Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

Sondez, sondez, il en restera toujours quelque chose.

L’économie … le terme s’applique à un art, comme un art de la table, voyez la définition du dico, ensemble de ce qui concerne la production, la répartition et la consommation des richesses et de l'activité que les hommes vivant en société déploient à cet effet.

Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

L’économie capitaliste, ça veut dire que tu vire le mot répartition, tu le remplaces par captation, prédation ... Pour ceux qui tiennent au mot cache-sexe où valise, comme on dit aussi, libéral, tu fais pareil, sauf que tu notes que l’ensemble en question, est entièrement sous la coupe de ce qu’on appelle le marché, une communauté d’intérêt constituée de prédateurs, qui captent les richesses issues de l’activité des hommes vivant en société ! Voilà, tu as compris... Libéral, chez nous, ça veut dire pas d’État, sauf pour les subventions, niches fiscales, optimisation et autres bonifications.

Donc, l’économie, n’est pas forcément capitaliste. Elle peut être administrée comme en Chine, ou comme elle le fût en URSS, avant la chute du Mur, c’est à dire que les richesses produites par tous sont réparties, supposedly, entre tous.

On a vu que ça ne marchait pas. L’économie peut être sociale et solidaire, on est en train d’expérimenter cette sorte-là. Sinon, la seule alternative, puisque Maggy la folle albionne, a décrété qu’il n’y en avait pas d’autre, c’est le capitalisme dur.

Parce qu’avant l’anglaise, l’exemple de la diversité des idées en matière économique, a été donné dans les années 30, par Roosevelt, alors à la tête du pays le plus capitaliste du monde. C’est par les impôts que FDR a réglé la question, après tout, les impôts sont les cotisations que nous payons pour jouir des privilèges de la participation à une société organisée, disait-il.

En 1935, le Revenue act familièrement appelé soak the rich tax, remet à plat les règles d'imposition pour les hauts revenus. Les personnes gagnant plus de 200.000 dollars, soit un million de dollars d’aujourd'hui, par an, sont taxées plus fortement, à 91% à partir de 1941. Pendant près de 50 ans, les États-Unis vivront avec un taux marginal d'imposition sur les très hauts revenus proche de 80%.

L’exemple de Roosevelt s’est dissous dans les délires de la finance, de la concurrence des Bourses, dans les crises, des 1929, qui se sont reproduites tous les dix ans, permettant aux plus filous de s’enrichir démesurément.

Aujourd’hui, l’idée est de créer un impôt universel sur les sociétés multinationales, de ... 15% ... ce qui provoque des offuscations de chaisière, chez de dignes économistes, et autres dirigeants de pays, dont certains sont fichés chez Pandora papers, c’est dire d’où ils parlent.

Dans mon quartier, il s’ouvre une boulangerie par semaine et un centre dentaire par mois. Entre le métro ND de Lorette et la gare du Nord, pas moins de 6 centres médicaux, dents, oreilles, yeux, ont ouvert. Les boulangeries, ont évolué. Elles pratiquent le Dwiche, la petite restauration, le petit déjeuner, et certaines vont jusqu’au fameux brunch, l’autre Spritz.

C’est fou comme les gens, dont on dit qu’ils veulent se différencier, s’habillent et se tatouent tous pareil, boivent et bouffent de même, et je ne parle même pas des fringues, achetées dans des magasins de marques qui font bosser les Ouïgours, comme ces pantalons déchirés, vendus neufs, non, mais !

Bon, me direz-vous, nous avons, pas moi, acheté et porté des fringues usées, payées au prix du neuf... Mais c’était il y a longtemps.

Puisque je suis dans les fringues, je ne me souvenais pas à quel point la fashion week est un moment freaky ; toutes ces laides, ces anorexiques, ces pantins déguisés, adorant le grotesque, se pâmant devant des débiles revendiquant le statut de créateur, ce cirque épouvantable, m’effraie.

Le spectacle, heureusement, est confiné dans des lieux loués cher, et ne concerne que les clientes des chirurgiens esthétiques, sculptures vivantes, travaillées au scalpel et au botox, jusqu’à ne plus ressembler à rien. J’ai de la peine pour les retoucheurs Photoshop, qui doivent se faire des poils à tenter de rendre à unetelle, une apparence regardable.

Freaks live, ne dure qu’une semaine à peine, et se tient deux fois par an, ouf !

Et Zemmour, le Zarma, dans tout ça ? Les sondeurs, bossent comme jamais. Poussés par une méga actualité, constituée exclusivement par les délires de Zarma, repris à l’infini par des media qui ont définitivement perdu le sens commun, les sondeurs, ces faiseurs d’opinion, se défendent, dans les mêmes media, d’enfer trop, avec, comme argument, que sans commanditaire, c’est à dire les journaux, les radios-télé, il n’y aurait pas de sondages. Et pan sur le bec ! Non, mais !

