Serge Marquis
Secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

49 Billets

0 Édition

Billet de blog 5 juin 2021

Lettre ouverte à Médiapart

103 signataires à ce jour (septembre 2021), et il en arrive d'autres, pour une pétition partie il y a maintenant 4 mois dans le huis clos du Club. Un texte qui met le doigt sur la difficulté de Médiapart à prendre suffisamment en compte les opinions pluralistes et leur expression (à travers les commentaires, les billets, la place qui leur est donnée…), notamment sur les sujets dits polémiques.

Serge Marquis
Secrétaire de rédaction
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

La liste des signataires s'allongeant, nous les invitons à communiquer à partir du courriel suivant : olivierbouquet@laposte.net
Nous mènerons notre action ENSEMBLE.

Cordialement.
Les Pétitionnaires.
Vous pouvez aussi aller recommander le même texte sur le blog de JOËLMARTIN :
https://blogs.mediapart.fr/joelmartin/blog/150521/lettre-ouverte-mediapart

D'après la Charte de Mediapart :

« Le Club – et plus généralement tous les espaces de contribution de Mediapart (commentaires des articles du Journal, tchats...) – est un lieu d’information, de débats, d'échanges et de discussions, respectueux de la liberté d’expression, du pluralisme et de la réputation ou des droits d’autrui. »

Malheureusement, il semble que le respect du pluralisme soit désormais compris par la Modération comme équivalant à une approbation inconditionnelle de la ligne éditoriale et des contributeurs associés. Cette évolution est nettement perceptible depuis quelques mois. Les motifs de dépublication deviennent de plus en plus arbitraires, partiaux et parfois absurdes.

L'exemple le plus caricatural entre tous est celui où Joël Martin s'est vu censuré pour avoir parlé de « couper les nouilles au sécateur ». Pour la Modération, il s'agissait d'un appel à la haine…

Mediapart a fait le choix d'une modération interne, sans doute pour éviter un traitement robotique, mais nous constatons que la dépendance de la Modération envers la rédaction joue désormais contre le pluralisme garanti par la Charte. Des commentaires et des billets sont, par exemple, dépubliés pour « racisme » simplement parce qu'ils se démarquent de l'approche « dé-coloniale » ou en contestent les conclusions.

Certains abonnés se voient parfois dépubliés pour avoir fait état de faits publics :

https://web.archive.org/web/20210502174830/https://blogs.mediapart.fr/cambyse/blog/020521/humour-et-bannissement

De plus, alors même que la Modération a communiqué explicitement sur les problèmes de la violence verbale, elle ne les sanctionne pas de manière égale.

https://www.mediapart.fr/journal/france/040521/le-suspect-la-dgsi-et-la-bombe-qui-n-pas-explose/commentaires#comment-10625500

À titre d'exemple, il est considéré comme normal d'être traité de raciste, d'islamophobe, de fasciste, de suppôt du RN ou d'idolâtre de Zemmour alors même que ces propos ne sont pas étayés et malgré le fait qu'un bon nombre de personnes qui les subissent professent depuis toujours des opinions opposées . En réponse à ces diffamations, et toujours à titre d'exemple, le vocable « islamo-gauchiste » est systématiquement dépublié alors que rien, ni dans la Charte ni dans la loi, ne le justifie. Il s'agit donc d'une censure politique et d'une distorsion de traitement directement liées au statut des Modérateurs en tant que préposés soumis aux directives de la rédaction. C'est donc une violation de la Charte.

De plus, la Charte contient des notions particulièrement vagues, comme le hors-sujet et la bonne tenue du débat, permettant à la Modération de censurer ce que bon lui semble. Ce qui accroît encore l'arbitraire et la restriction du pluralisme.

Il est par exemple interdit de critiquer un article ou un billet qui utilise l'écriture inclusive alors même que celle-ci est largement controversée, y compris dans la communauté des linguistes qui la jugent politiquement illusoire et socialement discriminante envers les handicapés, les dyslexiques et les enfants des catégories sociales défavorisées. Pour la Modération, il ne peut s'agir que d'un hors-sujet. Pourtant, cette critique ne trouble pas plus que cela les échanges.

Nous constatons aussi, bien souvent, que nos alertes restent lettre morte dans des cas où la Charte trouverait un motif de censure : dénigrement, harcèlement, calomnies, diffamation.

