Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

104 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

Attenter aux mots, est-ce un crime?

Êtes-vous woke ? Encore un mot cainri que les media franchouillards, les ceusse qui viennent de la cuisine à Jupiter, les éclairés des Lumières, bref, ceux qui ont un problème avec l’anglais, emploient à tort et à travers.

Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

C’est un terme argotique, droit venu de la langue des luttes pour les droits civiques, une langue vernaculaire, dont les locuteurs sont les africains-américains, pas les blancs. 

Que le wokisme soit en train de devenir un mot à la mode de quand ? désignant toutes sortes d’injustices, de maldonnes, c’est le signe que la consommation touche désormais au langage. On a toujours inventé ou réveillé des mots, des expressions, des manières de parler, c’est normal, la vie des mots, quoi. Mais il arrive de plus en plus souvent que les mots soient dépouillés du sens qu’ils portent, qui les a faits naître. 

C’est le malheur, plusieurs fois évoqué dans mes chroniques, je cite encore Camus, qui lui-même, cite Socrate, dans un texte critique d’un livre du philosophe Bruce Parain, une expression vicieuse ne détonne pas uniquement par rapport à cela même qu'elle exprime, mais cause encore du mal dans les âmes ; un texte d’où provient le fameux mal nommer un objet, c'est ajouter au malheur de ce monde, mué par le grand remplacement du mot objet par les choses.

Ainsi woke, dans la bouche des crétins et autres imbéciles est un cadavre de mot, en état de décomposition avancé. Ça sent mauvais.

De même, la trop fameuse expression cancel culture, également employée n’importe comment, cette culture de la dénonciation, ou de la balance, mérite mieux que d’être condamnée au contresens ou au faux ami. 

En bon français lumineux, j’aurais eu tendance à produire une expression issue de notre belle langue, comme la culture du doulos ou le doulossage, puisqu’il s’agit d’une pratique dans laquelle nous autres français excellons.

C’est sûr que, comme le disent de plus en plus de gens foutre, il faudrait commencer à apprendre à penser contre soi. Si vous n’y arrivez pas, parce que c’est trop dur, il faudra vous contenter de dire des trucs contre-intuitifs, voire de les penser. Là, vous aurez un peu bon. 

D’une manière générale, le bousillage systématique de la langue me hérisse, et je pense au futur président Zemmour qui ne s’est pas encore avisé qu’un grand remplacement du vocabulaire intelligible, ce véhicule de toutes les idées y compris les siennes, dont nous ne pouvons pas davantage nous passer que d’un bon couscous, d’une paella, voire d’une pizza, d’une moussaka, ou d’un falafel, est en cours. 

Cela étant dit sans haine, je voudrais vous causer de l’automne. L’automne est la seule saison qui convient à la ville. Éprouver le raccourcissement des jours, voir toutes choses dans la lumière oblique, rasante, du soleil qui penche dans le ciel, entendre les feuilles des arbres tomber ; frissonner le matin, en sortant de chez soi, anticiper la douceur de l’après-midi, what else ? serais-je tenté de vous demander. 

Automne, ça se dit fall en anglais. C’est beau non ? La chute, l’évanouissement, la tombée, l’abattement, le sommeil, quelques-uns des sens qui l’embellissent, dans la langue de Shakespeare. 

Chez nous, l’automne c’est la fin de la rentrée, ce machin désuet, et le début des pubs pour Noël. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
L’impunité et la lâcheté des puissants
Après la révélation des accusations contre l’ancien ministre, le parquet de Paris a annoncé l’ouverture d’une enquête préliminaire. Au-delà de son devenir judiciaire, cette affaire nous interpelle sur l’insuffisance de la lutte contre les violences sexuelles et sur l’impunité des sphères de pouvoir.
par Lénaïg Bredoux
Journal — International
Le nouveau variant Omicron, identifié en Afrique australe, déjà repéré en Europe
La communauté scientifique est en alerte depuis l’identification d’un nouveau variant au Botswana. Les premiers séquençages en Afrique du Sud font craindre une propagation à grande vitesse. L’Organisation mondiale de la santé vient de le classer parmi les variants préoccupants et l’a baptisé Omicron.
par Caroline Coq-Chodorge
Journal — International
UE : Paris et Rome s’accordent à moindres frais pour tenter de peser dans l’après-Merkel
Emmanuel Macron et Mario Draghi ont conclu un traité pour tourner la page des années de tensions entre la France et l’Italie. Une façon aussi, pour le président de la République, de se rapprocher d’un homme bien plus influent que lui sur la scène européenne.
par Ludovic Lamant et Ellen Salvi
Journal — France
Dans la Manche, les traversées de tous les dangers
Le naufrage meurtrier survenu le 24 novembre, qui a coûté la vie à 27 personnes, rappelle les risques que les personnes exilées sont prêtes à prendre pour rejoindre les côtes anglaises. En mer, les sauveteurs tentent, eux, d’éviter le plus de drames possible.
par Sheerazad Chekaik-Chaila

La sélection du Club

Billet de blog
Tragédie de Calais : retrouvons d’urgence notre humanité
Au moins 27 personnes sont mortes noyées au large de Calais ce mercredi 25 novembre. Ce nouveau drame vient alourdir le bilan des morts à cette frontière où, depuis une trentaine d’années, plus de 300 personnes ont perdu la vie, soit en essayant de la franchir soit en raison de leurs conditions de (sur)vie sur le littoral Nord.
par La Cimade
Billet de blog
L'Europe-forteresse creuse sa tombe dans le faux abri de ses fantasmes d'invasion
L'épisode dramatique à la frontière Pologne/Biélorussie confirme une fois de plus la fausse sécurité d'une Europe-forteresse qui se croit en sécurité en payant pour refouler et bloquer migrants et réfugiés, ignorant ses fondements, ses valeurs, son histoire. La contre-offensive massive à rebours des renoncements successifs matraqués en certitudes au coin du bon sens est une nécessité vitale.
par Georges-André
Billet de blog
Migrants : du naufrage aux larmes de crocodile
Qu’elles sèchent vite, les larmes de crocodile ! De plus en plus vite, car il y en a de moins en moins, de larmes. Même de crocodile. Et surtout pour les réfugiés. Vous vous rappelez la photo du petit corps d’Aylan, 3 ans, rejeté sur une plage de Bodrum en 2015 ? Nous oublierons tout aussi vite le naufrage qui a tué 27 migrants dans La Manche, mercredi. Place au Black Friday !
par Cuenod
Billet de blog
À l'indignation, monsieur Darmanin, a succédé la rage
Au lendemain du drame qui a coûté la vie à 27 personnes dans la Manche, Michaël Neuman, directeur d'études au Centre de réflexion sur l'action et les savoir humanitaires de la fondation MSF, dénonce les responsabilités de l'État français et du ministre de l'Intérieur.
par Médecins sans frontières