Gabegie arabe  lors du vote à  l’Unesco : Le tandem égypto-israélien en action

Moi contre mon frère ; Mon frère et moi contre mon cousin ; Moi, mon frère et mon cousin contre l'inconnu » Proverbe arabe   «  Au moment où vous vous cherchez des poux dans la tête, Israël  fabrique des puces » Thomas Friedman du New York Times s’adressant aux arabes

 

 

    Encore une fois les dirigeants arabes viennent de montrer leur limite  intellectuelle et leur gabegie s’agissant du feuilleton de l’élection de la directrice générale de l’Unesco  Un coup d’éclair dans un ciel déjà chargé. On apprend que contre toute attente, toute logique, toute morale madame Audrey Azoulay  a été élue directrice générale de l’Unesco ! On peut penser que l’Unesco ne pèse rien en terme de poids sur l’échiquier c’est sans compter sur son poids culturel et moral comme elle l’a montré dans la reconnaissance de la Palestine

 Audrey Azoulay,  né à Paris c’est la fille du journaliste, banquier et homme politique André Azoulay, conseiller du roi du Maroc Hassan II à partir de 1991 , puis de Mohammed VI   est  une femme politique française. Conseillère culturelle du président de la République François Hollande entre 2014 et 2016, elle est ministre de la Culture et de la Communication entre 2016 et 2017. Elle est élue directrice générale de l'UNESCO le 13 octobre 2017 pour un mandat de quatre ans.    

 Les  dirigeants Arabes  dont aucun – exception faite du Liban-  n’est arrivé à la magistrature suprême  suite à  des élections propres et honnêtes-   ne représentent  pas leurs peuples qui sont admirables.    Plus retors que jamais entre eux  font de l’aplaventrisme pour se faire bien voir par l’Occident. Nous allons le voir à propos du feuilleton de l’élection à l’Unesco mais aussi de la cause palestinienne  qui est présente d’une façon indirecte parce que c’est par elle, que « scandale » au yeux des Américains et Israéliens est arrivé.   Un mot pour souligner le courage de l’ancienne Directrice générale  Irina Bokova   qui, dans l’affaire de l’admission de la Palestine à l’Unesco et dans l’inscription du caveau des Patriarches  palestinien au patrimoine de l’humanité  a montré ce que devait être le droit international des peuples.

 C’est la faute Hollande si Azoulay est à la tête de l’Unesco

 Tout a commencé avec Hollande qui voulant plaire a tenté de placer sous orbite sa minsitre de la culture. Il n’a pas pensé à celle qui est restée plus longtemps  Fleur Pellerin. Il n’a pas  pensé à la précédente ministre de la culture qui est restée encorep lus longtemps et qui est de « sa famille politique » en théorie. Non il a pensé à une haut  fonctionnaire  mais qui n’a pas de passé- étant spécialiste des médias-  ni dans la culture ni dans la politique.   Pour Celine Lussaton : «   Cela s'appelle un couac diplomatique. Cherchant un point de chute à sa ministre de la Culture, François Hollande a en effet appuyé par mégarde sur le bouton nucléaire de la Maison de l'Unesco. Pour les Etats arabes qui estiment devoir enfin obtenir cette année la prestigieuse direction générale de l'institution internationale, la candidature de dernière minute d'Audrey Azoulay imposée par Hollande n'est rien de moins qu'une provocation !   Jean-Yves Le Drian s'est ainsi vu remettre à l'ambassade de France une pétition signée par une cinquantaine de grands noms de la culture arabe au premier rang desquels l'écrivain égyptien Mohamed Salmawy. "Nous appelons le président Macron à reconsidérer cette candidature. C'est la relation étroite de la France avec le monde arabe que François Hollande a mis en péril en faisant ce cadeau à Mme Azoulay", estime l'écrivain de passage à Paris. "L'ancien président n'a-t-il pas mesuré combien le prestige de la France allait être écorné par cette candidature qui vient voler la place à l'un de nos représentants ?", interroge l'intellectuel qui occupe actuellement le poste de secrétaire général de l'Union des écrivains d'Asie, d'Afrique et d'Amérique latine » (1)

