Les seuls anti-élites ? Nos élites co-sanguines qui se délitent...

Quand on regarde la définition de ce qu'est une élite, nous traiter d'anti-élite et donc de populiste, n'est que de la propagande. Nos élites sont-elles vraiment des élites ou une secte d'entre-soi qui "oligarchise" un pouvoir de plus en plus mis en difficulté par ses échecs répétés? Les censeurs ne sont pas les payeurs! Nos soit-disantes élites non plus!

« Au sein d'un groupe ou d'une communauté, l'élite est l'ensemble des individus considérés comme les meilleurs, les plus dignes d'être choisis, les plus remarquables par leur qualité. »

Il paraît que nous sommes des anti-élites, des populistes puants en quelque sorte, des individus qui en voudraient à tous ceux qui savent...et qui gouvernent pour notre bien...Enfin, à ce qu'ils disent, car la réalité est toute autre et elle finalement assez facile à démontrer.

 

Les élites, nos élites en l'occurrence devraient donc amener de l'innovation, des idées nouvelles pour traiter les problématiques récurrentes de notre société. Pourtant, et le constat est assez aisé, ils n’ont jamais réglé aucun de ces problèmes jusqu'à maintenant : le chômage, la violence, l'école, la santé, etc. La question se pose donc, nos élites sont-elles vraiment des élites ?

 

Car, et c'est le pire, non seulement ils n'ont jamais réglé aucun problème mais en plus, ils les aggravent de jour en jour : comment obtenir un résultat différent quand on fait toujours la même chose. Nos soit-disantes élites ne se délitent-elles pas à force de co-sanguinité malsaine ? S'auto-congratuler d'avoir raison, entre individus qui se croient tous des élites, suffit-il en substance pour affirmer qu'ils le sont ? En fait, c'est comme une croyance, je suis une élite car les personnes que je prends pour des élites sont d'accord sur le fait que je fais parti de cette belle famille...l'Eglise des premiers de cordées des derniers jours de notre démocratie ! De nos jours c'est ce que l'on nomme une SECTE !

 

En effet, non seulement ils partouzent tous ensembles (beurk) mais en plus , il n'est pas question d'avoir d'autre profils malheureux chez eux ; les premiers de corvées ! Et, il se sont organisé pour ce faire, ils ont structuré la société pour rester au pouvoir entre-eux et avec leurs idées. Les soit-disantes élites d'aujourd'hui sont non seulement celles d'hier mais aussi d'avant hier. Sans renouvellement de pensée et d'approche, ils ne pouvaient que se déliter dans une co-sanguinité génératrice de malformations génitales et intellectuelles. En fait, en voulant à tout prix l'entre-soi pour conserver le pouvoir, leurs multiples échecs issus de cette sclérose neuronale, ils sont arrivés en fait à l'inverse : il ne leur reste plus que la violence institutionnelle et la loi de sécurisation globale pour encore avoir une chance de conserver le pouvoir dans un avenir où l'austérité nous est promise comme jamais.

 

Il y a moins de fils d'ouvrier qui font des études supérieures aujourd'hui qu'en 1950 ! Nos soit-disantes élites ne veulent surtout pas d'autres élites. L'ultra libéralisme n'a pas que volé uniquement plus de richesse financières à ceux qui les produisent, il leur a aussi volé la richesse intellectuelle d'une véritable éducation populaire.

 

En fait, il n'y a pas plus anti-élites que ceux qui se prennent aujourd'hui pour des élites. Nous ne sommes pas anti-élites, les nôtres n'en sont pas, nous sommes seulement intelligents ou complotistes puisque c'est le terme maintenant révolu à toute personne qui critique l'action de ceux qui croient être des élites.

 

Si des individus qui ne règlent aucun problème, et pour lesquels en plus nous payons grassement de notre poche, sont des individus considérés comme les meilleurs, les plus dignes d'être choisis, les plus remarquables par leur qualité, il n'y a que 3 solutions :  Il faut revoir notre dictionnaire, ils n'ont jamais été des élites ou pauvres de nous si c'est les plus remarquables des Français!

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.