Quand le droit n'est plus juste...la justice est juste loi du plus fort?

Le droit, est-il encore la justice? La justice ne devrait-elle pas s'interroger et être interrogée sur le droit avant la promulgation des lois? Ne devrions-nous pas être informés, formés et questionnés sur les lois qui encadrent les bases de notre vie de tous les jours? La justice d'aujourd'hui n'est-elle simplement pas, comme hier, la loi du plus fort?

« Homo juridicus, A. Supiot. Ed du seuil »

9782020676366-1-75

 

Cet essai sur la fonction anthropologique du droit montre bien le glissement actuel de la justice. Le droit qu'elle applique est celui des contrats. Contrat entre les lois et les citoyens, quelque soit ces lois mais pas quelque soit les citoyens...

 

La justice aujourd'hui n'interroge plus le droit, elle ne fait que l'appliquer qu'il soit juste ou pas...

 

Certes, selon les cas et dans certains procès, la justice peut s'interroger mais... toujours à posteriori. Le droit ne devrait-il pas être au contraire préventif pour éviter les conflits inhérents à la société ? Le droit ne devrait-il pas être une source de justice pour tous ? Ne sommes-nous pas en train de copier la société en déliquescence des USA, de devenir une société de droit mais pas de justice ?

 

Le droit est construit par les lois qui elles-mêmes ne sont que l'émanation du pouvoir. En France, avec la Vème République, ce pouvoir est devenu exorbitant et sans contrôle. Après avoir été élu, il suffit au président de promulguer la loi qu'il veut et les moutons qui votent pour lui en font du droit que la justice appliquera. Nos assemblés ne sont-elles pas presque devenues des chambres d'enregistrement ? Si le droit auquel nous sommes tous soumis est le droit d'un seul, peut-on encore parler de justice pour tous ?

 

Certains vous dirons, et parfois les mêmes qui votent ces lois, qu'il faudrait moins d'élus car ils sont trop payés pour être simplement des moutons...Attention, justement, il en faudrait au contraire beaucoup plus mais qui soient vraiment représentatifs de la population Française. Le profil des assemblées, aujourd'hui, ressemble aux 10% de la population les plus aisés alors que la moitié des salariés sont au SMIC. N'est-ce pas le problème de fond ? Pourquoi voulez-vous que ces gens là votent des lois qui leur seraient contraire ?

 

La justice n'est-elle pas devenue, comme avant, le droit et la loi du plus fort, aujourd'hui, celle de l'argent ?

 

Quand le droit n'est plus la justice, pouvons-nous nous enorgueillir de vivre dans un Etat de droit ?

 

Quand la population n'a plus accès au droit sinon qu'à le subir, pouvons-nous encore parler de liberté, d'égalité et de fraternité ?

 

Le droit d'aujourd'hui n'est-il pas ce qui maintient encore un capitalisme financier aux aboies dès la moindre crise ?

 

Au lieu de réfléchir au pouvoir, ne devons-nous pas réfléchir à un autre droit  du pouvoir ?

 

Quand le droit n'est plus juste...la justice est juste loi du plus fort, et à de rares exception près, des plus riches...

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.