serge.dodoussian
RETRAITE
Abonné·e de Mediapart

336 Billets

0 Édition

Billet de blog 24 déc. 2021

Vaccinés/Non vaccinés : la « guerre » révèle toujours les tréfonds de l'âme

Et pourtant, nous n'allons pas du tout parler de vaccination! Essai de réflexion sur les collectifs et ses dérives quand c'est la guerre! Le changement ce n'est pas pour demain: pas assez d'humanité et d'amour dans le monde. Les donneurs de leçons sont toujours les révolutionnaires de la machine à café...Quand les temps sont durs...Les bêtes sont de sortie! la Haine devient banale!

serge.dodoussian
RETRAITE
Abonné·e de Mediapart

Ce blog est personnel, la rédaction n’est pas à l’origine de ses contenus.

Le seul vocable de « guerre » (comme quoi il n'a pas été employé par hasard), associé à une entreprise de propagande d'Etat, fait ressurgir les fantômes du passé, ceux d'une guerre, d'une vraie. Juste pour que tous puissent faire un réel parallèle : la dernière guerre, selon les historiens, c'est entre 50 et 80 millions de morts et donc, entre 3,4 et 4% de la population mondiale en 5 ans...

Si donc, les mots et les pourcentages ayant ici une docte référence, nous faisions un comparatif avec cette « guerre » du virus.....Sachant que nous sommes aux alentours de 7 milliards au monde et que je prendrai le pourcentage le plus faible (3,4), l'opération est accessible par tous : 3,4% de 7 milliards....donnerai sur 5 ans, 206 millions de morts.....Voilà ce qu'est une vrai guerre !

Mais alors pourquoi avoir employé sciemment (j'abhorre Macron mais il ne faut surtout pas sous-estimer son intelligence, sa ruse et sa noirceur) ce vocable et lui avoir justement associé une telle propagande (ceux qui connaissent l'art qu'en a fait la nazisme, le savent) ?

Cela permet de manipuler les foules !

Qu'importe la vérité, l'essentiel c'est l'histoire que l'on expose, que l'on ressasse chiffres à l'appui (et qu'importe les chiffres ), que l'on serine encore et encore...Jusqu'à ce que la majorité des gens y croit. Nous pourrions aussi le regarder avec la seconde Sophistique (Sacrés Grecs!) et une rhétorique récursive qui s'auto-légitime associé au concept Pavlovien de conditionnement sur le bâton et la récompense : la peur et la caresse, le confinement et le déconfinement, la sucrerie pour des vaccinés « libres » (les obéissants) et la vie de merde pour les non-vaccinés, au goulag finalement (les réfractaires).

De plus, dans notre société de médias, rien de plus facile à faire aujourd'hui...

Le problème c'est que vrai guerre ou pas, si une majorité y croit, cela révèle les tréfonds de l'âme humaine car la peur désinhibe et amplifie nos névroses sociétales. Comme piqué par une mouche tsé-tsé, nous ne somatisons presque plus, la névrose devient psychose, la raison sociétale devient déraison tribale...Soi, et si possible les siens...les autres deviennent l'ennemi, la chose à abattre. En fait, il ne faut surtout pas que tu sois dans le camp des autres...Qui pensent, de façon ironiquement « réjouissante » la même chose de toi. Si vous pensez éviter le chaos avec de tels comportements, c'est que vous avez oublié l'Histoire...Mais rassurez-vous, elle, ne vous oubliera pas !

Et c'est ainsi que l'on voit ressortir des comportements finalement très communs dans ce cas là. Nous y trouvons des obéissants tranquilles (c'est ainsi et pas autrement), des obéissants faux-cul (avec le vaccin je suis plus libre que les autres même si la pilule bleue de Matrix est amère), nous y trouvons des cerbères sans scrupules (ceux que la société a du sûrement mal jugé, qui pensent mériter mieux et le font savoir en dénonçant, avec une certaine violence, les autres en se découvrant, comme par magie, une conscience collective qui n'avait jamais existé avant). Il y a aussi les profiteurs patentés en cas de guerre (les dominants, Big Pharma, etc): la guerre c'est des gens qui ne se connaissent pas qui s’entre-tuent pour des gens qui se connaissent eux très bien....

