serge.dodoussian
RETRAITE
Abonné·e de Mediapart

336 Billets

0 Édition

Billet de blog 6 mars 2022

Le paradoxe politique et syndical de notre combat pour une meilleure société

La véhémence des écrits sur le Covid s'étant calmé, il m'a semblé pertinent de faire un essai d'analyse sur ce qui s'est passé au regard du processus révolutionnaire de tous ceux qui se battent pour une meilleure société. Ce qui vient de se passer est pour moi un paradoxe de ce que nous défendons. Idéologiquement, nous venons de faire un grand pas en arrière: être réactionnaire au sens de Marx!

serge.dodoussian
RETRAITE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Il se passe des choses très graves aujourd'hui dans notre société et notre incapacité à les analyser correctement me met en colère. En effet, ce qui se passe aujourd'hui préfigure nos échecs patentés de demain.

Ce n'est pas la vaccination des enfants ou pas des enfants qui est en jeu mais notre capacité à détecter les nouvelles manipulations en cours du capitalisme. Et, nous sommes aujourd'hui dans un véritable paradoxe.

En effet, alors que l'on sait que ceux qui nous gouvernent sont des menteurs, des voleurs et des voyous que nous combattons tous depuis longtemps, il a suffit de nous faire peur à coup de médias et de spécialistes bidons pour que nous courrions tous prendre nos doses à la pharmacie. En fait, bizarrement et paradoxalement, nous sommes juste rentrés dans l'idéologie dominante : nous avons obéi à des menteurs, des voleurs et des voyous jusqu'à ne pas se battre contre la vaccination de nos enfants qui ne risquaient quasiment rien avec un produit d'essai qui n'empêche pas d'avoir et de transmettre la maladie. Nous sommes devenus des moutons se battant uniquement pour conserver ce que l'on a! Dans le manifeste du Parti Communiste, Marx donne un nom à cela: être réactionnaire!

C'est cette soumission qui est grave car non seulement elle prouve que notre réflexion sociétale reste primaire mais en plus elle vient donner une nouvelle arme au capitalisme pour mettre à genoux le processus révolutionnaire pour de meilleurs lendemains : la dictature sanitaire !

Nous venons tous, et c'est pourquoi j'ai les glandes en rapport des partis et des syndicats de mon obédience, d'accepter des choses qui auraient été impossibles s'il s'était agit uniquement d'aspect économique : nous aurions mis le feu dans la rue ! Notre réflexion politique au sujet de cette manipulation de grande ampleur me laisse très inquiet quant à notre capacité à pouvoir répondre à ce qui va venir. Il suffira simplement d'un autre « petit » virus pour mettre encore sous l'éteignoir nos légitimes revendications sociales pour un avenir sans guerre économique ou armée, pour une société plus respectueuse du climat et de la vie.

Quand nous ne sommes plus capables de « mourir » pour des idées, il faudra, que nous le voulions ou pas, vivre ou survivre avec celles des autres.

Notre néant sur l'analyse de ce qui s'est passé socialement avec le covid au niveau de la communication de terreur des multiples médias et ses conséquences sur le processus révolutionnaire me laisse penser que nous sommes déjà dans un échec patent avant d'avoir commencé le combat.

Quant la peur individuelle obsédante de mourir (même si elle n'est pas réelle, car nous sommes tous mortels, mais orchestrée par le pouvoir) arrive à tuer la vie collective et ses idéaux d'un futur bonheur possible, c'est que nous avons clairement échoué idéologiquement : le capitalisme et son centrage sur l'individu ont encore de beaux lendemains malgré leur échecs patents et répétés.

En conclusion

Nous avons obéi à des choses qu'il y a encore quelques temps, nous aurions combattu becs et ongles. Nous avons bizarrement obéi à des gens que l'on combat tous les jours car ce sont des voleurs des menteurs et des voyous et nous avons même sacrifié nos enfants pour cela....

Si nous n'avons pas la capacité d'analyser ce paradoxe, nous nous battons juste contre des moulins à vent, contre nous même car nous participons clairement à l’idéologie dominante. Le processus révolutionnaire pour une meilleure société n'est même plus au ralenti, il est mort si nous régissons pas.

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Inflation : en France, grèves partout, augmentations nulle part
Depuis des semaines, des arrêts de travail éclatent dans toute la France, et dans tous les secteurs. Le mot d’ordre est toujours le même : « Tout augmente sauf nos salaires. » Après des négociations décevantes, les travailleurs se mobilisent pour obtenir des augmentations à la hauteur de l’inflation.
par Khedidja Zerouali
Journal — Économie
Le risque d’une crise systémique de l’économie
Avec l’irruption de l’inflation s’engage une nouvelle phase de la crise du capitalisme. Désormais, celle-ci semble totale et multidimensionnelle. En trouver l’issue sera de plus en plus complexe. 
par Romaric Godin
Journal — États-Unis
Attaque du Capitole : Donald Trump plombé par un témoignage dévastateur
Une membre du cabinet de l’ancien président états-unien a témoigné mardi devant la commission d’enquête sur les événements du 6 janvier 2021. Elle affirme que Donald Trump savait que ses partisans étaient armés et qu’il a voulu les rejoindre.
par François Bougon
Journal
La crise politique de 2019 secoue encore la Bolivie
L’ancienne présidente par intérim, Jeanine Áñez, a été condamnée à 10 ans de prison pour non-respect de la Constitution et manquement à ses devoirs, pour s’être installée à la présidence sans en avoir le droit, en 2019, après le départ d’Evo Morales. Une procédure judiciaire loin d’être finie. 
par Alice Campaignolle

La sélection du Club

Billet de blog
Innovation et Covid : demain, rebelote ?
La quiétude retrouvée dans nos pays n’est pas de bon augure. S’il y a résurgence du Covid, tout est en place pour revivre ce qui a été si cruellement vécu: l’injustice dans l’accès aux vaccins à l’échelon mondial et le formatage de la gestion de la pandémie au gré des priorités économiques des pays riches et intérêts financiers des firmes pharmaceutiques ... Par Els Torreele et Daniel de Beer
par Carta Academica
Billet de blog
Pour un service public de santé territorial 3/3
Publié sur le site ReSPUBLICA et écrit avec Julien Vernaudon, le premier volet de cet article donnait le contexte historique, le second une analyse de la situation actuelle des professionnels de santé de premier recours et de leur évolution. Ce troisième et dernier volet propose la création d'un vaste et nouveau service public se santé territorial.
par Frédérick Stambach
Billet d’édition
Covid-19, 7ème vague : l'État se rend encore « fautif »
Une septième vague de contaminations au COVID-19 frappe la France. Alors que le tribunal administratif de Paris a reconnu l'État « fautif » pour son impréparation lors de la première vague, le gouvernement ne semble pas tenir compte des remarques passées ni des alertes de la société civile.
par Mérôme Jardin
Billet de blog
« Very bad trips » à l’Organisation mondiale du commerce
20 mois et 6 jours de négociations à l’Organisation mondiale du commerce (OMC) pour finalement acter, une nouvelle fois, que le commerce prime sur la santé. L’OMC et l’Union européenne (UE) se gargarisent aujourd’hui d’un accord sur la levée temporaire des brevets (TRIPS) sur les vaccins anti-COVID.
par Action Santé Mondiale