Nous ne remettons pas en question l'obligation légale de modérer les commentaires contrevenants à la loi, mais nous demandons une application de la Charte qui soit uniforme, impartiale et transparente, qui respecte la libre expression et le pluralisme, en conformité avec ses principes Nous n'acceptons pas les privations de droits participatifs fondés sur une modération biaisée, arbitraire et parfois vindicative.

Le seul moyen honnête d'assurer cette demande nous semble être la création d'un espace de débat sur l'application de la Modération, et pas, comme nous le voyons régulièrement, une chronique d'autosatisfaction qui distribue les bons points. Dans cet espace, il serait autorisé de republier un commentaire censuré, en l'anonymisant, pour permettre à chacun de juger du bien-fondé de la censure l'ayant frappé (sauf, bien entendu, s'il contrevient ouvertement aux dispositions de la loi sur la presse et à sa jurisprudence).

S'agissant de la création de billets, nous constatons des mesures de dépublication similaires, qui prêtent tout de même sérieusement à discussion et qui s'ajoutent aux choix promotionnels de Mediapart.

Nous comprenons parfaitement que Mediapart donne une plus grande visibilité aux billets qui lui conviennent, mais pas qu'il condamne les autres à la clandestinité, ce qui constitue une autre violation du pluralisme. Nous demandons à Mediapart de prendre des mesures en ce sens pour que les opinions divergentes puissent apparaître à la Une, notamment lorsque des billets sont largement commentés.

Nous tirons donc un sérieux signal d'alarme.

Médiapart appartient à ses lecteurs, donc à tous ses lecteurs, la diversité d'opinion est une richesse. Que Mediapart continue à ne rendre de compte qu'à ses lecteurs, cela suppose la critique, y compris de la ligne éditoriale ! Nous demandons le respect du pluralisme que la Charte garantit et que l'on est en droit d'attendre en s'abonnant et en soutenant Mediapart. Le « politiquement correct » n'est pas de nature à faire avancer les débats nécessaires à la cause commune d'une République des Égaux.

Nous espérons que Médiapart va le comprendre et réagir en conséquence.

A Médiapart comme ailleurs, la résolution de la crise de la représentativité politique est à ce prix. 

Liste des premiers signataires :

ABOUADIL, AGNES GOUINGUENET, ALIOSHA, AMITIÉ ENTRE LES PEUPLES, ANACHARSIS, ANDRÉ BELLON, ANDRE BERNOLD, ANNEJULIE, ANNIE GIRARD, _ANON_,  AUCKLAND1, BEA18, BERNARD VIGUIÉ, BERTRAND DEMEE, BINBIN RORO, BOB6999, BORIS CARRIER, BRETTUS, BRUNO HUBACHER, BRUNO MAZERAT, CAGNOTTE, CAMBYSE, CAVAPAS, CEINNA COLL, CHEVAPHIL, CHRISTIAN DELARUE, CORNICHONJOUFFLU, CRAMPON, DUCON1ER, FRANCISCO DE LUCA, FRANCKPEYRE1968, FRATERNITAIN, GIBUXXX, GIL GOSSEYN, GILLIANE, GPTO, HORATIUS, JEAN BACHÉLERIE, JEAN-CLAUDE CHARRIÉ, JEAN-FRANÇOIS ARMENGAUD, JEAN-PASCAL MEDURIO, JEAN LOUIS RECOUSSINE, JEANNE AZOU, JEAN-PIERRE KAYEMBA, JEAN-PIERRE ROCHE, JF SCHNEIDER, JOEL BELLENFANT, JOELLE LOCATELLI, JOËLMARTIN, KOALA EN COLÈRE, LAIRDERIEN, LANCETRE, LE CONCOMBRE MASQUÉ, LE CRI DES PEUPLES, LEZANIMOS, LUC RIGAL, MALINALCO, MARC DANIEL LEVY, MATA BOUTROS, MCX, MELGRILAB@YAHOO.FR, MICHEL DELARCHE, MICHÈLE DESSENNE, MINGA, MITHRA-NOMADEBLUES_, MORPHOS, MOTUS, MOULOUD AKKOUCHE, MUSTAPHA AIT LARBI, MYRELINGUES, NETMAMOU, NOTULE, PAQUET D'ONDE, PAUL REPORT, PERSONNE LAMBDA, PIERRE CAUMONT, PIERRE GUERLAIN, PORFIRIO, PRADES & CIE, RAYMOND SAMUEL, RENÉ MAGNIEZ, RICHARDTHEVENON, ROGER EVANO, SBORE, SERGE DODOUSSIAN, SERGE MARQUIS, STÉPHANE RIAND, SYLVAIN TRUFFIER, THIERRY REBOUD, TOTOBO, UNDERZEVOLKANO, UTOPART, VAUDIOUX14, VENT D'AUTAN, VINCENT PRÉSUMEY, VINGTRAS, VIVRE EST UN VILLAGE, XYLOVA, YANN.DEJOMARON, YVES BAKRA, YVON STUBERT, ZARGOS…  