Enfin, nous trouvons les résistants et les réfractaires. Les réfractaires, les dogmatiques, les seuls finalement dont on parle pour nous mettre tous dans le même sac, et pourtant...Les résistants ne sont pas du tout du même ordre, leur psychose exacerbée porte avant tout, et c'est mon cas, sur un monde meilleur pour tous car, comme un soignant, c'est le combat d'une vie pour le futur des autres, pour des lendemains qui chantent et ils sont prêt à se sacrifier pour cela...Eux, ils mesurent de ce fait le sens de l'Histoire et donc ce qui se passe aujourd'hui......

J'ai mal à mon monde, à mon pays, j'ai mal pour nos enfants et je n'ai jamais empêché quiconque de se faire vacciner. Mieux, j'ai même insisté auprès de mon papa de 89 ans. Entre-autres, deux cancers de la vessie, une pleurésie et une tuberculose qui font de lui un candidat idéel pour cela. Vous savez ce que ce communiste et syndicaliste de toujours m'a répondu ? « Fils, c'est du bonus aujourd'hui, je suis bien de vivre ainsi, pourquoi je prendrai un risque supplémentaire alors qu'on ne sait finalement pas grand chose sur tout cela. On part tous, et cela sera mon lot, l'important ce n'est pas moi, c'est toi et mes petits enfants ».  Une cohérence qui frise l'ascétisme, de celle qui ont fait, merci à eux du fond du cœur, que certains à l'époque ont pris le maquis pour nous sauver de la bête immonde.

Et, à moi et à ceux-là, on ose dire que nous sommes égoïstes, que nous ne pensons pas collectif ? Mais d'où sort d'un coup cette flambée de communisme, de qui arrivent-elle (elle est plus stalinienne qu'autre chose) ? Qui va me donner des leçons de penser collectif ?

Les menteurs, voleurs, violeurs, mafieux et destructeurs des Services Publics ? Les possesseurs de voitures de luxe ou de Yachts qui polluent la planète ? Qui va me donner une leçon de collectif, la majorité des gens (sinon nous ne serions pas aussi peu nombreux dans les rues à défendre l'Hôpital Public par exemple)  qui par leur inaction ou leur jalousie ont laissé cela se faire ? Qui va me donner des leçons, ceux qui ont applaudit les soignants et maintenant les virent et les vilipendent comme des criminels de la dernière espèce? Je pourrais continuer cette litanie sans fin...

En temps de guerre, l'âme est à nue et des fois c'est vraiment pas beau à voir.

La problématique n'est donc pas vacciné ou pas, chômeur ou pas, retraité ou pas, etc....La problématique c'est la stigmatisation et la haine pour les autres. Nous sommes toujours et encore sous le « terrorisme intellectuel » du capitalisme : être meilleur que l'autre, qu'importe les moyens !

Je sais pas vous, mais moi j'essaie surtout d'être une meilleure personne que celle que j'étais la veille et c'est la seule leçon que je vous donnerai aujourd'hui car « quand on que l'amour, ami, nous avons dans nos mains, le monde entier » (merci immense Jacques).

A tous, si vous remarquez bien, la majorité des donneurs de leçons sont toujours ceux qui devraient le plus en recevoir....Stratégie de Machiavel, si l'on ne peut pas se défendre (ici le bilan de 5 années noires), il faut absolument attaquer pour garder la main ! Et les ennemis sont nombreux : les retraités, les chômeurs, les salariés, les vieux, les islamo-gauchistes, etc. L'ennemi est désigné en faveur du moment et change quand la situation change. Un meurtre par un fou, l'ennemi c'est les islamo-gauchistes...Le budget va être voté, ont ressort la sécu mal géré, l'âge de la retraite, les cotisations patronales, etc. Regardez bien, vous trouverez plein d'exemples de même facture....

