Le « capitalisme vert » réchauffe encore plus la planète

Lutter contre les rejets de CO2 est beaucoup plus complexe que de dire je suis contre le nucléaire, pour les éoliennes, le solaire et les voitures électriques! Le capitalisme "vert" et sa frénésie de production dans le domaine participent même, avec cette approche, à augmenter les dits rejets. Le court terme et le "faux vert" simpliste ne sont finalement que du VENT...

Oui, oui...Vous avez bien lu, les ENR participent bien au réchauffement du climat dans notre système économique dit « ultra-libéral ». Dur à croire mais pourtant pas tellement compliqué pourtant à démontrer quand on approche la chose de manière globale sur toute la chaîne de valeur (la production, le transport, le fonctionnement et le recyclage) : lutter contre le réchauffement climatique est beaucoup, beaucoup plus complexe que de dire je suis contre le nucléaire, pour les éoliennes, le solaire et les voiture électriques !

Déjà, à part avec du gaz (on fabrique de l'élec avec du gaz d'ailleurs de plus en plus vert et stockable facilement) ou des barrages, le courant électrique ne peut se stocker qu'en petites quantités : c'est des batteries qui assurent cela avec toutes les conséquences associées (fabrication, métaux rares à extraire et nécessité de recycler pour éviter une pollution plus importante encore). Donc, à la virgule près de ces mêmes batteries, le courant électrique pour maintenir le réseau en état, a besoin que la production soit presque instantanément similaire à la consommation. De fait, pour éviter les coupures chez les usagers et les entreprises, quand beaucoup d'énergie est demandée (quand il fait très froid en hiver à 19h par exemple), le réseau est en principe constitué pour « absorber » cette pointe : l'énergie électrique, pour assurer un équilibre primordial entre la consommation et la production, doit être disponible en quelques minutes...Elle doit être « pilotable » pour répondre instantanément et sans coupure à une forte demande supplémentaire.

Reprenons après tout cela notre date à 19h en hiver quand il fait très froid: la demande en électricité explose (chauffage, repas, etc) et il faut y répondre en quelques minutes.

A 19H, l'hiver, on oublie déjà le solaire. De plus, quand il fait très froid, il y a un anti-cyclone sur notre belle France et donc très peu de vent. Donc, l'éolien avec pourtant une puissance installé équivalente à 16 tranches nucléaire fourni, en moyenne dans ces périodes, même pas l'équivalent d'une tranche nucléaire (si pas assez de vent ou trop, elle ne peuvent produire !) : leur production d'énergie est non seulement intermittente, elle est aussi très aléatoire.

Donc, si ce jour là vous avez toujours du courant, merci le nucléaire et les barrages ! Mais depuis la fermeture de Fessenheim, il va manquer de l'énergie et nous n'avons plus beaucoup de solution pour équilibrer le réseau : soit on importe, soit on démarre les centrale à gaz et à charbon ou les trois à la fois pour sauver le réseau !

Soit dit en passant, l'énergie que l'on importe risque de coûter très cher et en plus elle est pratiquement et en permanence issu du gaz et du charbon comme 70% de l'électricité mondiale. Donc déjà, du fait de leur intermittence et de leur côté aléatoire, en période de pointe nous sommes obligés d'utiliser des productions fortement émettrices de CO2 et donc nous participons au réchauffement climatique de manière importante mais moins que l'Allemagne qui est soit-disant un modèle vert (23% des émissions de CO2 en Europe alors que la France, merci le Service Public, c'est « seulement » 10%).

Mais il y a plus ! Pour construire de plus en plus d'éoliennes et de panneaux solaire, il faut extraire de plus en plus de matériaux (pour le béton), de métaux, de « terres rares » (pour les aimants ) et, aujourd'hui dans le monde capitaliste, pour faire plus de bénéfices, les actionnaires se foutent simplement et définitivement de la manière extrêmement polluante et émettrice de CO2 que génèrent ce pillage. Le mot n'est pas trop fort car non seulement ces matières premières ne sont pas éternelles mais ne sont-elles pas censées appartenir à l'humanité entière. En effet, je ne connais pas d'être humain qui ait pu fabriquer le pétrole, le fer, le cuivre, l'eau et tout ce que la terre nous a offert depuis. Allez sur internet et faites des recherches sur l'extraction des terres rares ou autres métaux....Et constatez vous-même...

 

Donc, même si vous couvrez la France d'éoliennes et de panneaux solaires, vous n'aurez pas forcément de l'énergie disponible quand vous en aurez besoin mais en plus vous aurez participé, quand on prend toute la chaîne de valeur, à émettre encore plus de CO2 et je n'ai même pas encore parlé de l'énergie énorme et de l'eau qu'il nous falloir pour recycler tout cela : la durée de vie des panneaux solaire varie mais il semble clair qu’après 10 ans de fonctionnement, l'énergie produite baisse au moins de 10% et continue à diminuer dans le temps. Les éoliennes ont en moyenne une durée de vie de 20ans.

 

ATTENTION ! Je ne suis pas contre les ENR, ni pour le nucléaire ! Je tenais simplement à vous faire mesurer la complexité du phénomène car il est aussi et surtout politique et économique ; il nécessiterait donc un débat public approfondit et démocratique. En effet, sans énergie et donc sans investissement importants de long terme....tout le tissu social-économique en pâtira. Si nous mettons de plus en plus d'éoliennes et de panneaux solaire ce n'est pas pour lutter contre le réchauffement climatique, c'est parce que l’état (notre argent) subventionne largement ces énergies et vous en retrouvez les conséquences sur votre FACTURE !

Donc quand on parle de privatiser dans EDF ce qui est rentable et d'Etatiser le nucléaire (Plan Hercule), ce n'est que juste laisser à nos impôts ce qui coûte le plus cher et donner au privé ce qui rapporte : on socialise les dépenses et privatise les recettes ; le capitalisme facile !

C'est aussi pour cela que l'on veut privatiser les barrages (déjà amortis depuis longtemps) alors qu'il sont une énergie décarbonée stratégique puisque répondant aussi aux multiples usages de l'eau (régulation des flux, l’agriculture et les loisirs) et disposant en quelques minutes d'autant d'énergie qu'une centrale nucléaire. C'est aussi pour cela qu'ils veulent éclater ENGIE ( plan Clamadieu).

ATTENTION aux réponses capitalistes « vertes » et faciles, comme on l'a vu, c'est beaucoup plus complexe et nous pouvons faire le même raisonnement pour les voiture électrique et l'Hydrogène.

Un système qui ne peut concevoir son économie et ses rendements uniquement sur le court terme ne pourra jamais répondre au réchauffement climatique.

Pour ceux qui sont vraiment des écologistes et qui ont envie de « réfléchir »

 : https://www.youtube.com/watch?v=MULmZYhvXik

 

 

Le Club est l'espace de libre expression des abonnés de Mediapart. Ses contenus n'engagent pas la rédaction.