 Accusé de vouloir recaser une personne de son premier cercle, François Hollande a également omis la règle tacite qui empêche l'Etat où siège une organisation internationale de candidater à sa direction. (…) Pour Mohamed Salmawy, il ne fait aucun doute qu'un candidat arabe doit être porté à la tête de l'institution. "Dans ces temps où l'Occident s'inquiète de la montée du fondamentalisme, qui mieux qu'un ressortissant du monde arabe pourrait diriger l'Unesco ? C'est par la culture et l'enseignement que nous pourrons lutter contre les extrémistes. Et la voix d'un ressortissant du monde arabe sera bien mieux entendue en Orient", argumente-t-il. Mieux que celle d'une Européenne qui plus est de confession juive ? L'ancienne ministre de la Culture, qui est la cible d'une campagne contre sa candidature bien plus virulente que celles menées contre les candidats vietnamien ou chinois, voit en effet sa judéité régulièrement mise en avant sous couvert de dénoncer une "maladresse supplémentaire de Hollande" au moment où la direction de l'Unesco devrait revenir à un pays du monde arab) » (2) 

 Les protestations  « incohérentes » des Arabes

 Le dernier coup de Jarnac  de Hollande à l’endroit des Arabes est d’avoir imposé la candidature d’une illustre inconnue au sein de l’Unesco, n’était ce le siège de l’Unesco à Paris.   On dit que c’est du à la cacophonie des Arabes avec quatre candidats  au lieu d’ un candidat unique qui l’a convaincu  . Les postulants arabes  sont au nombre de 4 ; Vera el-Khoury Lacoeuilhe (Liban), Hamad Bin Abdullah al-Kuwari (Qatar), Moushira Khattab (Egypte) et Saleh al-Hasnawi (Irak)    Les potentats arabes , c’est connu sont inconséquents avec leurs actes. On le voit avec la lettre ridicule de protestation  que nous proposons plus loin Ils passent leur temps à se tirer dans les pattes. On le voit avec la tragédie du Yemen , avec la mise au ban du Qatar, sous les yeux amusés des autres pays qui instrumentent les uns et les autres.

   « D'après Georges Malbrunot, « cette candidature de dernière minute suscite les plus grandes réserves de nombreux diplomates arabes à Paris », alors que quatre personnalités issues du monde arabe convoitent également le poste parmi huit candidats . La sénatrice Joëlle Garriaud-Maylam (LR), représentante du Sénat à la commission nationale française de l’Unesco, dénonce une « insulte aux pays arabes, qui n’ont jamais obtenu un tel poste à l’UNESCO et envers lesquels des engagements moraux avaient été pris pour que ce poste revienne à un des leurs ». Elle déclare également qu'« il est en effet de tradition que le pays qui a le privilège d’héberger le site d’une institution internationale, n’en brigue pas pour lui-même le poste de président ou de directeur général »  De ce fait  Jean-Yves Le Drian, a reçu une pétition signée par une cinquantaine de grands noms de la culture arabe, appelant à « reconsidérer cette candidature »   En outre, le candidat du Qatar, Hamad ben Abdelaziz al-Kawari, a l'avantage d'avoir commencé sa campagne deux ans et demi avant le scrutin et de bénéficier d'un budget de campagne exceptionne »  (2)

 La  ridicule lettre de protestation des "arabes" menés par l'Egypte 

   Dans cet affaite , l’Egypte a eu un rôle médiocre. Au départ elle proteste par « intellectuels arabes » interposés. Elle râle, menace.. et dit que le poste devrait revenir à un candidat arabe du fait de permutation…Ainsi   Un communiqué  signé par 49 intellectuels arabes,  a été adressé au président de la République française, Emmanuel Macron, pour retirer  la candidature de la France à l’UNESCO. Ils commencent à louer le personnage pesant qu’ils s’adressaient comme ils  s’adressent à un potentat arabe, en abdiquant toute dignité, : « Nous, écrivains, penseurs, intellectuels et artistes arabes, signataires du présent communiqué, tenons tout d’abord à présenter nos cordiales félicitations au président français élu, Emmanuel Macron. Nous déclarons notre soutien à sa position contre toutes formes d’extrémisme et de préjugés, tant en France qu’à l’étranger et nous réjouissons de voir émerger une nouvelle étape de l’Histoire de France et de ses relations historiques avec le monde arabe «  (3). 

 Ensuite, ces intellectuels auto-proclamés et rassemblés par un ancien ministre de la culture,  informent  le président qu’en théorie le poste devrait revenir à un Arabe et protestent  contre la combine de Hollande qui pour assurer ses « arrières »  et minimisant à raison le poids des arabes,  impose madame Audrey Azoulay  : «  (…) . Cette action, faisant fi des solides liens d’amitié ayant toujours lié la France et le monde arabe, a suscité les vives réprobations de la rue et des intellectuels arabes.   Nous sommes persuadés qu’il n’a pas échappé à l’ancien président que la tendance principale, cette année, allait vers l’attribution de la direction de l’Unesco à un candidat du monde arabe : ce monde arabe qui a participé à la création de l’Unesco et dont la civilisation et la culture sont ancrées dans l’histoire » (3). 

 Ensuite ils énumèrent les quatre candidats arabes pensant que la sélection se feraient entre eux  (…)  donnant pleine liberté au Comité exécutif de l’Unesco de choisir la personnalité arabe pleinement représentative de notre région du monde. Une telle opportunité était susceptible de corriger le déséquilibre créé par le fait que l’Europe a assuré la direction de ladite institution pour six mandats (dont quinze années assurées par la France  alors que le monde arabe ne l’a jamais assurée durant près de trois quarts de siècle » (3).

 Ils menacent ensuite, d’une façon ridicule et en appellent à la France amie des Arabes: « (…)Une telle situation est susceptible de créer une rivalité totalement inutile entre l’Occident et l’Orient et d’aggraver le phénomène de polarisation dont souffre notre monde à tous les niveaux, qu’ils soient politiques, culturels ou confessionnels.  Nous appelons le Président français à reconsidérer la fâcheuse décision prise par l’ancien président ; décision compromettant l’image très positive de la France au sein du monde arabe ainsi que les relations franco-arabes qui, nous en sommes pleinement convaincus, jouissent du même intérêt des deux côtés ». On voit que le ridicule ne tue plus ! C’est un autre  ministre égyptien  Arabe qui fait tout éliminer le Qatari qui était pratiquement sûr de l’emporter » (3)

 Après le feu de paille initial de la lettre de protestation des  personnalités arabes  ( 49 dont la moitié sont égyptiens et soudanais la première personne à signer la pétition est un ancien ministre de la culture en Egypte)  qui souhaitaient faire élire la dame égyptienne Tous les coups furent faits car comme la candidature égyptienne  risquait de ne pas   passer . Les  députés égyptiens ont demandé une enquête accusant le candidat du  Qatar d’avoir soudoyé les pays africains pour le discréditer   Voyant qu’en définitive  que le candidat risque de passer une nouvelle  manœuvre conjointe était mise en œuvre  par un partage des rôles. Le ministre égyptien annonce dans un véritable coup de théâtre que son pays soutenait  la candidature française contre la candidature arabe que 50 députés arabes avaient réclamée à corps et à cri