Donc, pendant que là-haut les dominants festoient, nous sommes tous à tour de rôle des ennemis les uns pour les autres !

A part que tout cela me désole de voir avec quelle facilité nous pouvons tomber dans ces pièges vieux comme le monde, mon constat est accablant et pourtant parmi tous ces donneurs de leçons il y a vraiment des gens qui voudraient changer le monde...

Désolé pour vous mais :

Ce n'est pas demain que cela va arriver, nous sommes encore à des lustres d'avoir une conscience assez ouverte et un cœur assez grand pour sauver l'Humanité du chaos qui l'attend.

Cette souffrance me tue à petit feu, mais j'ai toujours l'amour de l'Humanité et je lutte pour elle quoi que vous pouvez en penser!

Vivre c'est lutter, si personne n'était mort pour des idées....Le mec sur la croix serait aujourd'hui un conte de Noël pour enfant ! 

Bienvenue dans le Club de Mediapart

Tout·e abonné·e à Mediapart dispose d’un blog et peut exercer sa liberté d’expression dans le respect de notre charte de participation.

Les textes ne sont ni validés, ni modérés en amont de leur publication.

Voir notre charte

À la Une de Mediapart

Journal
Aurélien Rousseau, l’autre caution de gauche de Matignon
Le nouveau directeur de cabinet d’Élisabeth Borne, Aurélien Rousseau, a été directement choisi par Emmanuel Macron. Sa réputation d’homme de dialogue, attentif aux inégalités, lui vaut de nombreux soutiens dans le monde politique. D’autres pointent sa responsabilité dans les fermetures de lits d’hôpitaux en Île-de-France ou dans le scandale du plomb sur le chantier de Notre-Dame.
par Ilyes Ramdani
Journal
Législatives : pour les femmes, ce n’est pas encore gagné
Plus respectueux des règles de parité que dans le passé, les partis politiques ne sont toujours pas à l’abri d’un biais de genre, surtout quand il s’agit de réellement partager le pouvoir. Nouvelle démonstration à l’occasion des élections législatives, qui auront lieu les 12 et 19 juin 2022.
par Mathilde Goanec
Journal
Climat : militer dans l’urgence
Une quinzaine de départements français sont touchés par la sécheresse, dix ont déjà dépassé le seuil d’alerte. On en parle avec Simon Mittelberger, climatologue à Météo-France, Cécile Marchand d’Alternatiba et Les Amis de la Terre, et Julien Le Guet, du collectif Bassines non merci.
par À l’air libre
Journal
Orange : la journée des coups fourrés
Redoutant une assemblée générale plus problématique que prévu, la direction du groupe a fait pression sur l’actionnariat salarié pour qu’il revienne sur son refus de changement de statuts, afin de faire front commun pour imposer la présidence de Jacques Aschenbroich. Au mépris de toutes les règles de gouvernance et avec l’appui, comme chez Engie, de la CFDT.
par Martine Orange

La sélection du Club

Billet de blog
Qu’est-ce qu’un premier ministre ?
Notre pays a donc désormais un premier ministre – ou, plutôt, une première ministre. La nomination d’E. Borne aux fonctions de premier ministre par E. Macron nous incite à une réflexion sur le rôle du premier ministre dans notre pays
par Bernard Lamizet
Billet de blog
Qui est vraiment Élisabeth Borne ?
Depuis sa nomination, Élisabeth Borne est célébrée par de nombreux commentateurs comme étant enfin le virage à gauche tant attendu d'Emmanuel Macron. Qu'elle se dise de gauche, on ne peut lui retirer, mais en la matière, les actes comptent plus que les mots. Mais son bilan dit tout le contraire de ce qu'on entend en ce moment sur les plateaux.
par François Malaussena
Billet de blog
par C’est Nabum
Billet de blog
par Fred Sochard