Mohammed Ben Salman: L'hubris de l'éphémère

«Mon père chevauchait un chameau, je roule en Cadillac, mon fils roule en jet, son fils chevauchera un chameau.»  Proverbe saoudien

 

 


La mue de l'Arabie saoudite de MBS

 Pour mettre de l'ordre «son ordre», MBS prince héritier depuis juin 2017, il n'y va pas de main morte: il embastille. «Depuis le 9 septembre 2017, plusieurs dizaines d'arrestations ont eu lieu en Arabie saoudite. Il s'agit pour la plupart de personnalités publiques très différentes dont la caractéristique commune est qu'elles n'ont pas pris position dans la «crise qatarie». La liste comporte aussi plusieurs jeunes intellectuels réformistes qui, après 2011, ont pris une part active à la contestation démocratique en Arabie. Parmi eux, Abdallah Al-Maliki, diplômé de sciences religieuses, qui a créé l'événement en 2012 en publiant un livre dans lequel il cherchait à montrer la primauté de la souveraineté populaire sur la charia et Mustafa Al-Hassan, fondateur d'un forum pour encourager le développement des sociétés civiles.» (1)

 «Au-delà des profils des détenus, ce qui frappe est la méthode. (...) Il faut dire qu'après trois mois de blocus, l'Arabie, les Émirats arabes unis, l'Égypte et le Bahreïn n'ont pas obtenu grand-chose,.(...) Ces nouvelles arrestations ont donc une seconde cause profonde, de nature plus structurelle, liée aux transformations depuis deux ans du régime saoudien. (...) C'est tout ce système qui est mis à bas depuis 2015 avec la montée en puissance d'un unique homme fort, Mohammed Ben Salman, actuel prince héritier et fils du roi, qui concentre aujourd'hui entre ses mains l'essentiel du pouvoir. (...) L'obsession de Mohammed Ben Salman semble être de créer une verticale du pouvoir remontant à sa personne, alors même que le système saoudien était tout entier bâti sur l'idée d'une certaine horizontalité.» (1)

 «Mohammed Ben Salman argue de la nécessité de mettre l'État et la société en ordre de bataille pour, d'une part, relever les défis régionaux - notamment ce que Riyadh qualifie d'«expansionnisme iranien» et qui justifie la guerre au Yémen - et, d'autre part, faire appliquer son projet de réforme économique et sociale, présenté de manière tapageuse sous le nom de «Vision 2030» La même transformation s'était produite de manière plus discrète plus d'une décennie plus tôt aux Émirats arabes unis sous la férule de Mohammed Ben Zayid, prince héritier d'Abou Dhabi et mentor de Mohammed Ben Salman. À Riyadh, on murmure ainsi que l'objectif des changements actuels est d'importer en Arabie le «modèle émirien», qui fascine le jeune prince»..(1)


La France au service de Riyadh pour une poignée de dollars

 «Il semble que la politique gaullienne en ce qui concerne les pays arabes appartient au passé. Place aux affaires!!:»Les liens assez étroits des dirigeants français avec certains dirigeants de pays arabes du Golfe ne relèvent pas du secret défense. Ces liens ne cessent de se renforcer au point où le petit Émirat du Qatar parvient sans aucune peine à influer de manière décisive aussi bien en amont qu'en aval du processus de conception et de mise en oeuvre de la politique étrangère de la France au Moyen-Orient et en Afrique. (...) La proximité du prince héritier Mohammed Ben Salman et du président français Emmanuel Macron est un cas d'école à étudier. (...) D'après des sources fiables, le puissant prince saoudien Mohamed Ben Salman ou MBS a mis Emmanuel Macron à son service pour six milliards de dollars US. Dans les faits, Macron reprend mot pour mot les positions officielles de la famille régnante du Royaume d'Arabie saoudite: pas de retrait US de Syrie; contre-offensive politique pour assurer la continuité du conflit au Levant; soutien politique, diplomatique et militaire à la coalition arabe menée par Riyadh au Yémen; déstabilisation de certaines régions du Sahel et, cerise sur un gâteau déjà pourri, servir d'alternative en cas de défaillance de Trump dont les positions réelles suscitent l'extrême méfiance de Riyadh et des grands financiers de Londres et de Frankfurt. Pour les Saoudiens, la vie est belle: on peut s'acheter un président français pour trois fois rien!». (2)