 Le rôle   d’Israël  dans la diabolisation de la candidature  qatarie

 L’arme fatale que l’on agite pour emporter les dernières hésitations et la crainte d’être taxé d’être antisémite.  Souvenons nous comment, il y a quatre ans  le précédent candidat égyptien à la direction de l’Unesco fut descendu en flammes. Ce qui a amené le second mandat d’Irina Bokova.   Ainsi la deuxième partie de la stratégie a été confiée à Israël  sous le titre suivant : «   L’Unesco aux mains d’un qatari antisémite ? Les Arabes ne veulent pas de la Juive Audrey Azoulay, ex-ministre, à l’Unesco » Nous lisons ce message subliminal qui est un avertissement envers tout ceux  qui voteraient « mal » : « L’élection du prochain directeur général de l’Unesco cristallise encore les tensions au sein de l’organisation après le départ fracassant des Etats Unis et d’Israël. Les pays Arabes sont en train de prendre le pouvoir à l’Unesco Après la sortie fracassante des Etats-Unis suivis d’Israël, l’Unesco aura besoin d’un véritable leadership pour surmonter ses dissensions internes.  . Au lendemain du retrait des Etats-Unis et d’Israël de l’organisation, qu’ils accusent d’être anti-israélienne, malgré quatre tours de vote, les 58 pays membres du Conseil exécutif ne sont parvenus à désigner qu’un seul des deux finalistes, le Qatari Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari, qui a reçu 22 voix. Arrivées en seconde position ex æquo avec 18 voix chacune, la candidate française Audrey Azoulay et l’égyptienne Moushira Khattab doivent encore être départagées par un nouveau vote, ce 13 octobre. (…) Mais la candidature de cette Franco-Marocaine, fille d’ancien banquier conseiller du roi du Maroc, risque de lever contre elle les pays arabes. Sa nomination comme ministre de la Culture en France en février 2016 avait déjà fait grincer des dents, notamment en Algérie. Née en France, Audrey Azoulay appartient aussi par ses parents à la communauté juive marocaine d’Essaouira, un handicap en pleine crise de l’Unesco sur la politique israélienne dans les territoires disputés. «Les Arabes ne veulent pas de la Juive Audrey Azoulay à l’Unesco», notait déjà en mars 2017, sans ambages le site Jforum, qui se présente comme le portail juif francophone sur internet. (…) Les 58 pays membres de l’organisation internationale pourraient donc avoir à choisir entre une Française qui confiait en 2016 au JDD avoir découvert lors de ses études à l’ENA l’«antisémitisme vieille France», et un Qatari, taxé d’antisémitisme par des associations juives américaines » (4)

 Le simulacre des élections et la trahison égyptienne

 Alors que ses chances sont évaluées comme étant très minces quand elle lance sa candidature , Audry Azoulay parvient à la deuxième place au premier tour du scrutin, devant la candidate égyptienne Moushira Khattab et derrière le candidat qatari Hamad ben Abdelaziz al-Kawari.  Au quatrième tour du scrutin, les 58 membres du conseil exécutif ne désignent qu’un seul des deux finalistes, le Qatari Hamad ben Abdelaziz al-Kawari, arrivé en tête avec 22 voix. Audrey Azoulay et Moushira Khattab arrivent ex æquo en seconde position avec 18 voix .   le ministre égyptien des Affaires étrangères appelle à voter pour elle .  Hamad ben Abdelaziz al-Kawari .   a pâti de la division du monde arabe, exacerbée par la crise du Golfe   Voyant les chances ce leurs candidates très minces , les Egyptiens changent de tactiques Selon le quotidien Egypt Today, des parlementaires égyptiens demandent l'ouverture d'une enquête sur le lobbying financier fait par le Qatar, notamment auprès des pays africains

      Le gouvernement égyptien, dont la candidate vient d’être éliminée de la course à la direction de l’Unesco, et qui a rompu ses relations diplomatiques avec le Qatar, a appelé vendredi ses soutiens à voter pour la candidate française, opposée à un candidat qatari. Le ministre égyptien des Affaires étrangères, présent à Paris, « incite tous ses amis à voter pour la France », a déclaré à l’AFP un membre de la campagne de la candidate égyptienne, éliminée vendredi à l’issue d’un vote pour la départager de la Française Audrey Azoulay. Celle-ci affrontera vendredi soir le Qatari Hamad bin Abdoulaziz Al-Kawari. (5)

 La division des Arabes du pain béni pour la candidature française

« Les divisions entre les pays arabes lit on sur le site RFI  ont eu raison de leur accession à la direction générale de l’Unesco. Un poste auquel les Arabes estimaient avoir droit, vu que leur groupe n’a jamais dirigé l’organisation mondiale de l’éducation et la culture. Sauf qu’il a été remporté in extremis, vendredi 13 octobre, par la française Audrey Azoulay aux dépens du candidat du Qatar. C’est l’illustration du vieux dicton arabe selon lequel « les Arabes se sont mis d’accord à ne jamais être d’accord ». Pour preuve, ils n’étaient pas moins de trois candidats à vouloir prendre la tête de l’Unesco : un Qatarien, une Egyptienne et une Libanaise. (…)  A la veille du tour décisif, le Qatarien avec 22 voix et l’Egyptienne avec 18 avaient 10 voix de plus que la majorité absolue. Finalement l’Egypte   a appelé à voter pour la candidate française. Exit les Arabes, sauf aux yeux de quelques internautes qui font remarquer qu’Azoulay est d’origine marocaine. D’autres appellent sarcastiquement Doha à naturaliser Audrey Azoulay qatarienne à coups de millions. (6)

