Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

112 Billets

0 Édition

Billet de blog 26 nov. 2021

Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

Mes amis, lequel des deux choisir ? Deuil et exil sont arrivés ensemble chez moi.

Le Delta, le B.1.1.529, les exilés fuyant la terreur instaurée par Darmanin à Calais, auront eu raison, enfin, de l’omniprésence de Zemmour sur les antennes.

Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Un autre facteur joue contre l’imposteur, c’est le fait que toute la bande de barbons de ce qu’on appelait encore la droite quand ces vieillards, on est vieux très jeune, quand on est de droite, étaient républicains, s’est shootée aux idées du protégé de Bolloré.

Le gars a réussi à mettre dans le même sac à vomi, Marine, la bande LR, et Montebourg ! Un gros bloc d’extrême droite s’est constitué qui représente sans doute, un bon tiers de l’électorat de la prochaine élection présidentielle, contre lequel vont s’affronter les chevau-légers de la macronie, que sont de fait, les restes du PS et le parti-fœtus écolo.

L’alternative, c’est à dire le non-choix politique de la prochaine élection se dessine à gros traits : l’extrême droite, quel que soit le sigle, ou Macron, l’extrême libéral.

Pauvre France, qui écoute Zemmour pérorer, fulminer à propos des étrangers que nous sommes tous, à un degré ou un autre, et la bande LR gargarisée à l’immigration, l’identité et la sécurité, incapable d’assumer sa devise, Liberté, Égalité, Fraternité.

Il faut regarder la télé Suisse pour jubiler devant l’interview de Zemmour par la détentrice d’une carte de presse qui n’est pas salie par la compromission.

Le berbère judaïsé, dont le visage est presqu’entièrement caché par un énorme micro bleu, est interrogé par une pétillante journaliste qui lui demande, Monsieur Zemmour si nous, suisses, appliquions à la lettre vos idées, devrions- nous raccompagner chez eux les frontaliers français qui viennent occuper des emplois chez nous ? Silence gêné de Zemmour, n’est-ce pas ce que vous préconisez ?

Inutile de reproduire ici la réponse, bafouillée par un Zemmour complètement déstabilisé, humilié, qui se fend quand même d’un j’ai toujours eu une grande admiration pour le sens de l’organisation des suisses ! manière de cacher son incurie, moins efficace toutefois, que le grand micro bleu qui a épargné aux téléspectateurs, l’ignominie de son visage de hyène.

Malgré ce que j’entends ici et là, Zemmour fait partie du passé, on ne le verra pas à l’élection présidentielle. Il est devenu obsolète, parce que ses idées ont grand remplacé celles de la droite républicaine, à son détriment.

Je vois venir la deuxième vague macronienne et son invariant Jupiter.

Mais revenons à ces pauvres gens, dont le bateau, peut-on appeler cette chose flottante, un bateau ? a sombré corps et biens, comme on dit dans la marine.

Darmanin, ses flics, sa stratégie de la terreur, le harcèlement permanent, la destruction des fragiles habitats, les coups, les insultes, les conditions d’une misère insoutenable, voilà la somme des raisons qui poussent des exilés, c’est à dire, des hommes, des femmes et des enfants, à courir le risque de mourir en mer.

On a vu flotter des piscines d’enfants, des pneus de tracteur, des bouées de toutes sortes, en direction des côtes anglaises sur une Manche sillonnée par des bateaux de commerce, surveillée par des garde-côtes, dont les eaux inhospitalières recouvrent comme un linceul glauque, des centaines de victimes de l’inhumanité de la France et de l’Europe. Comment peut-on se dire civilisés, tolérer que Darmanin, régissant au naufrage des exilés, réaffirme que les mesures de terreur vont être augmentées, non mais ! contre les passeurs, oui monsieur.

D’ailleurs le même Darmanin a précisé que 785 policiers et gendarmes étaient mobilisés le long des côtes du Nord et du Pas-de-Calais.

Combien ça coûte ce barnum ? Pour quel résultat ? Quelle efficacité ?

Combien coûterait un dispositif d’accueil bienveillant, le financement d’infrastructures qui permettraient aux exilés de vivre dans la dignité, la subvention d’associations, pour traiter le cas des familles qui souhaitent retrouver des proches en Angleterre, gérer humainement les situations de détresse de ces gens qui ont fui une misère que nous leur faisons revivre, ici chez nous, dans le pays des Droits Humains et des Lumières ?

Pourquoi les exilés préfèrent-ils la Grande Bretagne à la France ? Parce que le harcèlement et la brutalité policière y sont moindres, qu’ils y trouveront du travail, qu’ils y retrouveront des membres de leur famille ou au moins de leur communauté.

Les exilés sont des hommes des femmes et des enfants, pas des animaux, pour lesquels je me demande si la population française ne se serait pas levée comme un seul homme si on les avait traités comme les exilés.

B.1.1.529, c’est le nom de code d’une nouvelle abomination, non pas sanitaire, car, à tout prendre et sans complotisme, 120 000 morts en deux ans, principalement, non pas à cause du virus mais bien plutôt en raison de l’incurie du système de santé écrasé par le libéralisme de nos gouvernants, détruit par la transformation de l’hôpital en centre de profit, mais politique.

Ces morts, sans doute évitables, dans un contexte moins marchand et libéral, justifient-ils un tel recul des libertés publiques et de notre liberté individuelle ? Ne faudrait-il pas mieux mener une vraie bataille, et pas que dans les urnes pour débarrasser le pays des marchands du temple ?

Lorsque l’on comptait entre 45000 et 62000 morts d’accidents de la route par an, entre 1977 et 1993, restreignait-on la liberté de chacun ? Non. On prenait des mesures, telles que l’obligation de la ceinture de sécurité, équivalent à celle du port du masque, on sanctionnait les excès de vitesse, on réformait l’apprentissage du code de la route. Ce qu’on faisait surtout, c’était améliorer le réseau routier, pour le rendre plus sûr.

On était sûrement plus intelligents, moins esclave du capital, avant ...

Cette liberté dont nous prive le pouvoir politique, que seulement 20% d’entre nous ont choisi, est pourtant plus utile à la République et à la démocratie, que la contrainte, car comme l’écrivit Victor Hugo, tout ce qui augmente la liberté augmente la responsabilité.

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Bienvenue dans Le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte