serge.dodoussian
RETRAITE
Abonné·e de Mediapart

330 Billets

0 Édition

Billet de blog 18 juil. 2021

Imposer pour le bien public ? Finalement une bonne idée !

Ce fameux bien public...Doit-il être obligatoire? Mais qui doit définir le bien public? Le roi, sa cour ou la grande majorité du public? Si on peut imposer la vaccination en légitimant le bien public, ne pourrions-nous pas imposer d'autres choses? Si rien n'est fait par le roi pour le bien public, comment croire que cette fois-ci c'est vraiment le cas?

serge.dodoussian
RETRAITE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Ceci dit, derrière cette bonne idée, il semble que nous sommes un peu dans le noir. En effet, c'est quoi le bien public ? Qui le défini ? Si c'est un bien public qui pourrait mieux le définir...Que le Public ? Et, c'est là que les incohérences se font jour...

Cela doit être sûrement pour le bien public que tous les Services Publics sont détruits depuis des dizaines d'années : les Services Publics ne seraient donc pas pour le bien du public ? Avouez que le paradoxe est étrange.

C'est donc pour le bien public que les hôpitaux publics n'arrêtent pas d'être dégradés et que les lits ferment. C'est aussi sûrement pour le bien public que l'on est en train de détruire un des fleurons de l'industrie Française qu'est EDF...Alors que le Conseil d'Etat a déclaré récemment que l'électricité était un bien de première nécessité.

C'est aussi pour le bien public que l'on préfère « punir » les chômeurs que de leur donner du travail. La découverte qu'il y a pire que d'être exploiter, c'est de ne plus être exploitable. Notre force de travail, la seule chose que nous pouvons vendre, rapporte moins que la spéculation en bourse. Exclure 10 millions de personnes d'un travail, même payé au minimum, doit aussi sûrement être pour le bien public.

C'est aussi pour le bien public, plutôt que de donner du travail à ceux qui n'en ont pas, que l'on va reculer l'âge de la retraite à 64 ans. C'est, pour rappel, la moyenne d'âge en bonne santé en France. De l'emploi à la clinique privée (au vu du massacre de la santé publique), le capitalisme l'a toujours rêvé : la rentabilisation extrême...Enfin pour ceux qui auront les moyens de payer ! Les autres, pour le bien public bien sûr, vous attendrez qu'un lit se libère...Un paracétamol et hop.... surtout restez mourir chez vous car les médecins n'ont plus le droit de vous soigner!

Cela doit être aussi pour le bien public, en plein réchauffement climatique, que nous avons la liberté, enfin si nous en avons les moyens, de polluer notre air autant que l'on veut avec des 4x4 de plus en plus puissants.

Ce doit être aussi pour le bien public que l'on laisse des milliers de PL traverser notre belle France au lieu de leur imposer le train.

Je pourrais encore démontrer beaucoup d'autres choses que l'on pourrait imposer pour le bien public alors que l'on laisse la finance, elle, faire ce qu'elle veut.

Donc, quand on nous dit que l'on peut rien imposer à la finance, aux actionnaires pour le bien public, on nous ment éhontément. L'imposition du "pass sanitaire" dans la vie courante en est bien la démonstration. L'Etat peut imposer donc pour le bien public...mais uniquement selon sa définition et pas celle du public et quand cela l'arrange bien.

Finalement, le « bien public » est plus que paradoxal

Il n'est pas décidé par le public, il varie en fonction des lubies de gens qui nous gouvernent et finalement aujourd'hui dans la sixième puissance mondiale, il est porté presque uniquement par la charité des associations comme les « resto du cœur », le secours populaire, la fondation « Abbé Pierre », etc. Bravo le bien public !

Donc à ceux qui défendent becs en ongles l'obligation de vaccination, si vous n'êtes pas pour imposer à notre pays au moins la liste que je viens d'énumérer pour le bien public....c'est clairement que vous n’êtes pas pour le bien public sauf quand cela vous arrange aussi.

Donc, pour ces gens-là, ne venez surtout pas me parler de bien public...Vous seriez juste des affabulateurs, des politiques puants ou des gens qui n'ont plus la bonne paire de lunettes...Votre vue s'arrête à votre écran télé !