   On l’aura compris , les dirigeants arabes par des calculs mesquins  ont torpillé  l’un des leurs  c’est tout bénef pour Israêl qui contemple la cacophonie arabe mais aussi la possible proximité d’Audrey Azoulay avec les revendications d’Israël : « Les Israéliens se félicitent cependant de l'élection de la Française Audrey Azoulay, ancienne ministre de la Culture, à la tête de l'organisation. En Israël on le souligne, ce qui compte c'est ce qui va se passer dans les faits, (…)  On laisse toutefois entendre que l'élection d'Audrey Azoulay est un choix qui va permettre à l'Unesco de choisir une nouvelle voie. Les autres possibilités étaient plus risquées, indique-t-on en Israël, sans plus de précisions. Audrey Azoulay est présentée ici par les médias comme une personnalité juive, et la fille d'un proche ami de Shimon Peres. Mais les Israéliens, particulièrement dans les milieux proches du gouvernement, rappellent que l’Unesco est devenue ces dernières années ce que plusieurs commentateurs qualifient de « théâtre de l'absurde » où se sont surtout multipliées les résolutions anti-israéliennes « (7).

 Les raisons du retrait des Etats-Unis et d’Israël

    Ce qui est reprochée à l’Unesco  peut aisément se comprendre : ce n’est pas un problème de finances qui est en cause. C’est de fait la position de l’Unesco qui a donné une visibilité à la Palestine et qui a tenté de faire l’inventaire de son patrimoine archéologique notamment celui d’Hebron ce qui fait que d’emblée est hors la loi pour ses fouilles La contribution suivante  parue sur le journal Le Monde explicite cela : « En quittant une organisation qu’elle juge mal gérée et trop critique à l’égard de l’Etat hébreu, l’administration Trump prend une nouvelle fois ses distances avec un symbole du multilatéralisme. La sentence de Richard Haass, directeur du cercle de réflexion Council on Foreign Relations, n’a guère tardé après l’annonce, jeudi 12 octobre, du prochain retrait des Etats-Unis de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). « La politique étrangère de Donald Trump a trouvé son thème : la doctrine du retrait », a estimé cet ancien pilier d’administrations républicaines sur son compte Twitter.  , Donald Trump, a pris une nouvelle fois ses distances avec un symbole du multilatéralisme ». (8)

  «  En 1984, les Etats-Unis se retiraient déjà de l’Unesco Il s’agit du deuxième départ des Etats-Unis de l’organisation onusienne, et pour pratiquement les mêmes raisons. En 1984, le président républicain Ronald Reagan avait déjà mis en avant une proximité jugée trop grande avec ce qui composait alors l’Union soviétique.   « Cette décision n’a pas été prise à la légère et reflète les inquiétudes des Etats-Unis concernant l’accumulation des arriérés à l’Unesco, la nécessité d’une réforme en profondeur de l’organisation, et ses partis pris anti-israéliens persistants », a assuré, jeudi, le département d’Etat. (…)  Dans les faits, les Etats-Unis ont déjà suspendu le versement de leur contribution, en 2011, après la reconnaissance de la Palestine comme Etat membre de l’organisation. Une loi du Congrès interdit en effet le financement de toute entité des Nations unies qui comprendrait en son sein l’Etat palestinien. Cette décision a privé Washington, deux ans plus tard, de droit de vote au sein de l’Unesco, et elle a provoqué l’accumulation d’arriérés de paiement qui devaient prochainement atteindre la somme de 600 millions de dollars .  Déplorée par la directrice générale sortante de l’organisation, Irina Bokova, elle a été suivie quelques heures plus tard par un retrait d’Israël, très critique depuis des années vis-à-vis de l’Unesco. « Nous entrons dans une nouvelle ère aux Nations unies, celle où, quand on pratique la discrimination contre Israël, il faut en payer le prix », a déclaré dans un communiqué Danny Danon, ambassadeur d’Israël auprès de l’ONU. Dans le cas de l’Unesco, Israël suit son allié stratégique, mais en se réservant une marge de manœuvre étroite. Dans un bref communiqué, le bureau de Benyamin Nétanyahou  a salué « une décision courageuse et éthique » des Etats-Unis « parce que l’Unesco est devenue un théâtre de l’absurde qui déforme l’Histoire, au lieu de la préserver » (8).

