En attendant l'influenceur

Vous savez à quoi je rêvais, la nuit dernière, dont je me souvenais ce matin ?

J’ai été réveillé par la radio, une journaliste, envoyée spéciale, sous la pluie, place de la Concorde, racontait que les spectateurs, invités au défilé du 14 juillet par le Président de la République, son altesse jupitérienne, Emmanuel Macron, soit 25 000 pékins, s’installaient dans la tribune, après avoir fait état de leur innocuité virale en montrant leur PASS.

Ah, le fameux PASS sanitaire !

Ce soir, je pourrais, accompagné, comme il se doit, assister à un ballet, à l’Opéra Garnier, à condition toutefois que je sois en mesure de présenter le fameux PASS. Demain, pour aller au restaurant, après-demain pour aller faire mes courses, et peut-être un jour prochain, pour sortir de chez moi, il faudra me plier à l’obligation de me munir d’un ausweis, soit disant sanitaire, c’est à dire posséder la preuve que j’ai bien souscrit au diktat énoncé par l’organisation mondiale de la chimie médicale, principalement représentée par PFIZER.

Vous verrez que bientôt, il faudra parler des GAFAMP. Les USA, après avoir bâillonné l’essentiel de la production culturelle du monde avec les rubans roses de Disney, les bas résille, et les santiags de Hollywood, les tam-tam de Motown, embrumé les mœurs de la fumée des Marlboro, fait basculé le monde avec leur troupeau de super-licornes, les fameux GAFA, viennent d’imposer une nouvelle bestiole, Pfizer. Il convient désormais d’ajouter le P de Pfizer, au GAFA, puisque le monde se shoote désormais, au vaccin de ce labo.

Mais je m’égare, je reviens donc, à vous savez de quoi j’ai rêvé ? Un truc complètement utopique ... invraisemblable... ?

Ça se passe à la radio.

Un type que personne ne connaissait il y a un ou deux mois, se présente aux élections présidentielles, deux minutes avant la fin des inscriptions. Le gars, à toutes les signatures, enfin, il est clean pour se présenter.

Le premier tour, pas terrible, tous les candidats se tiennent avec chacun entre 10 et 15% des votes.

Le gars, qui a fait une campagne de premier tour sur les réseaux sociaux, dans un style très calme, posé, sans excès, pas trop de phrases. Le deuxième tour, la campagne. Les LREM, LR, RN, PS, et les autres se lancent dans des tractations de ouf, passe-moi le sel, je te donnerais le beurre, enfin les trucs habituels, ils s’embrouillent. La presse se monte le bourrichon, Macron rigole, il pense qu’il va faire son deuxième, facile.

Le gars, lui, ne parle à personne, on le voit sur Tik Tok, Insta et FB, il cumule, en une semaine des millions de fans, followers et de croyants, donc de votants potentiels. Il raconte qu’il va faire le ménage, tout changer, faire de l’incroyable...

Il gagne. C’est le nouveau président de la république, élu avec 69% des suffrages, un résultat poutinien !

Le lendemain de l’élection, le gars donne sa première conférence de presse, en vidéo live sur Instagram et FB.

Et là, il dit, c’est bien cool de m’avoir élu, je suis content d’être président. Bon, je vais vous donner, vite fait mon agenda. Alors, bien sûr, je vais agir par ordonnances et décrets, tant que le parlement n’est pas élu.

Premièrement, les ministres, serviteurs de l’État, ne bénéficieront plus d’aucun privilège. Plus d’escorte, de voitures avec chauffeur, de bureaux dans des palais dorés. L’État leur fournira les moyens nécessaires à l’exercice de leur fonction, ils auront des moyens pour se déplacer en région ou à l’étranger. Tous les ministères, sans exception, seront décentralisés, en région. Les bureaux de back-office, iront dans une tour de la Défense. La présidence sera logée au dernier étage de cette tour. Les ministres et leurs équipes se déplaceront, en dehors des déplacements officiels, par leurs propres moyens, et bénéficieront d’une contribution de l’État à l’achat de leur pass Navigo ; ils bénéficieront d’une réduction de 30% sur les transports nationaux, hors Paris et sa région.

La loi DALO entre en application immédiatement. Tous les logements vides sont réquisitionnés dans les 8 jours, et attribués aux personnes sans abri. Un bureau national du logement sera ouvert dans les jours qui viennent. Je ne veux plus voir personne dormir dans la rue.

Un revenu universel sera versé à tous les citoyens de 18 ans et plus, sans exception. Ce revenu d’un montant de 1500 euros mensuels, sera financé par un impôt exceptionnel sur les dividendes versés par les grandes entreprises ainsi que sur les grandes fortunes.

Je supprime le défilé du 14 Juillet, et lancerais un appel à projet pour un hymne national nouveau.

Une conférence de presse aura lieu une fois par semaine, à l’occasion de laquelle je répondrais aux questions des journalistes.

Voilà, c’est tout pour le moment.

Une bombe nucléaire aurait-elle fait sauter le Stade de France pendant un match de l’équipe de France de foot, n’aurait pas eu plus d’effet.

Chroniqueurs et experts en tous genres, assommés par les annonces du nouveau président, ont commencé à parler à la radio et à la télé, de fake, de bobards etc...

Pendant ce temps-là le Président cumulait près de 45 millions de followers.

La France des réseaux sociaux venait d’élire le premier président influenceur du siècle !

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.