 De même, le dernier passage de MBS en France, malgré les salamalecs, a déçu en termes de contrats... Ainsi: «À l'issue d'une longue tournée internationale, le prince Mohammed Ben Salman (MBS), arrive à Paris le 8 avril 2018 (...) Le prince héritier saoudien, Mohammed Ben Salman, apparaît tout autant comme le réformateur d'une société sclérosée, qu'un piètre diplomate embourbé dans quelques aventures extérieures périlleuses. (...) Ombrageux, frustre et impulsif, il dirige le pays d'une main de fer et se veut être le garant de la stabilité dans le pays Réformateur à l'intérieur (il embastille les corrompus jusqu'à leur faire rendre gorge, il assouplit la condition de la femme, il veut réformer une économie malade de la corruption et du conservatisme rendue visible avec la chute des cours du pétrole à travers sa «vision 2030», il privatise l'eau, il introduit Aramco en Bourse, il entend remettre les rigoristes de l'islam à leur juste place, il veut développer le tourisme, les arts, les loisirs...), il est conservateur à l'extérieur (guerre sans merci contre l'Iran par Yémen interposé brouille avec le Qatar,...) même s'il admet qu'Israël a droit de vivre (vraisemblablement pour sceller l'alliance tripartite États-Unis/Israël/Arabie saoudite contre la peste chiite) (...) MBS vient à Paris, tel un représentant de commerce pour vendre son projet d'ouverture. (...) Pour ce qui est de la diplomatie économique, l'on apprend qu'Emmanuel Macron se rendra à la fin de l'année en Arabie saoudite pour signer des contrats élaborés avec la pétromonarchie du Golfe. On pense surtout aux domaines du tourisme, de la culture, de la musique, du patrimoine historique.» (3)

L'hubris de MBS un grand chéquier et un sabre nain

 L'hubris de MBS est sans limite! A l'Iran héritière de Darius à qui il dispute le leadership au Moyen-Orient. Adossé au parapluie américain, il affiche sa capacité de nuisance en croyant que tout s'achète comme en Occident! Clark Kent rapporte que: «Au cours d'un entretien avec Jeffrey Goldberg, rédacteur en chef du magazine américain The Atlantic, le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman (dit «MBS») a atteint le point Godwin en comparant l'ayatollah Ali Khamenei, le chef du clergé iranien, à Hitler. Peut-être ne connait-il pas la parabole du sermon de la montagne qu'il aurait pu faire sienne: «Pourquoi vois-tu la paille qui est dans l'oeil de ton frère, et n'aperçois-tu pas la poutre qui est dans ton oeil?»L'Iran n'a envahi ni la Pologne ni aucun autre pays depuis 1785. (...) En revanche, en 2015, l'Arabie saoudite et ses alliés ont envahi le Yémen et y mènent une guerre dévastatrice. L'Arabie saoudite est également intervenue en Syrie, en soutenant les djihadistes de l'Armée de l'Islam d'extrême-droite et en commanditant des attentats à la bombe à Damas.» (4)

L'interview de Mohammed Ben Salman dans The Atlantic: un exemple de félonie

 Le grand journaliste Abdelbari Atwan tire les conclusions de l'entretien accordé par Mohammed Ben Salman à The Atlantic en énumérant dix points: «Mohammed Ben Salman ne s'adressait pas au peuple saoudien dans cette interview, mais aux décisionnaires, aux législateurs et à l'Etat profond américains. Il s'est montré à eux, avec sa vision et ses politiques futures, comme un allié stratégique digne de confiance. Il est en quête du «feu vert» soutenant son prochain couronnement au Royaume d'Arabie saoudite, qui se déroulera peut-être quelques jours ou quelques semaines après la fin de cette tournée. (...) Il a présenté ses lettres de créance à son plus grand allié, expliqué ses programmes politiques, sociaux et économiques. Nous pensons qu'il a obtenu un certain succès dans ce domaine, notamment à la Maison-Blanche, auprès du «gouvernement de guerre» dirigé par le Président Trump.» (5)