 «   (…) A intervalles réguliers, les responsables israéliens s’émeuvent de résolutions adoptées dans l’enceinte de l’Unesco, qui, sous couvert de protection du patrimoine, chercheraient selon eux à nier les liens entre les juifs et leurs sites historiques(…)  Début mai, le premier ministre a décidé le gel d’un million de dollars prévus au titre de la contribution d’Israël à l’ONU. Dernier épisode : le 7 juillet, le comité du Patrimoine mondial de l’Unesco a classé la vieille ville d’Hébron (sud de la Cisjordanie) comme site palestinien « d’une valeur universelle exceptionnelle ». (8)

    Jonathan  Cook va plus loin , il résume ne quelques lignes  qui va dans le même sens, les raisons qui ont amené les Etats unis à quitter l’Unesco et qui sont , ont l’aura compris pas d’ordre financier comme le martèle la représentante américaine aux Nations Unies.. La contribution américaine (150 millions de dollars  étant infinitésimale à l’échelle du budget  de la défense des Etats Unis   (600 milliards de dollars)  soit 0,025 % Signalons  au passage que « les États-Unis et Israël ne payent plus leur cotisation depuis l’adhésion des territoires palestiniens autonomes à l’Unesco en 2011, le plan de dépenses pour 2016-2017 n’est toutefois que de 518 millions de dollars. Des économies drastiques, qui ont notamment concerné les frais de personnel et de conférence, mais aussi les projets et programmes se sont donc révélées nécessaires ».  (9)

 Nous l’écoutons : « La responsabilité de l’UNESCO, cependant, n’est pas de sauvegarder l’occupation ni de soutenir les efforts d’Israël en matière de judaïsation. Il est là pour faire respecter le droit international et empêcher Israël de faire disparaitre les Palestiniens. « La décision de Trump de quitter l’UNESCO est loin d’être la sienne. Ses prédécesseurs se disputent avec l’agence depuis les années 1970, souvent à cause de son refus de céder à la pression israélienne . Aujourd’hui, Washington a une raison supplémentaire pressante de punir l’UNESCO pour avoir permis à la Palestine de devenir membre. Il doit faire un exemple avec l’organisme culturel pour dissuader d’autres organismes de suivre. L’indignation affectée de Trump contre l’UNESCO et le fait d’ignorer ses programmes mondiaux vitaux rappellent que les États-Unis ne sont pas un «intermédiaire honnête» pour la paix au Moyen-Orient. C’est plutôt le plus grand obstacle à sa réalisation ». (10)

 Le problème du caveau des patriarches.

Pour sa part et après  les États-Unis, Israël se retirent  aussi . : « Israël a engagé des procédures pour quitter l’Unesco, dans la foulée des États-Unis qui dénoncent des « préjugés anti-israéliens » de l’organisation onusienne. Le Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, a annoncé jeudi qu’Israël avait engagé les procédures nécessaires en vue de son retrait de l’Organisation des Nations unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco), à la suite des États-Unis. « L’Unesco est devenue le théâtre de l’absurde où l’on déforme l’histoire au lieu de la préserver« , a indiqué Benjamin Netanyahu dans un communiqué. La dernière décision de l’Unesco vivement critiquée par Israël et les Etats Unis date du mois de juillet. L’organisation a alors classé la vieille ville d’Hébron comme un patrimoine « palestinien » menacé par la colonisation israélienne. Hébron est une ville antique juive depuis 4 000 ans. La Caveau des Patriarches du Judaïsme se trouve à Hébron actuellement occupée par les palestiniens[souligné par nous pour montrer l’absurdité du discours qui inverse les rôles entre l’occupant et l’occupé ]. A plusieurs reprises, Israël avait aussi contesté plusieurs résolutions portant sur Jérusalem qui reniaient là aussi le lien historique entre les Juifs et la ville sainte. Israël avait d’ailleurs suspendu tous ses liens de travail avec l’Unesco après un vote sur Jérusalem, il y a tout juste un an. Et sur le sujet, la classe politique israélienne est assez unanime : « L’Unesco ne s’occupe pas de l’histoire. Elle s’occupe de déformer l’histoire juive », a également jugé le chef du parti travailliste, l’une des principales formations d’opposition ». (11)

