Les Français sont-ils vraiment aussi bêtes ?

Comment alors que les manifestations et leurs répressions n'ont jamais été aussi fortes, comment les gens peuvent réélire les mêmes ou s'abstenir aussi fortement? Comment réclamer plus de démocratie et ne pas aller voter? Les Français sont-ils aussi bêtes ou vraiment stupides? Finalement ne méritent-ils pas ce qui arrive?

Cette question provocatrice, je me la pose depuis le second tour des élections municipales et le yoyo de la popularité de notre Premier Ministre.

En effet, quand on a assisté aux gilets jaunes et leur traitement aux LBD, quand on assisté aux multiples actions des soignants, des retraité et des syndicats, comment les Français peuvent encore plébisciter ceux qui détruisent leurs vies (la droite ultra libérale). Pire même, comme Coluche le disait, ce n'est pas les politique véreux le problème mais bien les gens qui votent pour eux : à AIX en Provence et surement ailleurs, les Français ont voté pour des personnages qui ont beaucoup d'affaires en cours avec la justice.

La question est légitime : les Français sont-ils vraiment aussi bêtes ?

Comment une personne qui s'est arque-bouté sur une réforme des retraites rejeté pars beaucoup a-t-il pu encore être élu aussi largement  au Havre? Comment ce personnage au plus bas il y a quelques mois, peut-il apparaître comme un sauveur aujourd'hui ?

Comment les gens qui ont tapé dans leur main pour les soignants peuvent-ils voter pour des politiques qui ont détruit et continuent de détruire l'hôpital et les services publics ?

Certes, le peu de votants a détruit la Lrem mais c'est oublier que c'est bien le premier ministre qui mène la politique de la France.

Punir Macron est une chose mais 60% d'abstention alors que, suite au COVID et à la démonstration que le système libéral ne peut répondre à rien, est une erreur politique.

A ce niveau là, ce n'est plus de la bêtise mais bien de la stupidité.

Les Français sont stupides et méritent bien les crapules qui les gouvernent

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.