«Dix points principaux dans la rencontre du prince Mohammed Ben Salman avec The Atlantic résument sa future stratégie Premièrement: le prince Ben Salman a reconnu, pour la première fois depuis le début du conflit israélo-arabe, le droit des juifs à établir un Etat sur «la terre de leurs aïeux». Denis Ross, responsable du conflit et des négociations entre les Arabes et les Israéliens dans plusieurs administrations américaines, a déclaré qu'il s'agissait de la première reconnaissance des droits historiques des juifs. Deuxièmement: le prince Ben Salman n'a pas émis une seule critique contre Israël tout au long de l'interview ni en marge de celle-ci, d'après Goldberg lui-même. Il a au contraire fait son éloge de manière indirecte en disant qu'Israël possédait une grande économie pour sa taille géographique.» (5)

«Troisièmement: le prince n'a pas prononcé une seule fois le terme «Etat palestinien» et n'a pas indiqué que Jérusalem occupée était sa capitale. Il s'est contenté de parler du «droit des Palestiniens et des Israéliens à disposer d'une terre». Quatrièmement: le Prince a exprimé son «inquiétude religieuse» au sujet de la mosquée Al-Aqsa à Jérusalem et parlé du droit du peuple palestinien, sans le définir. Il a affirmé qu'il n'avait rien contre les autres religions, notamment le judaïsme et le christianisme. Cinquièmement: il a divisé le Moyen-Orient en deux camps (comme le cheikh Oussama Ben Laden, mais en inversant les camps): le camp du mal, englobant l'Iran, le Hezbollah et les Frères musulmans; le camp des modérés incluant la Jordanie, l'Egypte, les Emirats, le Bahreïn, le Sultanat d'Oman, le Koweït et le Yémen aux côtés de l'Arabie saoudite. Il faut remarquer qu'il n'a pas parlé du Maroc ainsi que d'autres Etats d'Afrique du Nord.» (5)

 «Sixièmement: le prince héritier d'Arabie saoudite a confirmé que son pays avait utilisé les Frères musulmans pour combattre le communisme qui menaçait l'Europe, l'Amérique et l'Arabie saoudite elle-même durant la Guerre froide. Il a d'ailleurs décrit le président Gamal Abdel Nasser comme un «communiste». Septièmement: il a formellement nié l'existence du wahhabisme dans le Royaume et confirmé qu'il n'y avait que quatre écoles sunnites. Huitièmement: il a nié tout soutien financier saoudien aux terroristes et aux organisations extrémistes, mais il a reconnu que certaines personnalités saoudiennes avaient financé certains de ces groupes, sans donner de noms. Neuvièmement: il a catégoriquement refusé de répondre aux questions sur la campagne anti-corruption ou de parler de sa fortune et de l'achat d'un yacht à 500 millions de dollars. Quand la journaliste Nora O'Donnell lui a parlé de ce yacht, il a répondu avec une «nervosité» apparente qu'il voulait garder sa vie privée pour lui, confirmant qu'il était un homme riche et non Mandela ou Gandhi. Dixièmement: il a réservé son attaque la plus cruelle, et peut-être d'ailleurs la seule de cet entretien, à l'imam Ali Khamenei en disant qu'il était plus dangereux qu'Hitler.» (5)

