refondation de la République
La revendication d’une réforme institutionnelle s’est installée, de la droite à la gauche. Celle d’une 6° République est devenue un totem de presque toutes les formations de gauche à l’exception du PS. Ce qu’en a dit samedi Arnaud Montebourg rebat les cartes.
par Paul Alliès
Billet de blog
Une constituante sinon rien
A l’approche de la présidentielle, retour sur la question de la constituante. La constituante, c’est la seule question qui vaille, le seul objet politique qui pourrait mobiliser largement : les organisations politiques, le milieu associatif, les activistes, les citoyens de tous les horizons. Car sans cette réécriture des règles du jeu, nous savons que tout changera pour que rien ne change.
par Victoria Klotz
Billet de blog
Le convivialisme, une force méta-politique
Vu d'ailleurs le convivialisme peut sembler chose bien étrange et hautement improbable. Parmi ses sympathisants, certains s'apprêtent à voter Mélenchon, d'autres Jadot, Taubira ou Hidalgo, d'autres encore Macron... Ce pluralisme atypique peut être interprété de bien des manières différentes. Les idées circulent, le convivialisme joue donc un rôle méta-politique. Par Alain Caillé.
par Les convivialistes
Billet de blog
Et si nous avions des débats constructifs ?
La journée internationale de l'éducation de l'UNESCO, le 24 janvier, est l'occasion de rappeler que les savoirs et expertises de toutes et de tous sont essentiels pour nourrir les conversations démocratiques.
par marie-cecile naves