Ainsi ai-je entendu à midi, l’excellent et courageux Bruno Duvic, affronter son invité, Brice Teinturier, l’omniprésent sondagier, au sujet de l’abondance louche car inhabituelle des sondages.

Brice, arrogant comme un coq perché sur son tas de fumier, lui a donné une leçon de sondage. Non, ce n’est pas trop, puisque, d’abord, on ne fait que les sondages qui nous sont commandés, même celui qui place Zarma devant Marine, pigé dans un panel de 700 personnes, forcément représentatives ? Le Teinturier, il lavasecco, rappelle à Duvic, qui l’avait oublié, que, sans les sondages, on ne saurait pas mesurer les écarts de popularité et de notoriété entre la droite et l’extrême droite etc...

Il nous prend pour des cons, et j’en veut à Duvic de ne pas lui avoir coupé le sifflet ou au moins, l’avoir remis à sa place de Jeanfoutre.

Les sondages qui vous annoncent l’imminence de la victoire des fachos aux élections, vous poussent comme le vent vers les urnes, pour faire barrage, et voter pour.... Macron ! Choisir entre la peste et le cancer du côlon, y’en a un peu marre, Monsieur Teinturier qui travaillez pour on ne sait qui, mais on devine comment.

La peur du pire, portée par les sondages, est un instrument d’influence qu’il est difficile de contester.

A part de ça, les sanglots longs des violons de l'automne, blessent mon cœur d'une langueur monotone.

Et vous, ça va ?

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Condamné par la justice, le ministre Alain Griset quitte le gouvernement
Le ministre délégué chargé des PME a démissionné, mercredi, après avoir été condamné à six mois de prison avec sursis et trois ans d’inéligibilité avec sursis pour avoir menti dans sa déclaration de patrimoine et d’intérêts. Emmanuel Macron lui avait maintenu sa confiance, malgré des éléments accablants. Alain Griset a fait appel de cette décision.
par Sarah Brethes et Ellen Salvi
Journal — Économie
Marchandisation du virtuel : la fuite en avant du système économique
Les NFT, ces jetons non-fongibles qui garantissent la propriété exclusive d’un objet numérique, et le métavers, sorte d’univers parallèle virtuel, sont les deux grandes tendances technologiques de 2021. Mais ce sont surtout les symptômes d’un capitalisme crépusculaire.
par Romaric Godin
Journal
Le fonds américain Carlyle émet (beaucoup) plus de CO2 qu’il ne le prétend
La société de capital-investissement, membre d’une coalition contre le changement climatique lancée par Emmanuel Macron, affiche un bilan carbone neutre. Et pour cause : il ne prend pas en compte ses actifs dans les énergies fossiles. Exemple avec l’une de ses compagnies pétrolières, implantée au Gabon, Assala Energy.
par Michael Pauron
Journal — Santé
Covid long : ces patientes en quête de solutions extrêmes à l’étranger
Le désespoir des oubliées du Covid-19, ces Françaises souffrant de symptômes prolongés, les pousse à franchir la frontière pour tester des thérapies très coûteuses et hasardeuses. Dans l’impasse, Frédérique, 46 ans, a même opté pour le suicide assisté en Suisse, selon les informations de Mediapart.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Remettre l’école au milieu de la République
Parce qu'elle est centrale dans nos vies, l'école devrait être au centre de la campagne 2022. Pourtant les seuls qui en parlent sont les réactionnaires qui rêvent d'une éducation militarisée. Il est urgent de faire de l'école le coeur du projet de la gauche écologique et sociale. Il est urgent de remettre l'école au coeur de la Nation et de la République.
par edouard gaudot
Billet de blog
Au secours ! le distanciel revient…
Le spectre du distanciel hante l'Europe... Mais en a-t-on dressé le bilan ? Les voix des « experts » (en technologies numériques, plutôt qu'en pédagogie) continuent de se faire bruyamment entendre, peut-être pour couvrir la parole des enseignant-e-s... et des élèves.
par Julien Cueille
Billet de blog
Dépense moyenne par élève et étudiant : quand un élève en « vaut » deux
Les choix de dépense publique illustrent une politique : on dépense pour un.e élève de classe prépa plus que pour une écolière et un collégien réunis. Vous avez dit « égalité des chances » ?
par Jean-Pierre Veran
Billet de blog
Abolir les mythes du capital
Ces derniers jours au sein de l'Éducation Nationale sont à l'image des précédents, mais aussi à celle du reste de la société. En continuant de subir et de croire aux mythes qui nous sont servis nous nous transformons inexorablement en monstres prêts à accepter le pire. Que pouvons-nous faire pour retrouver la puissance et l'humanité perdues ?
par Jadran Svrdlin