Darmanin, le chantre du viol collectif !

La nomination de Darmanin est un coup de maître. On ne parle que de lui mais plus de la politique néfaste, en premier lieu pour les femmes, à la quelle il va, comme un bon mouton-soldat, participer avec zèle. On lui fait le "buzz" pour un seul viol alors qu'il va être le chantre d'un viol collectif.

Comme quoi c'est souvent un arbre (Darmanin en l'occurrence et sans jeu de mot) qui cache la forêt.

Ceux qui font le « buzz » sur sa nomination, ont-ils conscience que finalement, ils jouent aussi le jeu du pouvoir et de sa communication ? Mettre en avant les individus et leurs « travers » pour cacher et taire le fond du problème est pourtant connu en matière de tromperie de l'information.

 

En nommant Darmanin, Macron a bien joué (comme avec SIBETH qui a joué très bien son rôle d'idiote sur-diplômée), tout le monde parle de la présomption d'innocence mais plus du fond libéral et catastrophique de sa politique qu'il est d'ailleurs presque tout seul à vanter les mérites.

 

Je ne dis pas que des accusations de viol de sont pas graves, mais je suis beaucoup plus inquiet par la politique proposée et le fait que Darmanin, en bon soldat et mouton aveugle, va se faire un plaisir d'appliquer avec zèle.

Car, ne vous y trompez pas, les conséquences de cette politique, n'en déplaise aux féministes, seront bien plus grave qu'un seul viol pour les femmes grandes perdantes encore annoncées d'une réforme de la retraite qui pointe encore, malgré que cela ne soit aucunement la priorité du moment, le gros bout de son nez, que dis-je de sa péninsule : cela va être un viol collectif !

Alors oui, Damanin mérite la présomption d'innocence mais le fait d'en faire le « buzz » non seulement cache sa nauséabonde politique mais aussi le fait que pour les autres « justiciables » elle n'existe pas.

En effet, pour ceux que l'on arrête au détour d'une manifestation, pour ceux qui prennent des LBD, pour ceux que l'on tabassent pour seulement défendre une dignité à vouloir vivre décemment, pour ceux que l'on licencient avec de l'argent public (le nôtre) où est cette présomption d'innocence ?

Qui les a jugé, qui les a condamné ? Et pourtant, ils sont déjà coupables et déjà punis !

Comme quoi, disait déjà Monsieur de La Fontaine il y a pourtant assez longtemps, « Selon que vous serez puissant ou misérable Les jugements de cour vous rendront blanc ou noir. » !

Comme quoi, les choses ont finalement peu changé depuis cette époque, elles ont peut-être même empiré. En fait, elles font finalement référence à une forme dévoyée de la naissance de la démocratie à Athènes : les femmes et les esclaves n'étaient pas considérés comme des citoyens !

Finalement nous n'avons pas avancé depuis 2000 ans. Les seuls à bénéficier de la démocratie sont les puissants et vous savez le pire : ils se disent démocrates !

Finalement, nous pouvons aussi mettre un genou à terre, les femmes et les hommes esclaves de ce système, nous sommes devant la justice tous des noirs !

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.