 «Pourquoi s'interroge Abdelbari Atwane, n'a-t-il pas critiqué une seule fois les Israéliens et a reconnu leurs droits historiques, sans jamais mentionner l'Etat palestinien? On peut déduire de ces 10 points et des réponses du prince héritier d'Arabie saoudite qu'il envisage une future alliance avec Israël dans le cadre d'un "axe modéré" arabe s'opposant à l'Iran et soutenu par les Etats-Unis. Il prévoit aussi de faire d'Israël un futur partenaire commercial et de renforcer les intérêts communs entre les deux pays dans le cadre d'une paix juste, sans aborder une seule fois l'initiative de paix arabe, qui est pourtant saoudienne, ni ses conditions. La reconnaissance de l'héritage historique des Juifs et de leur droit à établir un Etat sur une partie de cet héritage, soit la terre de Palestine, est un développement très grave car il signifie que les Juifs ont également des droits sur des territoires arabes à Khaybar, au Yémen, en Egypte, au Maroc et dans la péninsule Arabique. Cette reconnaissance pourrait les pousser non pas à revenir sur ces terres ou les récupérer, mais à demander des dédommagements pour leur exil forcé de 1 500 ans de la péninsule Arabique et exiger leur part des richesses pétrolières Le roi saoudien Salman Ben Abdelaziz s'est certes empressé de réaffirmer que le Royaume soutenait l'établissement d'un Etat palestinien indépendant avec Jérusalem comme capitale, mais le mal est fait et c'est le prince Ben Salman qui est le véritable chef à Riyadh.» (5)

Sommet de la Ligue arabe de Dhahran :   La normalisation avec Israël enclenchée ?

C’est par ces mots que le journaliste Zine Cherfaoui s’interroge à propos de la kermesse sans lendemain, une de plus des réunions de la Ligue Arabe , dont on sait que le secrétaire général et d’une façon inamovible un Egyptien et le pourvoyeur  l’Arabie Saoudite qui dicte ce faisant la norme en fonction de ses intérêts propres, il n’est pas question de débat. Ainsi : «  Les travaux du 29e sommet des Etats de la Ligue arabe se sont achevés lundi à Dhahran, en Arabie Saoudite, presque dans l’indifférence générale. Aucune décision susceptible de retenir réellement l’attention n’a été prise lors de ce rendez-vous politique régional, qui intervient pourtant à un moment où le monde arabe est ravagé par les conflits et les dissensions internes.

Signe que les clivages sont importants au sein d’une organisation panarabe souvent  décriée et qualifiée de coquille vide, certains représentants de pays éviteront même d’évoquer le conflit en Syrie, 24 heures après des frappes occidentales contre ce pays ravagé par la guerre depuis 2011 . Le seul fait à signaler est peut-être ce franc soutien réitéré à la cause palestinienne. Le roi Salmane Ben Abdelaziz Al Saoud a d’ailleurs tenu à placer la question d’El Qods en tête des priorités arabes. Dans un discours prononcé à l’ouverture des travaux du sommet, le souverain wahhabite, dont le pays est pourtant un proche allié des Etats-Unis, a une nouvelle fois clairement rejeté la décision de l’administration de Donald Trump de transférer, en principe à la mi-mai, l’ambassade des Etats-Unis de Tel-Aviv à El Qods » (6).

 Le deal   que « les  pays arabes moutons »  ne peuvent pas refuser : Israël contre Iran

Le pays à abattre est, on l’aura compris l’Iran accusé d’aider les Houtis du Yemen et voir régenter le Moyen Orient. Avec la doxa saoudienne, les Arabes doivent   normaliser  leurs relations avec Israël – exit l’initiative du roi Faycal de 2002– en espérant que l’on fasse – les Etats Unis et Israël- une petite place aux Palestiniens avec une capitale dans les faubourgs de Jérusalem à Abou Dis avec un banthoustan en peau de lapin .