 Pendant ce temps  business as usual, la communauté internationale lasse de ses résolutions  non respectées notamment concernant les implantations dans les territoires occupées où, faut il le rappeler, plus de 550.000 colons se sont installées laisse passer le fait suivant de nouvelles constructions. On apprend que les implantations ont le vent en poupe  Israël approuve en ce mois d’octobre  la construction de 4 000 logements en Cisjordanie dont Hébron   en  plein territoire palestinien Les constructions seraient autorisées à Hébron, Beit El et de nombreuses autres implantations, . Netanyahu ayant l’autorisation de Trymp passe outre tout ce que peut penser la communauté internationales ; « Il y a deux semaines, Netanyahu a annoncé aux dirigeants des implantations que son gouvernement allait approuver des constructions de logements. A ce moment là, le Premier ministre a dit que le président américain Donald Trump était prêt à tolérer des constructions limitées dans les implantations.   Netanyahu a affirmé qu’il avait convaincu l’administration Trump de ne plus faire de distinction entre les blocs d’implantations et ce que l’on qualifie d’implantations isolées »  (10)

 Conclusion

 La nouvelle directrice générale fera ce qu’il faut pour qu’Israël revienne à l’Unesco il y a un prix à payer. On peut parier que les Etats  Unis reviendront aussi.  Le peuple palestinien qui faite dans quelques jours les cent ans de la  déclaration de Balfour  sera une fois de plus le grand perdant Par ailleurs  Imaginons le dépit et la colère de la cinquantaine d’intellectuels « arabes » entrainés par l’Egypte pour une cause qu’ils croyaient juste à savoir permettre   àa culture arabe de donner la mesure de son talent et qu’en définitive le même pays qui a manipulé ces personnalités décide de changer de stratégie, il préfère se renier prendre à contre pied les naîfs signataires pour offrir le poste à  la française Audrey Azoulay qui pour faire bonne mesure met en avant ses origines marocaines et la proximité avec le Makhzen qui est à des années lumières de ce que peuvent ressentir les peuples arabes ou estampillés tels.  Dans cette vaste tragi- comédie, les potentats arabes ont perdu une occasion de se taire. Is passent leurs temps à se chercher des poux dans la tête. C’est à se demander ce que nous avons  à gagner en restant dans une ligue arabo-egyptienne ?

 Plus largement que restera-til de la Palestine ? La diversion et la nomination programmée de la nouvelle directrice de l’Unesco fait que les Américains ont adopté avec les Israéliens une tactique plus payante.  On sait que  Trump refuse  pour le moment que l’ambassade américaine quitte Tel Aviv pour Jérusalem mais comme le déclare le nouvel ambassadeur  américain en Israël , il est capable de gérer l’ambassade à partir de son appartement de  Jérusalem. Dans le même temps la diversion consiste d’une façon synchrone  avec Israël à vider de son sens la réconciliation inter palestinienne et on apprend que  pour les Etats Unis le Hamas est toujours une organisation  terroriste à moins qu’il ne soit désarmé et qu’il reconnaisse    l’Etat d’Israël .  Telle que c’est parti avec Abou Mazen qui obéit au dos et à l’œil à ce que les Israéliens et Américains lui disent , c’en est fini du Hamas qui aura occupé la bande de  Gaza pendant dix ans sans aboutir à rien si ce n’est à la rendre la vie des gazaouis plus difficile  cette dernière reddition en rase compagne selon  toute vraisemblance ce sera le dernier clou sur le  cerceuil de la Palestine originelle. Ne restera alors qu’un  Banthoustan en peau de léopard.