Si vous souhaitez signer, merci de nous le faire savoir. Cordialement. 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — France
La visite du ministre Lecornu a renforcé la colère des Guadeloupéens
Le barrage de La Boucan est l'une des places fortes de la contestation actuelle sur l’île. À Sainte-Rose, le barrage n’est pas tant tenu au nom de la lutte contre l’obligation vaccinale que pour des problèmes bien plus larges. Eau, chlordécone, vie chère, mépris de la métropole... autant de sujets que la visite express du ministre des outre-mer a exacerbés.
par Christophe Gueugneau
Journal — France
L’émancipation de la Guadeloupe, toujours questionnée, loin d’être adoptée
Alors qu’une crise sociale secoue l’île antillaise, le ministre des outre-mer, Sébastien Lecornu, a lâché le mot : « autonomie ». Une question statutaire qui parcourt la population depuis des années et cristallise son identité, mais qui peine à aboutir.
par Amandine Ascensio
Journal — France
Didier Raoult éreinté par son propre maître à penser
Didier Raoult défend un traitement inefficace et dangereux contre la tuberculose prescrit sans autorisation au sein de son institut, depuis au moins 2017. Le professeur Jacques Grosset, qu’il considère comme son « maître et numéro un mondial du traitement de la tuberculose », désapprouve lui-même ce traitement qui va « à l’encontre de l’éthique et de la morale médicale ». Interviewé par Mediapart, Jacques Grosset estime qu’il est « intolérable de traiter ainsi des patients ».
par Pascale Pascariello
Journal — International
Variant Omicron : l’urgence de lever les brevets sur les vaccins
L’émergence du variant Omicron devrait réveiller les pays riches : sans un accès aux vaccins contre le Covid-19 dans le monde entier, la pandémie est amenée à durer. Or Omicron a au contraire servi d’excuse pour repousser la discussion à l’OMC sur la levée temporaire des droits de propriété intellectuelle.
par Rozenn Le Saint

La sélection du Club

Billet de blog
Pour une visibilisation des violences faites aux femmes et minorités de genre noires
La journée internationale des violences faites aux femmes est un événement qui prend de plus en plus d'importance dans l'agenda politique féministe. Cependant fort est de constater qu'il continue à invisibiliser bon nombre de violences vécues spécifiquement par les personnes noires à l’intersection du cis-sexisme et du racisme.
par MWASI
Billet de blog
Pas de paix sans avoir gagné la guerre
« Être victime de », ce n’est pas égal à « être une victime » au sens ontologique. Ce n’est pas une question d’essence. C’est une question d’existence. C’est un accident dans une vie. On est victime de quelque chose et on espère qu'on pourra, dans l’immense majorité des cas, tourner la page. Certaines s’en relèvent, toutes espèrent pouvoir le faire, d’autres ne s’en relèvent jamais.
par eth-85
Billet de blog
Les communautés masculinistes (1/12)
Cet article présente un dossier de recherche sur le masculinisme. Pendant 6 mois, je me suis plongé dans les écrits de la manosphère (MGTOW, Incels, Zemmour, Soral etc.), pour analyser les complémentarités et les divergences idéologiques. Alors que l'antiféminisme gagne en puissance tout en se radicalisant, il est indispensable de montrer sa dangerosité pour faire cesser le déni.
par Marcuss
Billet de blog
Ensemble, contre les violences sexistes et sexuelles dans nos organisations !
[Rediffusion] Dans la perspective de la Journée internationale pour l'élimination des violences faites aux femmes, un ensemble d'organisations - partis et syndicats - s'allient pour faire cesser l'impunité au sein de leurs structures. « Nous avons décidé de nous rencontrer, de nous parler, et pour la première fois de travailler ensemble afin de nous rendre plus fort.e.s [...] Nous, organisations syndicales et politiques, affirmons que les violences sexistes et sexuelles ne doivent pas trouver de place dans nos structures ».
par Les invités de Mediapart