 Zine Cherfaoui ajoute : « Mais le rappel par les Arabes de leur solidarité avec les Palestiniens ne veut pas pour autant dire qu’Israël constitue pour eux un problème. Cela n’est effectivement pas le cas pour beaucoup d’entre eux. Parmi ces pays, il est possible de sérier l’Egypte, la Jordanie, les Emirats arabes unis et le Qatar qui entretiennent des relations quasi normales avec Tel-Aviv. Comme l’atteste une chronique carrément pro-israélienne, parue samedi dans les colonnes du quotidien saoudien public Al Riyadh, un lobby favorable à normalisation rapide des relations entre les Arabes et Israël est actuellement à l’œuvre  L’auteur de la chronique en question, Ahmad Al Jamia, justifie cette normalisation par la «nécessité impérieuse» de faire face à l’Iran, pays qu’il présente comme la menace la plus sérieuse et la plus urgente pour le monde arabe.  Dans son écrit intitulé d’ailleurs «Paix avec Israël et confrontation avec l’Iran», le journaliste soutient l’argument selon lequel plus vite sera trouvée une solution au conflit israélo-palestinien et plus vite les Arabes pourront neutraliser la menace iranienne.  Ce n’est évidemment pas un hasard si certains de ces éléments de langage se retrouvent dans le discours du souverain saoudien. (…) Ce discours laisse même l’impression que la feuille de route du processus de normalisation des relations entre les Arabes et Israël a été sortie des tiroirs. Mieux, des médias du Proche-Orient soutiennent  que les Saoudiens ont commencé à en appliquer les principaux éléments ».  (6)

 Pourquoi l'image de l'Arabie saoudite se dégrade dans le Monde arabe ?

 Il vient que le citoyen arabe Lambda  a un gout de cendre dans la bouche, en voyant se déliter inexorablement la cause palestinienne qui est passée à la trappe avec la complicité des potentats arabes ventripotents mal élus, tout ceci sur instruction de l’Empire. Les occidentaux déroulent le tapis rouge à un jeune prince immature et les médias occidentaux ne tarissent pas d’ éloge de ses prouesses surtout quand il s’agir de la « modernité » et de la mise au pas des  Oulémas – qui il est vrai, ont donné une image désastreuse de l’Islam-

 On sait par ailleurs,  que la lune de miel Israël-Arabie saoudite se prolonge à telle enseigne que des coordinations se font de plus en plus au grand jour/ MBS considère les pays arabes comme quantité négligeable allant jusqu'à renier l'initiative arabe de 2002 qui conditionnait la reconnaissance d'Israël par tous les pays arabes, au retour dans les frontières de 1967, le retour des réfugiés et Jérusalem-Est comme capitale de l'Etat de Palestine mitoyen d'Israël. Rien de tout cela! MBS fait cavalier seul. Ainsi MBS a rencontré le chef des services de renseignement israéliens L'institution militaire israélienne a soudainement décidé de révéler la rencontre entre le prince héritier d'Arabie saoudite, Mohammed Ben Salman, et le chef du Conseil de sécurité nationale en Israël, Meir Ben-Shabbat. En fait, cette nouvelle n'est pas une grande surprise car les deux parties, Israël et l'Arabie saoudite, ont préparé progressivement le public concerné. (...) Reste à savoir comment l'assassinat de Palestiniens et la lutte contre leur cause sacrée répond aux intérêts du Royaume d'Arabie saoudite, qui reste le plus grand symbole de l'arabité et de l'Islam aux niveaux géographique et historique?» (7)