 Y a-t-il un monde dit arabe ? ou des potentats qui tétanisent des peuples harassés par tant d’horreur ?  S’agissant de l’Algérie et en faisant la comptabilité des dizaines de coups de Jarnac que se font les Arabes entre eux ; La question qui se pose  est de savoir ce que nous faisons dans cette galère ?  Aucun des  quatre pays du  Front du  refus après la reddition égyptienne en rase compagne  de Sadat et de son voyage en Israël, n’a été épargné par les « évènements ». Ce fut d’abord l’Algérie qui eut son «printemps de la décennie noir » et ce fut un miracle d’en avoir  réchappé ! Ce sera ensuite le tour de la Syrie où de ce qu’il en reste  après les ingérences qui ont vu  ce pays sur la voie de  l’implosion programmée , n’était ce la résilience du peuples syrien  à la fois multireligieux . Ce fut le tour tragique de la Lybie avec l’assassinat dans des conditions de Kadhafi   ; C’est le cas du peuple yéménite oublié qui ne finit pas de souffrir car  son malheur vient d’une coalition dirigée par le plus rétrograde des potentats arabes mais qui fait les affaires de l’Occident qui lui vend des armes avec l’argent du pétrole.

 Quid de l’Algérie ? Au lieu de nous accrocher à des locomotives nous nous accrochons à des potentats  arriérés qui briment leurs peuples pour les compte des plus forts. Le monde a profondément changé et en Algérie nous n’avons pas pris la mesure des défis. Je suis presque sûr que notre représentants à l’Unesco ont fait  le minimum syndical,  sans feu sacré qui nous animait à une certaine époque ; C’est un peu et ce n’est pas un procès le cas plus général de notre diplomatie qui a traversé le siècle avec des schémas classiques pantouflards nous continuons à  mettre en avant nos reliques qui n’ont plus court . C’est Talleyrand qui disait que » pour rester dans son parti, il faut changer plusieurs fois d’opinion » Un aggiornamento s’avère indispensable et la consanguinité dans le corps diplomatique qui n’accepte pas d’autres compétence spécifique, car dans ce XXIe siècle de tous les dangers, l’ambassadeur doit être un  4x4 qui doit pouvoir parler dans le siècle du web 3.0 du Dow Jones et du Brent, de l’intelligence artificielle  Tout est dit

 

1.. Céline Lussato http://tempsreel.nouvelobs.com/monde/20170705.OBS1681/hollande-tente-de-parachuter-azoulay-a-la-tete-de-l-unesco-les-pays-arabes-furieux.html

 2.https://fr.wikipedia.org/wiki/Audrey_Azoulay

3.lettre remise au Caire au ministre français des affaires étrangères par 49 intellectuels arabes

4..http://www.europe-israel.org/2017/10/lunesco-aux-mains-dun-qatari-antisemite-les-arabes-ne-veulent-pas-de-la-juive-audrey-azoulay-ex-ministre-a-lunesco/ Oct 13, 20178

5.http://fr.timesofisrael.com/unesco-legypte-appelle-a-voter-pour-la-france-face-au-qatar/

6.http://www.rfi.fr/moyen-orient/20171014-unesco-echappe-pays-arabes-cause-leurs-dissensions   

7.http://www.rfi.fr/moyen-orient/20171015-israel-satisfait-election-audrey-azoulay-tete-unesco   .

8.http://www.lemonde.fr/international/article/2017/10/13/les-etats-unis-et-israel-se-retirent-de-l-unesco_5200153_3210.html#IfSKgRz1Mwl7pM85.99

9.http://www.unesco.diplo.de/Vertretung/unesco/fr/03-unesco/05-grundlagen/04-programm-haushalt-seite.html

10.https://www.mondialisation.ca/les-vraies-raisons-pour-lesquelles-trump-quitte-unesco/5614000

11..http://www.europe-israel.org/2017/10/apres-les-etats-unis-israel-se-retire-de-lunesco-lunesco-est-devenue-le-theatre-de-labsurde-ou-lon-deforme-lhistoire-au-lieu-de-la-preserver/

12..Jacob Madjid   http://fr.timesofisrael.com/israel-approuve-la-construction-de-4-000-logements-en-cisjordanie/

 

Professeur Chems Eddine Chitour

Ecole Polytechnique Alger

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.