Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

112 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 juil. 2022

Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

POUVOIR D'ACHAT ET PATATI ET PATATA

On entend, ici et là, de rares personnes, souvent passionnées, euphémisme appliqué à des gens mal coiffés, agités, au débit fécond mais un poil rapide, pour ne pas dégrever la pertinence de leur propos, se gausser, voire pisser à la raie du concept obscène de pouvoir d’achat.

Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Les mêmes soulignent qu’on fait mal à la planète, en consommant comme des cinglés, et fustigent avec raison, sinon avec droit, le viol d’un bon sens qui dit non à la volonté affichée des Bruno Le Maire, qui pullulent encore, de peindre la croissance en vert, et la nécessité, égosillée par Bruno Le Même, de faire sobriété.

Comment ces esclaves du capitalisme parviennent-ils à concilier ce qu’ils appellent la croissance, c’est à dire la consommation débridée de biens manufacturés, dont la production industrielle sans limites, leur transport depuis les limbes chinoises, et leur consommation, rapprochent inexorablement l’humanité tout entière de sa fin, et ce qu’ils osent appeler la sobriété ?

Sachez mesdames et messieurs les esclaves, que le sens du mot sobriété est entièrement soluble dans l’usage que vous en faites.

Le capitalisme est à l’économie ce que le tourisme est au voyage, pensez-vous, et vous avez raison, ce qui n’empêche pas, dans la logique énoncée plus haut, que les hordes d’avant, se sont multipliées, prédatrices d’une authenticité qui n’existe pas, comme des chacals autour d’un squelette qu’on leur a vendu pour une carcasse. A eux un pouvoir d’achat qu’ils convertissent en pouvoir de faire ch... où qu’ils posent leurs valises à roulettes.

Comme on ne peut avoir mal qu’à un seul endroit du corps à la fois, si, si ! on ne peut croire qu’à un seul Dieu en même temps. Le pouvoir d’achat est le Dieu, espérons provisoire, de toutes celles et tous ceux qui restent totalement inconscients des réalités brutes, voire brutales, que leur imposent les media, ces janissaires du pouvoir de l’argent, inflexibles dans la servilité à leur tutelle prédatrice.

On dira peut-être un jour, comme après tous les plus jamais ça, que, si on avait su, alors qu’on sait très bien qu’on sait : si j’avais su !

Le pouvoir d’achat, est donc ce virus implanté dans les esprits, par ce gouvernement, les partis qui y sont associés et les media, pour lequel il existe un vaccin opérant : la conscience.

Ces apôtres de la croissance sont tranquillisés par le fait incontestable, que le labo dont ce virus s’est malencontreusement échappé, est le mouvement des Gilets Jaunes.

Le pouvoir d’achat est une revendication populaire, qu’on se le dise !

Pourquoi s’énerver à propos de questions comme la justice sociale, la dette colossale qu’ont contractée les grandes entreprises et les GAFAM envers l’État français qui émane de nous, pendant la récente période où leurs profits ont explosé sans que le bien commun en soit le moins du monde affecté ?

Le pouvoir d’achat, n’est pas seulement une imbécillité, c’est aussi un écran de fumée bien opaque, qui atténue la force de toutes autres revendications comme le nécessaire contrôle des prix, la taxation des prédateurs que sont la grande distribution et les grandes entreprises, bénéficiaires de subventions et d’une condition fiscale bienveillante.

Au total, les français peuvent se réjouir d’avoir sauvé le moignon de démocratie encore attaché au corps social que constitue la nouvelle (?) Assemblée Nationale. Le problème c’est qu’en vérité, on se retrouve sur une île déserte, avec quelqu’un qu’on n’a pas choisi, et avec qui, il faudra bien finir par s’entendre.

La sobriété, à l’opposé du pouvoir d’achat, n’est pourtant pas une sagesse contemporaine, Il ne faut pas vivre pour manger, mais manger pour vivre, faisait dire Molière à Harpagon, dans l’Avare, utilisant un aphorisme socratique.

2500 ans après Socrate, notre humanité locale, se rend au pouvoir d’achat sans lutter, sans faire l’effort d’activer son pouvoir d’être et d’agir, pour son propre bien.

Pour faire un peu chronique, on aura une pensée pour les traces résiduelles qu’auront laissées les 16 et 17 juillet 1942, jours funestes pour 13000 juifs dont 4000 enfants, dans la mémoire des français.

La rafle du Vel d’Hiv’, cette honte absolue, devrait voir le peuple de ce pays qui s’est sciemment associé au crime génocidaire nazi, pleurer en passant devant les écoles, en montant dans les trains.

Au lieu d’un geste mémoriel fort, une reconnaissance explicite de la faute française, on a eu droit à des documentaires, entre deux bulletins météo, au milieu de la liesse vacancière, de la victimisation de ceux qui ont dû fuir les zones incendiées dans le Sud-Ouest ou la Bretagne, sans omettre le racisme assumé du Ministre de l’Intérieur qui ose tout, c’est à ça con le reconnaît.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte