Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

105 Billets

0 Édition

Billet de blog 27 oct. 2021

THERE IS NO ALTERNATIVE

J’ai des lubies, comme tout le monde, mais moi, j’en ai un peu honte. Par exemple, d’un coup d’œil, je prétends pouvoir identifier un con, à sa tête. En gros, je serais un détecteur infaillible de têtes de con.

Serge MALIK
Expert
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il m’arrive de percevoir de la connerie, chez des femmes ou des hommes très capés, diplômés à fond, légion d’honneurisés, dont le QI, comme tous les chiffres, selon le Ministère des Solidarités, ne se discute pas, avec une acuité certaine, pour ne pas dire un certain talent.

Il n’est pas question ici de la connerie de bistro, de vannes parfumées au Picon-bière, mais celle des bizuteurs, automobilistes, chargés de mission, coaches, manageurs, contrôleurs au faciès, agents d’accueil chez Orange, vendeurs de pare-brise, martyrs, consultants, et de ... Macron.

Notre président, j’ai beau me dire que ça ne se fait pas, je trouve qu’il a une tête de con. D’ailleurs, au cours du règne, il a dit plus de conneries, fielleuses, dégueulasses, grossières, inacceptables, qu’un con ordinaire ne saurait le faire.

Macron, sait que la France est un pays de cons, donc, que le risque de déchoir, en incarnant la qualité principale de son peuple, est mince.

Ces derniers temps, la fréquence à laquelle il profère, s’est accrue, pacte de performance, cordée du sport ou capital sportif-entrepreneur, toutes expressions commises à l’Élysée, devant un parterre d’athlètes de haut niveau, médaillés para et olympiques, qui ont reçu l’onction, médusés, par l’arrogance de leur hôte, et l’absurdité des termes sortis de sa fabrique à conneries.

L’objectif de la réunion était initialement, d’encourager les futurs participants aux olympiades de 2024, de les booster comme disent les cons.

En bonne tête de con, Macron a fait tout le contraire, il a désespéré, bille en tête, ces pauvres coureurs, sauteurs, lanceurs et autres eurs et quelques istes, quand même.

Macron, reconnaissons-le, ose tout, c’est même à ça qu’on le reconnaît, aurait sans doute certifié Lino Ventura.

Macron, en bonne logique s’est exprimé en capitaliste libéral, non pas comme un président de la république, émanation et incarnation de ce qu’on appelle encore la démocratie, mais comme un manager d’entreprise du caque.

Le peuple est un enfant, tout le mal vient de cela. C’est la conviction de beaucoup de ceux dont l’intelligence et l’humanité ont été vaporisées pendant leurs années d’étude dans les grandes écoles.

Macron sera certainement réélu dans un fauteuil, avec probablement un score sous les 25% de votants, ce qui ne l’empêchera pas de continuer sur sa lancée, et pourquoi pas, permettre au petit nombre des très grandes fortunes, de tripler, encore une fois, le montant de leurs avoirs, en prenant dans la poche de ceux qui ne sont rien, puisqu’ils ont l’avantage d’être très nombreux.

J’entends le candidat du PCF parler de nationaliser les banques et AXA, projeter de recoudre le tissu des services publics, que les 5 derniers gouvernements se sont acharnés à déchirer, et m’étonne de ne pas entendre le Jadot, ne serait-ce que prononcer, le mot capitalisme.

Celui-là, n’a pas pour projet d’en finir avec l’obsession de la croissance. Ce gars-là acceptera même le concept imbécile de croissance verte, un oxymore à la mode.

Je pense que le monde est mûr pour appliquer le dogme, la prédiction, que dis-je, l’injonction prémonitoire, de l’abominable hyène anglaise, Thatcher, THERE IS NO ALTERNATIVE !

En effet, je crois qu’il est temps de faire de ce slogan, dont les effets ont été dévastateurs sur les idées de gauche, l’humanisme, la solidarité et les luttes pour l’égalité des chances, bien plus que son ersatz, le en même temps, de notre président à vie.

