Echos dans la presse albanaise et kosovare

Les deux tribunes ("Kosovo : le Tribunal spécial, produit d'une imposture" et "Kosovo. De l'utilité du tribunal spécial et de s'en défaire") ont été publiées en intégralité dans la presse en Albanie et au Kosovo.

http://blogs.mediapart.fr/serge-metais/blog/101220/echos-presse-albanaise

Les deux tribunes ont été publiées en intégralité dans la presse en Albanie et au Kosovo.

La première est parue, samedi 5 décembre, dans les quotidiens "Express", au Kosovo, et "Dita", en Albanie. Je ne connais pas l'auteur de la traduction de "Express". La traduction de "Dita" a été faite par mon ami Arben Leskaj qui avait traduit le livre "Histoire des Albanais. Des Illyriens à l'indépendance du Kosovo", en 2006.

La deuxième est parue aujourd'hui, 10 décembre, dans "Dita". Le quotidien "Epoka e re", au Kosovo, publie dans la même édition, aujourd'hui, les deux tribunes (traduction d'Arben Leskaj pour les deux).

Voici la Une de "Dita" le 5 novembre:

http://www.gazetadita.al/05-dhjetor-2020/

Elle a un aspect "sensationnel". On y lit (je traduis) :

" EXCLUSIF – SERGE METAIS

LA HAYE, LE KOSOVO ET LES SERVICES SECRETS

L’HISTOIRE DU TRIBUNAL SPECIAL POUR LE KOSOVO, COMME ON N’AVAIT JAMAIS IMAGINÉ. RACONTÉE PAR UN FRANÇAIS POUR LEQUEL DICK MARTY EST UN « IDIOT UTILE » 

Qui est Serge Métais et quelle est la grande manipulation racontée dans son article. Quels sont les services secrets dont on dit qu’ils ont réalisé l’opération de tromperie la plus aboutie depuis la chute du Mur de Berlin. Comment l’Union européenne, faible et divisée, a été leur victime "

Voici la Une de "Epoka e re", aujourd'hui :

 https://www.epokaere.com/wp-content/uploads/2020/12/Epoka-10-dhjetor-2020.pdf

Pages intérieures. Il faut dérouler : d’abord l’albanais, ensuite le français

https://www.epokaere.com/historiani-francez-serzh-mete-serge-metais-reagon-kunde%cc%88r-gjykate%cc%88s-speciale/

Plusieurs médias ont repris et publié l'intégralité les textes de Dita ou de Express. Entre autres : "Radio Kosova e lire", "BalkanWeb/Gazeta Shqiptare", "Illyria" (albanian-american newspaper), "ABC News", "Ora News", "Tirana News", "Koha Jonë" et "Tema". Les commentaires des lecteurs de l'article dans "Tema" (32) m'ont beaucoup impressionné par leur soutien chaleureux et la qualité de leurs réflexions.

http://www.gazetatema.net/2020/12/06/gjykata-speciale-produkt-i-nje-mashtrimi-shkrimtari-francez-thirrje-be-akuzat-ndaj-uck-nje-turp-i-organizuar-nga-sherbimet-sekrete-serbe-e-ruse-te-mbyllet/

Les réactions dans le monde albanophone sont donc très favorables. La proposition d'une résolution votée par le Parlement du Kosovo demandant la fermeture du tribunal spécial et le relocalisation du procès au Kosovo surprend. Elle était inattendue. Mais, elle semble déjà s'imposer à beaucoup comme une évidence.

Pour autant, la diffusion des articles sera-t-elle suffisante pour convaincre la classe politique kosovore de se rassembler ? Aura-t-elle le courage d'engager une épreuve de force avec les partenaires euro-atlantiques ? Rien n'est moins sûr.

Beaucoup de questions m'ont été posées à l'occasion de la diffusion des deux tribunes. Je me contenterai, pour l'instant, de répondre à celle-ci :

"D'accord, le tribunal spécial est le produit d'une imposture, d'une grande manipulation. Mais, le tribunal, au Kosovo, pourra-t-il être aussi impartial que ce tribunal dont le personnel est international ?".

Voici ma réponse:

La question n’est pas de savoir si le tribunal spécial à La Haye serait plus ou moins impartial ou ferait une meilleure justice que le tribunal au Kosovo. Le problème c'est d'abord le statut du tribunal spécial. C'est aussi qu'il a perdu sa légitimité.

Le Tribunal spécial ne peut pas être, comme il pourrait en donner l'impression avec sa localisation à La Haye, un tribunal pénal international. Car,  il y aurait une rupture du principe d'égalité de traitement entre les parties dans une guerre. Entre la puissance occupante et la Résistance, entre l'agresseur et l'agressé. On ne peut pas considérer comme un tribunal pénal international, ce tribunal qui n'aurait à juger que des "crimes de guerre" ou des "crimes contre l'humanité" commis par l'Armée de libération du Kosovo. Cela, alors que les crimes commis par l'armée, les forces de sécurité et les paramilitaires serbes, très nombreux, massifs, et bien documentés n'y seraient jamais jugés.

L'existence du Tribunal spécial à La Haye, avec son personnel international, n'est justifiée que par le rapport Marty et les allégations de trafic d'organes. Le fait qu'il n'y a rien sur des allégations de trafic d’organes, dans  l’acte d’accusation, rend ce tribunal illégitime.

Accepter que le Tribunal spécial continue son activité, maintenant, comme si de rien n'était, serait accepter une injustice (la rupture du principe d'égalité). Ce serait aussi, pour l'Union européenne et les Etats-Unis, continuer à accepter d'avoir été abusés. Ajoutons que la fermeture de ce tribunal spécial serait aussi la moindre des sanctions qu'il conviendrait d'infliger aux imposteurs.

Le tribunal spécial a été créé sur la base de lois votées par le Parlement du Kosovo. C’est une institution du Kosovo qui est localisée à La Haye pour les raisons que l’on sait. Ce n’est pas une juridiction pénale internationale. Cette institution peut être fermée par la loi que voterait le Parlement (ce que la loi a fait, la loi peut le défaire). Et le procès serait relocalisé au Kosovo. Il n'est donc pas question d'interrompre une procédure judiciaire.

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.