Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 août 2021

Regardez ce que fait votre voisin, et faites pareil

A-t-on jamais connu un temps qui ressemble à celui que nous vivons, depuis presque deux ans ? Une époque que vit la planète tout entière, minée par le même fléau, c’est inédit.

Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’humanité court à perdre haleine, et le sens commun, derrière un monde d’après qu’est en train de fabriquer la Chine, après s’être dûment prémunie contre le Covid 19 qu’elle a engendré et partagé, comme on fait d’un post sur les réseaux sociaux, avec le monde entier, forcément follower.

J’ai entendu un ministre, je ne sais pas lequel mais dans le enmêmetemptisme macronien, il n’est pas forcément utile de connaître le nom des appariteurs, dire, pour justifier les incohérences de la gestion de la crise sanitaire, ici, que le gouvernement avait pris soin de regarder, avant de prendre des décisions, ce que faisaient nos voisins.

Manque de bol, les voisins faisaient exactement pareil, ils regardaient ce qu’on fichait. Résultat, relativisme, attentisme, érection du totem de l’incompétence généralisée au milieu de la crise, sanitarisation de la politique, politisation de la santé, bref, le bordel.

Les Chinois, eux, ont compris que le virus qu’ils ont répandu, est extrêmement dangereux pour l’équilibre des pays occidentaux, et même des autres, si on considère l’Inde, et les pays de son pourtour. Les économies ont pâti, en premier lieu, des effets de la propagation fulgurante du virus, mais pas que.

Là où les Chinois sont balèzes, c’est qu’ils ont intégré les dégâts psychologiques, la poussée névrotique et les incidences psychotiques, de l’attentat mondial au Covid, qu’ils ont perpétré. Ils savent, les Chinois, que nous sommes désormais dans un état de faiblesse tel, que la vraie prédation qu’ils n’ont jamais envisagée d’un point de vue militaire, ou apparemment hostile, peut commencer.

Il y a encore quelques années, on entendait dire, à la boulangerie ou au coiffeur, ah, ma pauv’ dame, il y a plus de saisons. Le matin, on sait pas quoi se met’ su’l dos, si faut le gilet, ou si le faut pas ! Peut-être que dans le monde d’avant avant, le climat avait déjà commencé à déconner.

On brûlait du charbon en veux-tu en voilà, on roulait en Traction 15, en Dyna Panhard ou en Juva 4, sans sourciller, on payait l’essence même pas 20 cts d’euro, alors on s’en donnait à cœur joie, sur la Nationale 7 ou sur la 20, et je ne parle pas de la 12 qui menait tout droit à Roscoff.

C’est vrai que l’activité humaine, en tout cas, par chez nous, était bien plus, visiblement esquinteuse d’atmosphère, avec toutes les industries qu’on a faites disparaître, délocaliser en Chine, et les autres pays pauvres. Pas une rue du 11ème arrondissement, pas une du 12ème et d’autres, où il n’y avait des cheminées d’usines. Ça crachait chanmé ! D’ailleurs, mon Paris était noir de suie. Ravaler, pour enlever le noir, était une gageure et un gouffre financier, pour les proprios et même pour la ville ou l’État !

Les comme moi, qui ont connu le Ministère des Finances au Louvre, se rappellent bien qu’il était tout noir, pas pire que les guichets, mais pas mieux.

L’avenue de l’Opéra était toute de crasse vêtue, des deux côtés. Ça n’offusquait personne, et en tout cas pas le prolo, qui était le principal habitant de la ville !

On inventait des expressions piquées au dix-huitième siècle, pas arrondissement, comme la ville Lumière ! Tu parles, Charles, y’avait pas plus glauque que la capitale en soirée, le long de la Seine. On avait notre part de smog et nos odeurs pestilentielles !

Donc, on revient au climat. Si je veux faire le sceptique, qui va me contredire sur la vérité historique, à propos des conditions bien plus mauvaises pour le climat, dans les années d’après-guerre, et jusqu’au début des années quatre-vingt, à cause de l’activité humaine ?

C’est sûr que pour bousiller un truc aussi mahousse que la Planète bleue, il faut du temps, et de l’obstination. La fin du monde ne se fait pas en un jour.

Dans l’attente, je vous prie de constater que les canicules promises, sont comme des parties de poker. La distribution aléatoire des cartes, fait tomber les 39 degrés à Toulouse aujourd’hui, 30 à Paris et 23 quelque part du côté de la Bretagne, demain se sera différent. En fait, la météo nous donne à voir, alternativement, au Nord et au Sud, à l’Est et à l’Ouest, ce qui adviendra. D’ailleurs, plus personne ne se pose la question de si, mais seulement de quand ! Est-ce un progrès ?

La meuf, inscrite sur Pourquoi pas Jamais, a mis dans son profil, qu’elle adore les croisières en HLM flottant. La même, un peu plus loin, écrit qu’elle veut quitter la ville pour aller vivre à la campagne, près de la nature.

Voyez de quoi est faite l’humanité ?

Après l’Homme, après l’Homme, qui dira aux fleurs comment elles se nomment ? Après l’Homme, après l’Homme, quand aura passé l’heure de vie du dernier Homme, qui dira aux fleurs combien elles sont belles ? N’y aura de cœur à battre pour elles. Esther Granek 1997

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint
Journal
À Hong Kong, Pékin met les médias au pas
En moins de vingt ans, l’ancienne colonie britannique est passée de la 18e à la 80e place dans le classement mondial de la liberté de la presse de Reporters sans frontières (RSF). De nombreux journalistes partent ou s’apprêtent à le faire, tandis que d’autres ont décidé de résister.
par Alice Herait

La sélection du Club

Billet de blog
1er décembre 1984 -1er décembre 2021 : un retour en arrière
Il y a 37 ans, le drapeau Kanaky, symbole du peuple kanak et de sa lutte, était levé par Jean-Marie Tjibaou pour la première fois avec la constitution du gouvernement provisoire du FLNKS. Aujourd'hui, par l'entêtement du gouvernement français, un référendum sans le peuple premier et les indépendantistes va se tenir le 12 décembre…
par Aisdpk Kanaky
Billet de blog
Pourquoi ne veulent-ils pas lâcher la Kanaky - Nouvelle Calédonie ?
Dans quelques jours aura lieu, malgré la non-participation du peuple kanak, de la plupart des membres des autres communautés océaniennes et même d'une partie des caldoches. le référendum de sortie des accords de Nouméa. Autant dire que ce référendum n'a aucun sens et qu'il sera nul et non avenu.
par alaincastan
Billet de blog
Ne nous trompons pas de combat
À quelques jours du scrutin du 12 décembre, il importe de rappeler quel est le véritable objet du combat indépendantiste dans notre Pays. Ce n’est pas le combat du FLNKS et des autres partis indépendantistes contre les partis loyalistes. Ce n’est même pas un combat contre la France. Non, c’est le combat d’un peuple colonisé, le peuple kanak, contre la domination coloniale de la République française qui dure depuis plus d’un siècle et demi.
par John Passa
Billet de blog
Lettre ouverte du peuple kanak au peuple de France
Signé par tous les partis indépendantistes, le comité stratégique indépendantiste de non-participation, l’USTKE et le sénat coutumier, le document publié hier soir fustige le gouvernement français pour son choix de maintenir la troisième consultation au 12 décembre.
par Jean-Marc B