Il n’y a pas d’alternative, pour garantir un futur possible, aux générations à venir, pour la sauvegarde de ce qui reste de la biodiversité, et freiner la ruine de la planète par l’activité économique sans contrôle, qu’un combat à mort contre le capitalisme.

Merci donc à la sorcière dont l’âme doit rôtir dans l’enfer du libéralisme génocidaire des peuples ouvriers, laudatrice du terrorisme économique, pour cette formule dont le sens est tellement facile à retourner.

C’est sans illusions, que je formule le vœu de voir se lever, enfin, les millions de femmes et d’hommes, dont le capital s’approprie le travail, les spolie de leur bien, se gave en captant une valeur ajoutée qu’il est incapable de produire, pour mener la bataille du bon sens et de la démocratie réelle contre le totalitarisme de l’argent.        

Let it be

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

Les articles les plus lus

À la Une de Mediapart

Journal
Du local au global, le mouvement climat assume de vouloir « faire école »
Finies les batailles en solitaire, le mouvement climat adossé aux luttes locales théorise désormais de voir les choses en grand. Un effort stratégique indispensable pour contrer l’appétit sans cesse renouvelé des aménageurs et industriels pour les « mégaprojets » et une certaine inertie politique.
par Mathilde Goanec
Journal — Diplomatie
Moyen-Orient : Macron réhabilite le « prince tueur »
Commanditaire de l’assassinat du journaliste Jamal Khashoggi, le prince héritier saoudien « MBS » était jugé infréquentable par les dirigeants occidentaux. En lui rendant visite, le président français brise sa quarantaine diplomatique, et vend au passage 80 Rafale à son homologue émirati et allié dans la guerre du Yémen, « MBZ ».
par René Backmann
Journal — Moyen-Orient
Nucléaire iranien : la solitude d’Israël
La volonté américaine de reprendre les pourparlers sur le nucléaire iranien s’oppose au refus israélien de toute perspective d’un accord avec l’Iran, contre lequel Israël menace de livrer une guerre, même si les États-Unis y sont hostiles. Mais Tel-Aviv dispose-t-il des moyens de sa politique ?
par Sylvain Cypel (Orient XXI)
Journal — Extrême droite
Chez Éric Zemmour, un fascisme empreint de néolibéralisme
Le candidat d’extrême droite ne manque aucune occasion de fustiger le libéralisme. Mais les liens entre sa vision du monde et la pensée historique du néolibéralisme, à commencer par celle de Hayek, sont évidents.
par Romaric Godin

La sélection du Club

Billet de blog
Exaspération
Rien n’est simple dans la vie. Ce serait trop facile. À commencer par la dépendance physique à perpétuité à des tiers, professionnels ou non. Peut-être la situation évoluera-t-elle un tant soit peu lorsque les écoles de formation aux métiers du médico-social et du médical introduiront la Communication NonViolente (CNV) et le travail en pleine conscience dans leurs modules ?
par Marcel Nuss
Billet de blog
Ne vous en déplaise, Madame Blanc
Plusieurs médias se sont fait l’écho des propos validistes tenus par Françoise Blanc, conseillère du 6ème arrondissement de Lyon du groupe « Droite, Centre et Indépendants » lors du Conseil municipal du 18 novembre dernier. Au-delà des positions individuelles, cet épisode lamentable permet de cliver deux approches.
par Elena Chamorro
Billet de blog
SOS des élus en situation de handicap
Voilà maintenant 4 ans que le défenseur des droits a reconnu que le handicap était le 1er motif de discrimination en France, pourtant les situations de handicap reconnues représentent 12% de la population. Un texte cosigné par l’APHPP et l’association des élus sourds de France.
par Matthieu Annereau
Billet de blog
Précarité = Adelphité
Nous exclure, nous isoler, nous trier a toujours été admis; nous sacrifier n’a jamais été que le pas suivant déjà franchi par l’histoire, l’actualité nous a prouvé que le franchir à nouveau n’était pas une difficulté.
par Lili K.