Le bien public ne doit pas être à la merci du roi ou varier quand cela vous sert et disparaître quand cela vous dessert. Le bien public c'est servir la grande majorité des gens et pas une minorité. Le bien public pour la vaccination, dans une économie mondialisé, c'est juste 1 seule chose  : obliger les labos ultra-milliardaires à rendre les brevets publics pour le monde entier! En effet, même si tout le monde est vacciné en France mais pas dans le monde entier, à part à fermer toutes nos frontières (adieu tourisme et affaires) l'épidémie continuera toujours à sévir. Donc, ce n'est pas du bien public, c'est juste une histoire banale et sale de fric !

En fait le monde est surtout remplit de girouettes ! Méfiez-vous, quand la tempête arrive, même celles-ci finissent par s'envoler....

L'agitateur de neurones

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal — Politique
À Drocourt, le bassin minier oscille entre abandon et vote Le Pen
Dans cette petite ville communiste du Pas-de-Calais, les échanges avec les habitants laissent apparaître l’ampleur de la déconnexion avec les thèmes et paroles qui rythment la campagne électorale médiatique.
par Jean-Louis Le Touzet
Journal
Fabien Roussel : le Rouge qui fâche
Le candidat du PCF à la présidentielle a réussi à gagner en notoriété en enfourchant les thématiques de droite. Mais au sein de ses troupes, certains jugent que l’idéal communiste a déserté la campagne.
par Pauline Graulle
Journal
Aux jeunes travailleurs, la patrie peu reconnaissante
Dans la droite ligne de 40 ans de politiques d’insertion des jeunes sur le marché de l’emploi, le gouvernement Macron s’est attelé à réduire « le coût du travail » des jeunes à néant. Selon nos invités, Florence Ihaddadene, maîtresse de conférences en sociologie, et Julien Vermignon, membre du Forum français de la jeunesse, cette politique aide davantage les employeurs que les jeunes travailleurs et travailleuses.
par Khedidja Zerouali
Journal
Le socialiste portugais Antonio Costa rêve de majorité absolue
Les législatives anticipées se dérouleront le 30 janvier sur fond d’explosion des cas d’Omicron. L’abstention pourrait grimper. Le premier ministre espère parvenir à gouverner sans l’appui de ses anciens alliés de gauche, mais le pari semble difficile.
par Ludovic Lamant

La sélection du Club

Billet de blog
La Chimère Populaire (bis)
Un prolongement du billet du chercheur Albin Wagener, sur les erreurs de la Primaire Populaire pour organiser la participation aux élections présidentielles, avec quelques rapides détours sur les formes de participation... Alors que la démocratie repose bien sur des techniques, elle est tout autant une affaire sociale et écologique !
par Côme Marchadier
Billet de blog
Pour la « primaire populaire »
[Archive] Partout, dans mes relations comme sans doute dans les vôtres, les gens se désespèrent de la multiplicité des candidatures de gauche. C’est le découragement, la démobilisation des électeurs potentiels, et la probabilité d’un désintérêt conduisant à l’abstention. Même si les chances de réussite sont faibles, tout, absolument tout, doit être tenté pour éviter une cinglante déroute.
par Jean Baubérot
Billet de blog
Pour en finir avec la Primaire populaire
[Archive] Allons ! Dans deux semaines aura lieu le vote de la Primaire populaire. On en aura fini d'un mauvais feuilleton qui parasite la campagne « à gauche » depuis plus d'un an. Bilan d'un projet mal mené qui pourrait bien tourner.
par Olivier Tonneau
Billet de blog
La Chimère Populaire
Pourquoi certain·es d'entre nous se sont inscrit·es à la Primaire Populaire et envisagent désormais de ne pas y voter ? Un petit billet en forme de témoignage personnel, mais aussi d'analyse politique sur l'évolution d'un choix électoral - parce que la trajectoire de l'électorat est mouvante, n'en déplaise aux sondages ou aux Cassandre de tous bords.
par Albin Wagener