 «Historiquement, l'image de l'Arabie saoudite était mauvaise en Occident. (...) L'image de l'Arabie saoudite s'est davantage dégradée dans la seconde période, après les attentats terroristes du 11 septembre et l'implication de Saoudiens. (...) Les choses ont changé en 2017: la dégradation de l'image de l'Arabie saoudite s'est accélérée de manière inquiétante. Cela a commencé avec les critiques des défenseurs des droits de l'homme au sujet des nombreuses victimes de la guerre au Yémen, que Riyadh mène au nom de la «coalition arabe» contre les Houthis. Les critiques se sont multipliées sur les réseaux sociaux au sujet du rôle joué par l'Arabie saoudite dans le dossier de Jérusalem/Al Quds, car l'opinion publique arabe ne comprend pas comment un Etat qui se déclare «protecteur des deux Lieux saints» peut jouer avec le troisième: Jérusalem/Al Quds. Ces critiques se sont transformées en slogans dans des manifestations énormes qui ont eu lieu dans plusieurs pays arabes. Trois d'entre eux se sont distingués jusqu'à maintenant: la Jordanie, le Maroc et l'Algérie. (...) Les experts en communication considèrent que Riyadh tente de vendre son image à l'opinion publique et aux médias occidentaux à travers le marketing et des dossiers financiers et politiques dans les annexes des journaux. De leur côté, les ambassadeurs d'Arabie saoudite dans les pays arabes menacent les peuples en leur disant que leurs critiques ne resteront pas sans réponse et qu'il y aura des représailles.» (8)

 En fait il est plus juste d’écrire que l'image de l'Arabie saoudite se dégrade pour le citoyen arabe Lambda   et non auprès des dirigeants tous complices et tous sans courage devant ce qui se passe à la fois en Israël et en Arabie saoudite  pays qui dirige un gang  de pieds nickelés appelés pompeusement coalition qui  se fait les dents en tuant du  yéménite  avec les armes françaises américaines anglaises qui , n’ont aucun intérêt à tarir la manne u marché de la mort que constitue le marché des armes qui dépasse 1500 milliards de dollars par an !

Rien de nouveau sous le soleil. Les Yéménites et les Palestiniens peuvent mourir, Les Arabes seront les derniers à les soutenir. Le sabre nain saoudien n'a pas d'avenir en face de l'Iran pays scientifique et technologique. L'Occident est mal placé pour parler de droits de l'homme, lui qui les bafoue et laisse aussi ses protégés saoudiens et israéliens les bafouer sans retenue sûrs de leurs impunités puisque c’est l’Occident qui dicte la norme du bien et du mal…

S’agissant de l’Arabie Saoudite, elle est à des années  lumières du développement technologique endogène de l’Iran. Si le pétrole perd de sa pertinence dans un modèle énergétique futur, les Saoudiens, les Qataris, et tous les roitelets du Golfe , vont renouer avec le Chameau , la tente  car ils n’auront rien créé de pérenne. Il faut se souvenir que dans les années 20 du siècle dernier, quand le pétrole n’était pas encore découvert, le roi Ibn Saoud, s’était plaint auprès de la France du fait qu’elle empêchait les Algériens de contribuer à distance ,  à financer les pauvres de Médine …Ce ne sera ,de fait qu'un juste retour des choses..



1.Stéphane Lacroix: https://orientxxi.info/ magazine/en-arabie-saoudite-modernisation-de-l-autoritarisme 2014

2.https://strategika51.wordpress.com/2018/04/16/macron-au-service-de-ryad-pour-six-milliards-de-dollars/

3.Guillaume Berlat  http://prochetmoyen-orient.ch/jupiter-baise-la-babouche-de-mbs/

4.Clark Kent https://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-poutre-saoudienne-et-la-paille-203084

5.http://actuarabe.com/interview-mohammed-ben-salman-the-atlantic/

6.Zine Cherfaoui : http://www.elwatan.com/international/la-normalisation-avec-israel-enclenchee-18-04-2018-366515_112.php

7.http://actuarabe.com/ou-et-pourquoi-le-prince-heritier-darabie-saoudite-a-t-il-rencontre-le-chef-des-services-de-renseignement-israeliens/

8; http://actuarabe.com/apres-effritement-occident-limage-de-larabie-saoudite-se-degrade-monde-arabe-de-maniere-inquietante-a-cause-de-jerusalem-al-quds/

 

Article  de référence http://www.lexpressiondz.com/chroniques/analyses_du_professeur_ chitour/290912-l-hubris-de-l-ephemere.html

 

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique Alger

:

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.